Noël et Nouvel an avec Krista,Tomas, Sylvie et Bernard

Le 25 décembre 2010, le jour de Noël, je suis reparti en trek dans ma région avec un groupe un peu différent que d’habitude car c’était une famille française: Krista de 9 ans, Tomas de 15 ans et leurs parents Bernard et Sylvie. C’est la première fois que j’ai des enfants trekkeurs dans ma région et cela s’est très bien passé. En fait, ce trek est accessible aussi aux enfants qui aiment marcher,  cela leur permet de découvrir et d’apprendre beaucoup sur la vie des enfants ici au Népal… Je pense c’est un apprentissage…voyager, c’est une forme d’école aussi, autant pour les adultes que pour les enfants.

teraidec312.jpg

Krista, la plus jeune trekkeuse :-)

dscn7095.jpg

Elle mène la marche

teraidec427.jpg

Rencontre avec deux jeunes népalaises

dscn7077.jpg

Et son frère Tomas… c est cool le trek :-)

Arrivés dans mon village, nous avons mangé chez moi et ma maman avait préparé le plat de façon un peu différente pour que cela plaise aux enfants. Elles a l’habitude des enfants car il y a beaucoup d’enfants dans notre famille, elle sait bien ce qu’ils aiment en général.

Lorsque nous étions partis de Kathmandu, il faisait un peu froid mais quand nous sommes arrivés  dans le Terai, le temps était bien agréable, ni trop chaud ni trop froid, environ une vingtaine de degrés.  Krista et Tomas avec leurs parents ont eu l’occasion de voir des arbres fruitiers comme le mangier, le goyavier, l’arbre de lichie… les plantes comme le curcuma, le coton, l’abre de café. Nous avons également visiter le moulin de farine du village et le village Tharu qui se situe à proximité de notre village.
Petite Krista et sa maman Sylvie ont eu l’occasion de faire du tissage de tapis de paille.  En novembre, les femmes et les hommes étaient occupés aux champs avec la récolte de riz, mais maintenant fin décembre, ils faisaient une autre activité:   les femmes faisaient du tissage des tapis de paille pendant que les hommes faisaient des briques.

 

dscn7073.jpg

Tissage de tapis, Sylvie s’exerce

teraitrek005.jpg

Et Krista aussi…

dscn7072.jpg

Bernard et Tomas regardent…

teraidec428.jpg

Fabrication de briques

 

A Chapradi, nous avons rencontré une petite fille de 11 ans qui porte chaque jour de l’eau dans un pot mis dans son panier de bambou et un garçon qui portait son doko pour aller chercher de l’eau.  Ici les petit enfants travaillent  jeunes et aident aux tâches quotidiennes, surtout les filles.

 

teraidec316.jpg

teraitrek007.jpg

 

Le 27 décembre à Kurkantar nous avons recontré une femme qui fumait discrètement.

 

teraidec325.jpg

 

A Huksékot, nous  avons rencontré une communauté de Chrétiens qui s’étaient rassemblé pour fêter Noël.  Il  y a peu de Chrétiens au Népal.  D’après les gens du village, il y a 5 familles qui  sont devenues chrétiennes. Elles étaient hindoues avant et se sont converties au christianisme.  Pour fêter Noël, ils ont fait bon repas avec de la viande.  Ce jour là, nous avons campé sur le terrain de l’école.  C ‘était amusant car quand nous sommes arrivés l’école n’était pas encore finie et il y avait beaucoup  d’enfants qui etaient étonnés de nous voir…. Dans cette école il y a des centaines d’ écoliers avec 14 maîtres!  Il n’y a pas  assez de place dans les bâtiments pour tous ces écoliers, c’est pourquoi la cour et les prairies servent parfois de lieu pour donner la classe.  Bernard, Sylvie, Krista et Tomas ont donné du matériel pour l’école aux professeurs pour qu’ils puissent distribuer aux enfants : des cahiers, des crayons, du papier pour dessiner et des couleurs. Les professeurs et les écoliers étaient très heureux!

teraidec328.jpg

Ecoliers

Le 28 décembre, à Sarkidada vers 11h, nous avons rencontré une famille pauvre qui parlait très peu le népali, ils parlaient le dialect magar et je ne les comprenais pas bien.  C’était des grands parents avec leurs petits enfants, un chien et un chat.   A 13h nous sommes arrivés par la colline de Dharkasing d’où nous avions une  belle vue sur la massif d’Annapurna,Daulagiri, le Manaslu, le Ganésha Himal et au loin le Langtang. Nous avons picniqué devant cette belle vue.

teraidec352b.jpg

Famille Magar

A Khadara c’était une soirée spéciale pour Sylvie, Bernard, Krista et Tomas car nous avons  mangé chez l’ habitant dans une maison ronde. En plus c’était l’anniversaire de Sylvie! Bon anniversaire !  Notre cusinière lui avait  préparé un gâteau, avec des bougies et nous avons passé la soirée entourée de la famille d’accueil.  C’ était un bel échange entre deux familles venus de deux mondes différents, Bernard nous a raconté qu’il avait 140 vaches, et la famille d’accueil lui  a posé beaucoup de questions sur l’agriculture et sur comment c’est en France… Bernard et Sylvie ainsi que leurs enfants  ont aussi posé des questions sur la vie agricole népalaise tout en répondant aux questions que posait la famille népalaise… nous avons échanger comment c’est au Népal, comment c’est en France… Ainsi nous avons appris que les vaches donnent beaucoup de lait en France mais au Népal elles ne donnent pas autant qu’en France,  par contre la qualité du lait semble plus riche au Népal.  Le lait coûte environ 30 roupies  par litre au Népal alors qu’ en France c est environ pareil.  En France,  on cultive beaucoup de blé, de mais…. Au Népal, on cultive le riz, du blé aussi, du blé noir, du maïs aussi…. Au Népal, les machines agricoles sont très rares alors qu’en France, elles sont fréquentes…Cette rencontre entre la famille d’accueil népalaise et la famille de Bernard était une grande chance pour la famille népalaise qui n’a pas l’occasion de voyager… Grâce à Bernard, Sylvie, Krista et Tomas, ils ont pu voyager en rêve en France et apprendre sur la vie agricole en France…

dscn7156.jpg

Bernard, Sylvie, Tomas et Krista

Le 30 décembre c’était à mon tour de fêter mon anniversaire !  En fait sur mon passeport c’est écrit 29 décembre, mais comme nous n’avons pas le même calendrier, cela arrive que c’est un jour après … Et oui, je vieillis aussi (hihi)!  Mon équipe, Bernard, Sylvie, Krista et Tomas m’ont fait une surprise, des bougis avec des bonbons, cela  m’a touché beaucoup.  J’ai fêté  beaucoup d’anniversaire de trekkeurs,mais jamais j’ai fêté mon anniversaire comme ça. En fait, chez nous, nous ne fêtons pas notre anniversaire,  nous faisons une céremonie pour avoir bonheur et pour  éloigner les difficultés… Mais cette fois grâce à mes amis Krista, Tomas, Sylvie et Bernard, j’ai soufflé des bougies,  mille merci pour cette belle surprise!

teraidec425.jpg

Gateau anniversaire aux bonbons et aux pommes

Le 31 décembre en montant vers Purkot, nous avons rencontré un berger qui portait une petite chévre.  Vers 13h nous avons  eu une petite pluie et  au camp les enfants sont venus nous voir avec leur parapluie.

teraidec201031.jpg

Le soir, nous avons fêté le dernier jour de 2010 selon votre calendrier, et nous avons fait la fête!  Des femmes du village du Purkot son venues pour danser avec nous!  C’était  une belle soirée, la dernière nuit avec Bernard, Sylvie, Krista et Tomas… alors bien sûr, on a dansé et notre cuisinière nous a préparé un bon gâteau de Happy new year 2011!

Au Népal, le nouvel an népalais a lieu au mois d’avril en général…nous avons un calendrier différent mais nous aimons bien faire la fête alors nous fêtons tous les nouvels ans (le vôtre, le nouvel an tibétain, le nouvel an népalais) :-)

 

teraidec447.jpg

 

Meilleurs voeux à vous  mes amis! De tout coeur, je vous souhaite une très bonne année, qu’elle soit remplie de joie, d’amour, de danse et de rires, de découvertes et de rencontres!

Krista, Tomas, Sylvie et Bernard, j’ai été très content de partager ce trek avec vous et j’espère vous garderez très bon souvenir de nos rencontres et de notre trek.  A bientôt.

 

teraidec349.jpg

teraidec433.jpgdscn7177.jpg

dscn7123.jpg

Sourires et portraits du Népal

Annapurna, belle déesse des moissons

 

p1030850.jpg

Le 21 novembre 2010, je suis revenu du trek du tour des Anapurna. Notre équipe était composé de: 10 trekkeurs et de 8 népalais.  Nous avons fait le trek du tour de Annapurna jusqu’à Jomson.

L’Annapurna, c’est un nom de montagne mythique… très connu par les Français grâce à Maurice Hertzog et Louis Lachenal qui l’ont gravit pour la première fois en 1950 avec une expédition française.

Annapurna est un nom sanskrit qui signifie littéralement « plein de nourriture », nous la traduisons par « déesse des moissons ».  Située au nord de Pokhara, cette région offre beaucoup de possibilités de trekking. Elle a la réputation d’être parmi les plus diversifiées du Népal pour ses différentes ethnies et la diversité de sa géographie. Les basses vallées et les collines sont habitées notamment par les Brahmanes, des Chetris, des Gurung, des Magars et des Thakalis tandis que les hautes vallées sont principalement peuplées par des ethnies d’origine tibétaine comme les Manangis. En plus des quelques treks courts à proximité de Pokhara facilement accessibles et pas trop difficiles, trois circuits de trekking sont très connus: le trek de Jomson parcourt la vallée de la rivière Kali Gandaki à l’ouest du massif, le trek du sanctuaire de l’Annapurna mène jusqu’au camp de base de l’Annapurna, le grand tour de l’Annapurna fait une boucle autour du massif avec le passage du Thorong La, col situé  à 5416 m d’altitude. C’est le circuit de trekking le plus fréquenté du Népal.

La chaîne des Annapurna est une série de pics qui fait 55km de long. Elle a comme point culminant l’Annapurna I qui se situe à 8091m.

Pour en revenir à notre trek, nous sommes partis tôt le matin en bus de Katmandu à Bulbule, ensuite nous avons marché vers Ngadi qui est petit village au milieu des rizières. Le lendemain, nous sommes montés parles cultures en terrasses, les champs de maïs remplacent les rizières, nous sommes redescendus et avons traversé une petite rivière et puis sommes remontés jusqu’ à Jagat, 1300m.

Comme vous le constatez, au Népal, nous montons et descendons souvent (hihi)…nous montons juste pour avoir le plaisir de redescendre après Cool.  Depuis Jagat, nous sommes montés jusqu’à Tal à 1700m. nous avons déjeuné à Tal où il y a de belles cascades à voir, nous avons traversé des ponts suspendus et avons continué jusqu’à Dharapani à 2000m,  village Gurung et Mananghi de religion bouddhiste. Doucement nous montons en altitude.  Après une nuit à Dharapani, nous montons doucement et passons par une jolie forêt jusqu’à Chame, village de culture tibétaine où il y a un petit monastère.

 

 cascadeetbalancoire.jpg

Le lendemain, nous poursuivons notre chemin par une belle forêt, nous pouvons voir après de des vergers de petites pommes,  la vallée s’élargit et nous arrivons à Pisang, village de culture Mananghi.. Le village sur le haut est typique avec ses maisons aux toits en terrasse. De là, nous avons une très belle vue  Annapurna 2, le Pisang Peak, Chulu. Nous avons visité le monastère du haut Pisang, c’est tres joli monastère.

L’étape suivante nous mène jusqu’à Manang par la haut chemin qui est plus dificille que le chemin du bas mais où le  panorama est meilleur,  nous montons jusqu’à Village Gherou où nous avons une belle vue sur  le Manaslu,  Pisang Peak, l’Annapurna 2 et 3, le Gangapurna et le Tilicho peak. Nous avons continué vers Nagwal village par le balcon, traversant une petite fôret.  Ensuite, nous avons continué jusque Manang.

 p1030827.jpg

Le jour suivant a été une journée de repos à Manang jusqu’à midi  pour s’acclimater un peu. Nous visitons le monastère et ensuite nous sommes partis vers Gunsang, c’est environ 2h de marche depuis Manang.

 

 

 Nous passons la nuit à Gunsang et le lendemain, nous montons lentement jusqu’à Phedi, au pied du col de Thorong.  Après une courte nuit à Phedi, nous partons très tôt le matin pour l’ascension du Thorong La. Le col du Thorong La est à 5416m. Ce n’est pas toujours facile d’y arriver à cause de l’altitude mais en marchant doucement, petit à petit nous y sommes arrivés. 

p1030893.jpg

De là nous avons une vue magnifique, entre autres sur les pics du Thorong, de Pisang, Daulagiri et le Nilgiri. Après il faut redescendre longuement jusqu’à Muktinath à 3800m. Muktinath est pour les Hindous et Bouddhistes un des sites les plus sacré du Népal. Il y a là de nombreuses sources. J’en avait parlé dans l’article sur les lieux de pélerinage sur ce blog (cfr. article Mont St Michel en France).

 p1030908.jpg

Le nom local de Muktinath est Chuming Gyatsa, ce qui signifie « centaines de sources ». En effet, derrière le temple, il y a 108 sources. Le lieu sacré se trouve dans un bosquet d’arbres et comprend un monastère bouddhiste (dédié à Buddha) et Bishnou dans la religion handouiste et le temple Jwala Mai (dédié à Vishnu), qui contiennent une flamme éternelle alimenté par du gaz naturel venu de la terre. Ce lieu sacré est symbole de la combinaison de l’eau et du feu et a une grande importance religieuse

Après Muktinath, nous sommes descendu à Kakbeni et apres jomsom où nous avons passé notre dernière soirée avec l’équipe, nous avons dansé et fêté la fin du trek.

Après Jomson, retour sur Pokhara et Kathmandu.

equipenepalaise.jpg

 

yackdonaldrestaurant2.jpg

Le Yak Donald local (hihi)…c’est du steak de yak bien sûr 

 

Merci à Corinne pour m’avoir permis de mettre de belles photos de ce trek. 

 

Kala Patar et Chukung Ri

 

Je suis revenu du trek au Kala Patar (cela veut dire « roche noire » en hindi).  C’est un trek qui se réalise dans la légendaire région du Khumbu, la région de l’Everest où l’on marche sur les sentiers empruntés par les expéditions.

Pour rappeler la petite histoire de l’Everest, c’est en 1856 qu’une équipe britannique a défini la hauteur de l’Everest à 8.848 m. C’est le point le plus élevé de la terre. Cette montagne a reçu le nom de « Everest » en 1865 en l’honneur de Sir Georges Everest, arpenteur général de l’Inde à cette époque. Le nom tibétain de l’Everest est « Chomolungma », ce qui signifie « déesse mère des vents », c’est pour les Tibétains une grande déesse, l’une des cinq sœurs de longue durée de la vie.  En népalais, son nom est Sagarmatha, ce qui signifie « la tête qui touche le ciel ».

Le trek vers le Kalapatar et le camp de base de l’Everest se déroule essentiellement au pays des Sherpas avec traversée des forêts, petits villages , haut pâturages, moraines glaciaires et sur les hauteurs un paysage minéral (des cailloux et des pierres). C est le coeur du haut Himalaya entouré de trois 8 000 mètres (Cho Oyu, Lhotse, Everest), de plusieurs 7 000 mètres (Nuptse, Changtse, Pumori…) et de plusieurs glaciers (Khumbu, Khangri Shar, Khangri Nup, Ngozumpa). Ce trek va jusqu’au Kala Pattar, un pic de rochers situé à plus de 5 500m avec vue exceptionnelle sur les hauts sommet de l’Everest et le glacier du Khumbu. C’est un trek dont la difficulté est différente de celui du grand tour des Anapurna, ici le nombre de jours en altitude est plus important que pour les autres treks mais le parcours est fait pour qu’il y ait une bonne acclimatation. 

Le peuple de la région du Khumbu est très connu et s’appelle  »Sherpa ». Sherpa veut dire « peupe de l’est » (sher= est et pa=peuple). Le Sherpa le plus connu est Tenzing Norgay qui avec Edmund Hillary est monté au sommet de l’Everestpour la première fois en 1953.    Pendant des centaines d’années, des Tibétains ont migré du Tibet, de l’est vers l’ouest dans les montagnes du Khumbu.  Il y a eu des moments de grande agitation au Tibet et de nombreux Tibétains ont quitté leurs maisons à la recherche de nouveaux endroits pour vivre. C’est ainsi qu’ils sont venus s’installer dans le Khumbu, l’Helambu et le Langtang. Le col de Nangpa La sert de route principale d’échange entre les Tibétains et les Sherpas du Khumbu.  Plus tard, certains se sont déplacés aussi vers le Sikkim, Assam et Darjeeling en Inde.  Ainsi on retrouve la culture Sherpa dans plusieurs régions du Népal et de l’Inde du nord. Les Sherpa sont de religion bouddhisme tibétain et tout au long du trek, nous pouvons découvrir cette région empreinte de bouddhisme en voyant beaucoup de drapeaux de prières, de gompa, monastères, moulins à prières…  Avant le développement des treks et des expéditions, les Sherpas vivaient de leurs cultures, de l’élevage, du tissage, du commerce… Après, avec le déveleppoment des treks et des expéditions, ils ont ouvert des lodges et des magasins de souvenirs, d’artisanat, des cybercafé (oui oui) à Lukla et Namché, ainsi ils ont prospéré. Grâce aux treks et expéditions, les gens de cette région ont pu développer leurs activités, avoir du travail et prospérer. Les Sherpas sont connus pour leur résistance physique et leur nom a été étendu aux équipes de porteurs et guides, qui proviennent en fait de différentes ethnies venus travailler pour les treks.

Pendant le trek, nous étions un groupe de 12 personnes venus de Toulouse: Jacques, Marie, Raymond, Dominique Bernard qui ont déjà trekké avec moi en septembre 2008.  Ils sont revenus au Népal accompagnés de 7 autres amis devenus aussi mes amis. Ils sont tous très sympa et il ya eu une bonne ambiance dans le groupe.   Quand nous faisons le trek vers le KalaPatar, nous prenons un petit avion de Kathmandu à Lukla. Le trajet dure environ 30 minutes et permet de voir du ciel un panorama sur les montagnes grandioses et célèbres.   Avant il n’y avait pas d’aéroport à Lukla et le trek partait de Jiri, il fallait compter environ une semaine en plus depuis Jiri. Lorsque nous arrivons à Lukla, nous commençons à marcher tranquillement jusqu à Phakding où nous passons la première nuit. Il est important au début de marcher à son rythme et tranquillement pour favoriser une bonne acclimatation, de profiter du paysage. Boire beaucoup est important également.   Le lendemain nous longeons la rivière Dudh Khosi et nous passons sur 5 ponts suspendu, nous traversons quelques villages et enfin nous montons de 600m jusqu’à Namche Bazar qui est situé à 3446m.  La montée est assez raide mais nous avons le temps d’y aller à son rythme…cool raoul…tranquille mimille Cool.  Namché Bazar est un endroit très célèbre, c’est le chef lieu du district du Khumbu et c’est assez touristique. On y trouve de tout, un grand marché, de nombreux lodges, des boutiques à souvenirs, des cyber café…  Un temple à visiter également. L’étape suivante est la montée vers Thamé, un village beaucoup moins touristique que Namché Bazar, ensuite Kumjung, joli village agricole d’où la vue sur l’Ama Dablam est magnifique. Il y a là une école et un hôpital fondé par Sir  E. Hillary. Et pour ceux qui aiment les légendes, il y a aussi le scalp du Yeti, le célèbre homme des neiges Sourire, oui oui…il est bien là (hihi).  Ensuite nous passons par Pangboche (3 980 m), Thyangbocher et Pheriche (4 240 m). Petit à petit nous montons en altitude. Plus nous montons, plus la végétation diminue et le paysage devient de plus en plus minéral avec des vues superbes sur les montagnes.Quand nous sommes arrivés à Pheriche, il neigeait beaucoup et nous avons dû changer l’itinaire prévu, la neige était trop abondante et le climat n’était pas du tout favorable. Nous avons alors marché jusqu’a Dimboche où nous avons fait une journée de repos. 

 paysageenneig.jpg

Ensuite, nous sommes allés à Chukung à 4730m. De Chukung nous avons une belle vu sur le Lotse, Nuptse, au sud Ama Dablam, Tamserk, Tantega, Island Peak. Le lendemain à 6h du matin, nous avons commencé à monter doucement, il faisait très froid et 8 personnes parmi le groupe voulaient monter. Finallement 6 parmi eux ont reussi à monter au sommet de Chukung Ri (5546m). Quelle belle vue!

p1020495.jpg

Je pense  que c’est une vue aussi belle, voir encore plus belle qu’au Kalapatar. Pas de regret d’avoir changé l’itinéraire car Chukung Ri est beaucoup moins connu, il y a moins de trekkeurs qu’au Kalapatar mais la vue y est tout aussi spectaculaire. A cet endroit, nous avons le sentiment est d’être au milieu des montages, nous pourrions presque toucher le Nuptse et Lohtse (hihi).  

Normalement au Kalapatar nous aurions dû avoir un panorama sur l’Everest, l’Ice Fall, le Nuptse .  Mais la neige nous a guidé vers un autre chemin nous permettant ainsi de voir une autre point de vue beaucoup moins connu… La météo et la montagne nous guident et parfois nous devons changé notre itinéraire pour des raisons climatiques et de sécurité.

Après nous sommes redescendus à Pongboche (3900 m). Nous avons fait une journe de repos et une excursion au camp base de l’Ama Dablam où il y avait beaucoup d’expéditions. Jean paul, Partric, Jacques, Papé sont montés au camp de base.  Ensuite, nous sommes descendus vers les villages de Phortsé et  Namche Bazar (3 450 m), Phakding et enfin Luka.  A Lukla, nous avons eu notre dernière soirée animée par des danses avec toute l’équipe. C’était une belle soirée et une belle aventure. Le lendemain, nous sommes partis tôt en avion de Lukla, retour vers Kathmandu.  Fin de l’aventure et retour à la vie quotidienne de la ville…

 dominique.jpg 

Dominique

groupetable.jpg

 porteur2.jpg  p1020587.jpg

 p1020591.jpg

dipak.jpg

Merci à Dominique pour ces belles photos et à bientôt sur les chemins mes amis…

Festival des lumières Tihar ou Dipawali

TIHAR ou DIPAWALI, C’est la fête des lumières…. C’est la fête de la prospérité et de la vie, une fête pleine de brillance où on célèbre la déesse Laxmi, déesse de la richesse et aussi « Yamaraj » le seigneur des enfers.  Ce festival dure 5 jours . J’étais en trek quand cela a eu lieu mais quand-même je vous explique cette fête importante aussi après celle de Dashain.

lumieres.bmp

 

La Déesse Laxmi est l’épouse du Seigneur Vishnu. Elle est née de l’océan et elle possède la richesse des mers. Elle est assise sur un lotus et son véhicule est une chouette. Au troisième jour de cette fête, à  minuit, elle fait le tour du monde sur sa chouette pour regarder comment on la célèbre.

laxmi.bmp 

Yamaraj est le seigneur des enfers…

Pourquoi on célèbre la déesse Laxmi et le YamaRaj?

Il y a une légende qui raconte qu’un Roi était vieux et vivait les derniers jours de sa vie. Son astrologue lui avait prédit qu’un serpent allait lui prendre sa vie. Le Roi ne voulait pas mourir et il demanda à l’astrologue s’il y avait un moyen pour échapper à la mort. L’astrologue conseilla au Roi de dormir avec des lampes à huile tout autour de son lit , de décorer son palais  de mille lumières le jour où l’on vénère la déesse Laxmi.  Ainsi, la déesse Laxmi convaincrait le serpent de ne pas faire mourir le Roi .  Ce qui fut prédit se réalisa… au moment où le serpent devait  faire mourir le Roi,  la Déesse Laxmi est apparue et lui dit de ne pas le faire.  Alors, le serpent obéit et conduisit le Roi vers Yama Raj, le seigneur des enfers. Le serpent dit que ce n’était pas encore le moment pour le Roi de mourir et quand Yama Raj ouvrit son registre du temps où il indiquait ce qui restait au Roi à vivre, il était marqué un « 0 » mais le serpent rajouta astucieusement un « 7 » devant le zéro. Ainsi le Roi vécu 70 ans de plus. C’est pourquoi, la déesse Laxmi et le seigneur des enfers sont largement célébrés . Durant cette fête, comme son nom l’indique, il y a des petites lumières brillent partout dans les maisons, les villages, les villes…. Cela brille partout. 

Le premier jour de Tihar est appelé « Kag Tihar », le jour des corbeaux , le corbeau étant le gardien des enfers. Ce jour là,  avant de prendre le repas, on offre d’abord de la nourriture aux corbeaux. Au Népal,  les corbeaux ne sont pas tués car on raconte qu’une fois un corbeau avait bu l’eau de la vie et donc il ne fallait pas le tuer.  

untitled.bmp

Le deuxième jour est appelé « Kukur Tihar », le jour des chiens. Le chien est souvent le gardien de la maison. Une légende dit qu’il y a un chien à la porte de Yama, gardant la porte des enfers. Ainsi, ce jour là, on honore le chien et on pose la tika rouge  sur le front du chien avec une belle guirlande autour de son cou. Après avoir célébrer le chien, on lui donne un délicieux repas. Même un chien errant est regardé avec respect ce jour-là. On prie les chiens qui gardent les maisons, puisqu’il garde la porte de l’enfer et qu’il détourne les maisons des mauvais événements.

dog.jpg

 

Le troisième jour est le plus important de la fête. On l’appelle « Laxmi Puja », le jour où l’on célèbre la Déesse Laxmi, la déesse de la richesse. 

Ce jour-là, tôt le matin, la vache est célébrée. La vache symbolise la richesse, elle est l’animal le plus sacré des hindous. La vache reçoit la tika sur son front et aussi une guirlande autour de son cou, puis un bon repas.   Ce jour là on met de la boue rouge sur une petite partie extérieure de la maison, devant la porte principale et on place une lampe à huile allumée. Un petit chemin est réalisé de cet endroit jusqu’à celui où l’on garde la boîte des vieilles pièces et objets de valeur, c’est la pièce des puja. Tous les Népalais ont une boîte dans laquelle ils mettent des pièces pour célébrer Laxmi. Cet argent n’est jamais utilisé sauf en cas d’urgence. La maison entière est décorée de lampes à huile allumées, disposées à chaque porte et fenêtre. Laxmi, la Déesse de la richesse, est célébrée en exécutant un rituel traditionnel, et puis il y a des festivités dans la maison. Partout des groupes de jeunes filles viennent le soir dans les maisons pour chanter des louanges à la Déesse, elles sont alors invitées et des cadeaux leur sont donnés.  C’est une nuit tres animée dans les maisons.

newar.bmp

Le quatrième jour est un peu différent. Normalement la plupart des gens pratique le « Guru Puja », la célébration des bœufs. On appose la tika sur le bœuf, on lui met une guirlande et on lui donne à manger . D’autres personnes adeptes du Seigneur Krishna, pratique le « Gobhardan Puja ». Ces personnes font un petit monticule de bouse de vache et y déposent de l’herbe en guise de Puja. Ce Puja symbolise l’action du Seigneur Krishna lorsqu’il souleva la colline de Gobhardan pour sauver des inondations des millions de personne et de vaches .  La communauté Néwar pratique le « Mha Puja », qui signifie littéralement « célébration de soi-même ». Ce jour commence la nouvelle année Néwar.

Le dernier jour de Tihar est appelé « Bhai Tika », correspondant à la remise du Tika aux frères par les sœurs. C’est la prière des sœurs envers Yama Raj, Dieu de l’enfer, dans l’espoir qu’il procure une longue vie à leurs frères. 

Balcon de l’Annapurna

 

Début octobre, je suis parti guider le trek qui s’appelle  »balcon des Annapurna ».  Notre équipe était composée de 11 personnes: Hélène, Matieu, Sébastien, Philippe, Xavier et Marie,  nos porteurs Ramesh, Chandra et Puskar,  notre cuisinier Basanta et notre guide Dipak (devinez c’est qui?).

Nous avons eu de la pluie pour commencer et finir le trek mais globalement le temps a été beau. Le premier jour de trek nous sommes arrivés à Damphus à 1650m et nous avons logé en lodge. Dès la première soirée, nous avons dansé…vous savez que j’aime beaucoup cela. C’est aussi une façon pour moi de présenter mon équipe et de faire connaissance ensemble.

Ensuite nous sommes passés à Pothana, nous avons monté un col et redescendu la colline jusque Landruk à  1 565 m où nous avons passé la nuit. Le lendemain, nous avons rejoint le village de Ghandruk à culture Gurung à 1 940 m. Nous avons monté beaucoup de marches pour y arriver. 

Ensuite, nous sommes remontés jusqu’à Bbaisi Kharka à 2 300 m, nous avons traversé une forêt de rhododendrons, et nous sommes arrivés à Tadapani  2 590 m. Nous avons logé là.  Le lendemain, nous sommes descendus vers la Bhurundi Khola et avons remonté en direction de Banthanti à 2 520 m, passé Deurali (2 987 m) et enfin arrivé à Ghorepani à 2 750 m.

Avant l’aube, nous nous sommes levés tôt pour monter jusqu’à 3 193 m à « Poon-Hill ». Là nous avons eu récompense avec le lever du soleil  sur la chaîne des montagnes très célèbres dont vue sur la face nord de l’Annapurna (8 091 m) et sur la face sud du Dhaulagiri (8 167 m)… Nous avons eu beaucoup de chance à Poon Hill, les dieux ont été favorables et nous ont offert un lever de soleil magnifique…. regardez…

photo0076.jpg

photo0072.jpg

photo00491.jpg

photo0078.jpg

photo0079.jpg

Ce lever de soleil est toujours magique, même pour nous népalais qui pouvons voir ce paysage souvent, cela reste toujours magique et très beau… Nous sommes ensuite retournés à Ghorepani et avons descendu longuement jusqu’à Birethanti à 1 025 m.

cascade.jpg

Après cela, retour sur Pokhara et Kathmandu.

 

Bonheur à Dashain dans ma famille

C’est avec grande joie que j’ai pu fêter le festival Dashain dans ma famille avec mes parents et la famille de mon oncle à mon village.

Cette année, le festival Dashain était spécial pour mes parents et ma famille et celle de mon frère car depuis plusieurs années mon frère et moi-même n’avions pas eu la possibilité de fêter Dashain avec eux et toute notre famille au village. Mon frère travaille en Arabie et il n’a pas l’occasion de revenir souvent au village et moi en octobre, c’est la haute saison des treks et je suis la plupart du temps en trek à ce moment-là. Ni lui ni moi avons la possibilité habituellement d’être au village mais cette année, nous avons eu beaucoup de la chance. J’ai vu les larmes de joie dans les yeux de mes parents, ils étaient trop contents et c’était grand bonheur pour nous tous d’être réunis. Bien sûr pour les enfants, ils adorent Dashain car ils ont congé à l’école et s’amusent avec la balançoire placée à côté du temple, ils jouent beaucoup avec leurs amis du village.  Comme le veut la coutume, le dixième jour du festival, nos parents et aînés de nos familles donnent la bénédiction pour nous apporter bonheur et prospérité dans nos vies, pour qu’on progresse bien, pour avoir bébé pour les nouveaux mariés…  

 

photo0139.jpg

 photo0157.jpg  photo0144.jpg

photo0136.jpg

 

photo0120.jpg

Photo de rizière à mon village, j’ai trouvé le paysage joli en ce moment avec les rizières

C’est quoi le festival « Dashain » au Népal?

Oh là là, Dashain c’est le plus important festival de l’année pour les Népalais!   C’est un festival qui est aussi important que Noël chez vous. Cela dure 15 jours et il y a beaucoup de festivités.  Ce festival a lieu le mois de Kartik dans le calendrier Bikram Sambat, c’est-à-dire à la fin Septembre – début Octobre dans votre calendrier.  Il est célébré par toute la population et dans toutes les castes. Les 15 jours de festivités ont lieu pendant la quinzaine lunaire et se termine le jour de la pleine lune. Pourquoi on fête Dashain ? Ce festival commémore la victoire des dieux contre les démons, c’est la déesse Durga qui a tué le démon Mahisasur, qui terrorisait la terre sous l’apparence d’un buffle.  C’est donc un festival dédié à la déesse Durga, la déesse mère, source de vie. 

 

 desse.bmp

 

Comment on prépare le festival Dashain ? Comme c’est la fête la plus importante de l’année, on prend soin de nettoyer sa maison et de bien l’arranger pour inviter la déesse-mère Durga à venir visiter la maison et à la bénir afin de porter chance durant toute l’année. C’est aussi pour faire bon accueil à toute la famille qui se réunit à cette occasion. C’est aussi l’occasion où on offre beaucoup de cadeaux à sa famille et à ses proches. Donc, on fait beaucoup les marcher pour faire des achats et la tournée des temples pour faires les offrandes. Beaucoup d’institutions ferment de 10 à 15 jours.  L’activité tourne au ralenti car tous veulent profiter de la fête.  Les enfants ont congé à l’école et aiment beaucoup cette fête.

Les 9 premiers jours comémorent les 9 jours de bataille entre la déesse Durga et le démon Mahisasur. Durant ces 9 jours, de nombreux rites tantriques sont réalisés et les gens rendent hommage à la déesse dans les temples qui lui sont consacré et chez eux aussi. Car bien sûr dans chaque maison, il y a un endroit réservé aux dieux. Si Durga est correctement adorée et heureuse, de bonnes choses arriveront.  Si elle est irritée par négligence,  alors des malheurs arriveront.  A l’occasion de Dashain, on fait aussi le kalash  qui est une sorte de pot rempli d’eau bénite et couvert de fumier où sont plantées des graines. Il est mis à l’ombre dans un petit plat rempli de sable où il y a aussi des graines.  Chaque jour, un brahmane bénit le kalash.  Après 6 jours environ, de l’herbe jaune a poussé, c’est le Jamara, c’est considérée comme un bienfait de Durga qui est source de vie. 

 

 

jamara.bmp

le Kalash avec le Jamara qui a poussé

Dans ces 9 jours, le 8eme jour, appelé le « Maha »,  est le jour où de nombreux hindous orthodoxes vont être à jeun. Des sacrifices sont organisés dans presque chaque maison. La nuit du huitième jour est appelée « Kal Ratri », c’est la Nuit Noire: dans l’obscurité de la nuit, de nombreux sacrifices ont lieu pour la déesse mère. Les sacrifices se poursuivent jusqu’à l’aube et après les gens mangent de grandes quantités de viande à ce moment là. 

Le 9ème jour est appelé « Nawami », où on honore la déesse Durga pour obtenir sa bénédiction. C’est le jour où les usines, les véhicules, les machines et instruments reçoivent aussi des offrandes afin d’obtenir la bénédiction de la déesse Durga pour qu’elle les protège contre les accidents au cours de l’année. C’est une journée très colorée où l’on voit des motos fleuries avec des offrandes, les avions aussi reçoivent des offrandes, etc. Le 10ème jour est le jour où Mahisasur a été tué. Ce jour est appelé   »Dashami » et c’est le jour où nous recevons la tika de nos aînés et leur bénédiction. Nous visitons nos aînés dans leur maison pour recevoir la tika tandis que les plus jeunes viennent chez nous pour recevoir la bénédiction de notre part. L’importance de Dashain est donc liée aussi fait que c’est le moment où les familles se rassemblent et se retrouvent, souvent les membres de la famille viennent de très loin pour se revoir et recevoir la bénédiction de leurs parents. Cela se poursuit pendant 4 jours.Ce sont des jours qui symbolisent la victoire avec la bénédiction de la déesse. Et le 15ème jour, le jour final est un jour de repos qui se termine le jour de pleine lune.

 balancoire.bmp

 Balançoire à l’occasion de la fête de Dashain

talejutemple.bmp

Prières et offrandes

Soleil de Provence…

Apres mon sejour dans les Alpes,  je suis arrivé à Avignon où mon ami Elie m’a accueilli à la gare.  Bienvenue dans le sud de la France où il faut toujours chaud et beau!  Ensuite, nous sommes partis vers sa maison à Lagnes,  petit village de Vaucluse au pied du géant de provence le mont Ventoux (1910 m). Elie et sa femme Michèle m’ accueillent avec beaucoup de soins et leur accent chantant du midi. Nous déjeunons à l’ombre des parasols au bord de la piscine,  il fait 30° à l’ombre des chênes verts .  L’après-midi nos amis Jacques et Jean-Patrick nous rejoignent avec leurs épouses et l’épouse de Louis, un de nos amis de trek décédé il y a quelques mois, nous évoquons ensemble nos souvenirs de treks au  Népal  et la mémoire de Louis.   Quand je serai en montagne, je metterai des pierres de prières pour Louis sur les chortens dans les sentiers de l’annpurna où il avait fait trek avec nous et notre groupe de 10 personnes, je prierai pour lui et sa famille en passant sur les sentiers où il était passé.

 

dscn6314.jpg

Le soir nous dinons à cabrières d’avignon dans un village typique au resto qui s’appelle  »le vieux bouchon ».

Le lendemain, nous partons à la découverte de la fontaine de Vaucluse, un gouffre noyé le plus profond de ceux que l’on connaisse. Si basses que soient les eaux de la fontaine jamais personne ne l’a vue vide et à sec il y a toujours une profondeur d’eau de plus de 300m .   Ensuite, nous avons visité le moulin à papiers ( papiers fabriqués à partir de vieux chiffons en coton ) un des derniers de Vaucluse et de France! 

 2010030.jpg

Elie et moi à la fontaine de Vaucluse

 

2010036.jpg

dscn6317.jpg

 

L’après-midi direction vers Gordes qui est  classé comme un des plus beaux villages de France et campé sur un piton rocheux où domine son château datant de 1031. Le château est classé monument historique. Gordes domine la vallée du Cavalon et se dresse fièrement face à la montagne du Lubéron offrant ainsi au soleil ses pierres dorées et ses hautes maisons.

 20100471.jpg

Elie, Michèle et moi

 

Le lendemain, nous allons direction Marseille,  deuxième ville de France. Nous grimpons (en voitureemoticone) sur la colline de Notre Dame de la Garde 147m. Nous nous trouvons devant un panorama qui sans doute est le plus beau panorama urbain de France: d’un côté la mer avec les îles du Frioul et du château d’If , des kilométres de côtes et le vieux port encadré des forts St Jean et St Nicolas,  de l’autre côté la ville de Marseille dans un demi cercle de montagnes!  La statue monumentale 9,72m pour un poids de 9800 kg  «  La Bonne Mère » comme l’appellent les marseillais  portant son fils qui bénit la ville et son port aussi bien que tous ceux qui viennent à Marseille!  L’aprés-midi visite de la rade de Marseille  et de ses calanques! J’ai beaucoup aimé Marseille avec le ciel bleu, le soleil et les marseillais!

 

2010020.jpg

 dscn6382.jpg

 

2010059.jpg

 2010070.jpg

 2010066.jpg

dscn6392.jpg

 

Ensuite, retour à Lagnes dernière visite du musée de la lavande dans un mas traditionnel du Luberon avec la plus importante collection d’alambics à lavande en cuivre rouge du 16éme siécle à nos jours. Il y avait là une douce odeur de provence à emporter dans mes bagages… Jade, la petite fille d’Elie et Michèle nous avait accompagné.

 

.2010076.jpg

AInsi s’est achevé mon séjour provençal sous un ciel bleu et soleil radieux…je suis vraiment gâté partout où je vais ici en France.. mes amis s’occupent tellement bien de moi et organise tout pour moi… Elie et Michèle ont été si gentils et mon séjour chez eux ainsi que nos retrouvailles avec Jacques et Jean-Patrick resteront gravé dans mon souvenir pour toujours. 

Charme des Alpes

Après ma visite à Lyon, j’ai continué ma route en train vers Thonon Les Bains où m’attendait mon ami Thierry.  Le parcours en train était très beau et j’en ai profité pour regarder les paysages qui changeaient  vers les montagnes. Thierry m’a accueilli avec sa très gentille épouse Martine dans leur gîte qui s’appelle le Gite l’Orguennay situé à La Bennaz, à Champanges.  

 gitelorguennay.bmp

dscn6240.jpg

C’est un adorable gîte vraiment mignon tout près du lac Léman, entouré de verdure et des paysages de montagnes… c’est un coin de paradis, à la fois paisible et charmant. Après avoir mangé, nous sommes partis faire un tour sur la barque « La Savoie » sur le lac Léman pendant environ 1h30…car Thierry est équipier sur ce bateau. C’était un grand bonheur d’être sur ce bateau particulier et unique et sur le lac Léman! 

La barque « La Savoie » est un bateau à voiles qui navigue sur le lac Léman. C’est une barque qui témoigne des barques anciennes qui étaient construites pour naviguer sur le lac autrefois.  La barque a été restaurée par une association de bénévoles « Les Mémoires du Léman » afin de conserver ce patrimoine local typique.

 barquelasavoie.bmp  dscn6245.jpg

dscn6272.jpg 

Thierry

dscn6257.jpg

dscn6249.jpg

dscn6248.jpg

J’ai adoré ce bateau et les vues sur les paysages de montagnes avec le lac.  C’était comme dans un rêve…  Le soir, Thierry nous a préparé à manger, je ne savais pas qu’il cuisinait si bien (miam miam) et nous avons mangé ensemble avec les clients du gîte…j’ai encore bien mangé et c’était une très belle journée !  Le lendemain, mes amis Diane et Richard sont arrivés vers 8h30 de Samoens pour faire une rando avec nous mais… la pluie était aussi venue au rendez-vous … on ne l’avait pas invitée mais elle est venue quand-même car je pense qu’elle voulait aussi faire la rando avec  nous(hihi)… Dès lors, nous avons attendu que la pluie parte doucement et nous avons parlé du Népal pour faire passer le temps…  Vers midi, nous avons pu partir pour la rando guidée par notre ami Thierry qui a été notre guide également. Ensuite le soir je suis reparti avec Diane vers Samoens où j’ai logé.  J’ai fait la connaissance de son bébé Gaspar de 8 mois et de Nico son mari.  Le lendemain nous avons fait ensemble avec richard la rando au mont de Grange (1950m) et nous sommes passés à la cascade du Rouget (Sixt-Fer à Cheval). C’était super de se retrouver en Haute Savoie, lieu dont souvent vous me parlez quand vous venez au Népal…et que j’ai enfin pu découvrir grâce à vous. Si vous passez près La Bennaz et chercher un petit coin de paradis, allez voir mes amis Thierry et Martine à leur gîte (http://www.gitelorguennay.com/ )…ça sera un grand bonheur pour vous ! 

Mille merci du coeur à Thierry, Martine, Diane, Nico et Richard

 fleurs.jpgdscn6285.jpg

dscn6278.jpg

dscn6277.jpg

Mon ami Richard

 img0862.jpg

Ami de Thierry qui tiens un gîte de france dans la montagne, et lui et moi

 

img0872.jpg

j’ai mis drapeau de prières au col

img0892.jpg

cascades du Rouget (Sixt-fer à cheval)

dscn6290.jpg

Only Lyon…

Après mon séjour alsacien, me voilà arrivé à Lyon. Cette fois, c’est mes amis Simon et Eva qui m’hébergent et m’accueillent si gentiment.  Bien que je ne suis pas resté très longtemps à Lyon, j’ai pu découvrir cette jolie ville située au confluent du Rhône et de la Saône grâce à Simon.  Il a été mon guide pour visiter Lyon le matin, il connaît très bien l’histoire de Lyon  et nous avons eu un autre guide pour visiter le Vieux Lyon l’après-midi. C’était vraiment intéressant et j’ai adoré.  En plus le beau temps et le soleil étaient là pour rendre la visite encore plus belle.

Le soir, nous étions un groupe d’une bonne dizaine d’amis trekkeurs réunis pour partager un agréable pique-nique au parc. C’était une super idée de se retrouver au parc et j’étais très touché que mes amis  viennent de loin pour me revoir et partager un moment d’amitié, riche en échanges et souvenirs.  C’était vraiment une belle soirée d’été! J’aime beaucoup les piques-niques et souvent au Népal, nous faisons des piques-niques avec la famille et les amis.  Un tout grand merci du coeur à Simon et Eva qui ont si bien pris soin de moi et merci à tous mes amis venus au rendez-vous dans le parc, c’était super et j’oublierai jamais mon séjour à Lyon et nos retrouvailles.  

,dscn6156.jpg

Quelle belle vue avec le fleuve !

dscn6210.jpg

 

dscn6159.jpg

 basilique.jpg

Basilique Notre-Dame de Fourvière

 

dscn6152.jpg

ONLY SIMON …ou  SIMON THE ONLY ONE Cool 

Mon ami Simon et moi devant ONLY LYON.

 cathedrale.bmp

l’escalier qui monte, dans les fameuses Traboules, tunnels dans les maisons du vieux Lyon

dscn6214.jpg

dscn6204.jpg

 

dscn6231.jpg

Dîner pique-nique dans le parc avec mes amis de trek venus de loin pour me revoir…

 

 photo05.jpg

Groupe de Bresse. Mes amis bressans

photo02.jpg

Maryse et Pascal qui ont fait trek avec moi en novembre 2006

 

photo04.jpg

Christine avec qui j’ai fait trek au Gokyo kalapather en novembre 2004

dscn6157.jpg

Trésor d’Alsace…

Après mon séjour breton, j’ai pris le train à Rennes avec mon ami Babulal. A Paris, il y avait mon amie Carine pour nous aider, elle nous a mis sur la bonne voie du train emoticone… Le trajet s’est bien passé et avec Babu, nous en avons profité pour pratiquer notre népali…  Arrivé à Strasbourg, mes amis Jacqueline et Katia avec son fils Simon et son compagnon étaient là pour nous accueillir.  Il y avait également les amis de Babu.  L’accueil fut très émouvant pour Babu et moi car nos amis avaient pris le drapeau népalais pour nous accueillir et ça nous as beaucoup touché.  C’était une super idée! 

 nepal2011.jpg  drapeaunepal.bmp

Pour vous donner une petite explication sur le drapeau népalais, aviez-vous remarqué que c’est le seul drapeau qui a une forme particulière, ni carré, ni rectangulaire?  Il se compose de deux triangles qui se superposent. Le triangle symbolise le dharma, c’est la loi morale, le devoir. La superposition des deux triangles symbolise l’union du masculin et du féminin. L’étoile sur le triangle inférieur était une des emblèmes des armes de l’ancien souverain du Népal. Le croissant de lune avec le soleil sur le triangle supérieur rappelle la prière qui dit « que la nation vive et prospère aussi longtemps que le soleil et la lune restent présents au firmament ».  C’est une très belle prière que j’aime beaucoup et cela nous a touché de voir le drapeau népalais à notre arrivée.  D’ailleurs, le drapeau est resté avec nous durant notre séjour (hihi).

Le soir de notre arrivée, nous avons été mangé chez Lili et avons passé une magnifique soirée en compagnie de tous nos amis alsaciens… Bien sûr Reshaaaam Phiririiii était au programme de cette soirée népalo-alsacienne, cela a été un grand bonheur pour nous tous !    

 

photo004.jpg

hamac.jpg

Dur dur la vie en Alsace (hihi)

Durant mon séjour alsacien, j’ai logé chez mon amie Jacqueline et pendant deux jours, j’ai eu la chance de participer à une activité encore jamais réalisée pour moi : aider un groupe de bénévoles à sauver les ruines du Château de Ramstein ! Le château de Ramstein est avec le château de l’Ortenbourg, l’un des deux châteaux qui dominent la commune de Scherwiller, située à 7 km de Sélestat, dans le département du Bas-Rhin. Il se trouve sur une crête à 384m d’altitude, en contrebas à l’ouest du château de l’Ortenbourg à quelques centaines de mètres. 

0771.jpg 

nepal2026.jpg  

repaschantier.jpg

Les sauveurs du château

En fait, ce n’était pas un château au départ. C’était une tour de siège construite en 1293 par Otton Ochenstein lors du conflit qui oppose les Habsbourg à Adolphe de Nassau. Il a été construit pour recevoir une machine de guerre, une grande arbalète à  tour qui tire depuis une meurtrière à niche (la plus grande d’Alsace) en direction du château de l’Ortenbourg. Après 1300, la tour a été transformée en château. Le château est détruit en 1633 par les Suédois durant la guerre de Trente Ans. Il ne reste aujourd’hui que la muraille extérieure et les deux tourelles. Il s’est malheureusement dégradé avec le temps, envahi par la végétation, il était amené à disparaître…. Mais heureusement, depuis 2002, un groupe de bénévoles de Scherwiller et des environs se mobilisent avec enthousiasme et efficacité lors des chantiers annuels de consolidation des ruines pour éviter la disparition du château. J’ai pu ainsi partager de très bons moments avec Rémy, Jocelyne et d’autres amis bénévoles, ils sont vraiment dévoués et engagés dans ce projet pour sauver le château, c’était pour moi une expérience unique et vraiment très intéressante, j’ai beaucoup d’admiration pour eux et j’ai appris beaucoup grâce à eux. Si cela vous intéresse de venir les aider , de découvrir ce trésor caché d’Alsace et le coeur adorable des Alsaciens, écrivez-moi et je vous mettrai en contact avec eux.

 nepal20281.jpg

90pxramstein3.jpg   mur.jpg 

brouette2.jpg  tn14.jpg

  

Nous avons aussi mangé chez Claude et Mimi, une bonne adresse à retenir également … Comme vous le constatez, je mange bien partout où je vais.

 namaste.jpg 

dejeuner.jpg

voiture.jpg

Nous avons également fait une rando avec nos amis, alors…en lang

uage codé de randonneur, cela donne : partis vers 10h30 de la ferme « Le Schantzwasen » en direction du lac vert (barrage hydraulique), montée dans tourbière (j’ai marché sur l’eau, oui oui) , ensuite, arrivée au lac des truites. Montée au col pour arriver sur les crêtes (gazon du Faing), pique-nique sur les crêtes avec une vue magnifique sur le lac des truites.  Là, je suis monté dans les arbres pour y pendre des drapeaux de prières afin que le vent emportent nos prières avec nos bonnes pensées…Ensuite, encore un col jusqu’au roche du Taubenglanc, marche dans la forêt où l’on trouve énormément de myrtilles.  

balade.jpg 

promenade.jpg

 drapeaudepriere2.jpg

nepal2032.jpg

 dscn6056.jpg

 

Et pour finir, retrouvailles avec Joce et Christian à l’auberge Schantzuasen. Au menu, de quoi vous ouvrir l’appétit… civet de biche et spaetzle ! Un vrai régale !   Encore bien mangé ! 

 biche1.jpg  

 Ensuite, j’ai été accueilli et séjourné chez mon ami Alain qui également a été aux petits soins pour moi. Très gentiment, il m’a fait visité le plan incliné de Saint-Louis-Arzviller et le rocher de Dabo d’où on peut admirer un magnifique panorama. Visiter le plan incliné de Saint-Louis-Arzviller était pour moi une expérience très intéressante aussi car je n’avais jamais vu ou visité un plan incliné, système qui remplace des écluses. Lors de la visite, nous avons fait une ballade en bateau jusqu’à l’écluse 17, l’ascension sur le plan incliné, la visite de la salle des machines, et une promenade en train forestier.  Mille merci Alain pour cette belle découverte. En dehors de la cuisine délicieuse, de la gentillesse et du dévouement de mes amis alsaciens, de mon expérience de bénévolat au château de Ramstein, de la visite du plan incliné et d’autres sites historiques, j’ai aussi aimé les maisons typiques à colombage, les beaux paysages de collines et de forêts, la beauté de la nature d’Alsace… Il y a tellement de trésors à découvrir en Alsace et  mes amis Alsaciens en font partie!  Que du bonheur…

   dscn6043.jpg 

dscn6140.jpg    dscn6064.jpg

planinclinesaintlouisartzwiller3.jpg

 dscn6128.jpg

Douce et belle Bretagne…

 

p1070855.jpg dscn5643.jpg

 

Après la visite du Mont-St-Michel, j’ai poursuivi mon voyage en séjournant en Bretagne chez mes amis bretons. D’abord chez Ronan et sa famille, ensuite chez Daniel et Marie.

J’ai eu la chance ainsi de découvrir grâce à eux cette région admirable que je n’avais jamais visitée avant.  Mes amis bretons ont tous été mes guides, chacun à leur tour… c’était incroyable, je suivais leurs pas et écoutais leurs explications comme eux l’ont fait lorsqu’ils étaient en trek avec moi au Népal… Je pouvais m’imaginer et comprendre leurs sentiments, ceux que l’on a lorsqu’on découvre une région inconnue, on est comme un enfant émerveillé et curieux, on regarde partout, on essaie de voir le plus possible, de comprendre ce monde qui est si différent du mien mais très intéressant… 

J’ai d’abord été accueilli chez Ronan.  Ronan, c’ est comme mon frère, il a un coeur aussi grand que la mer de Bretagne et que les montagnes du Népal. Il a fait un travail remarquable en s’occupant de tous mes trajets et il a coordonné les visites de mes amis pour le projet welcomenepali. J’ai été vraiment très heureux d’être présenté à sa famille. Lui, sa compagne Isabelle et sa famille ont été adorables.  Petite particularité de Ronan, il aime la danse bretonne et bien sûr, il m’y a initié… c’était une très belle découverte!  

dscn5664.jpg  dscn5714.jpg

En compagnie d’Isa et de Ronan

 dscn5710.jpg dscn5709.jpg

dscn5803.jpg dscn5715.jpg

 Crevettes roses de la mer

dscn5798.jpg  dscn5705.jpg

De fameuses bêtes ces crabes (hihi)

dscn5804.jpg 

Langoustines

dscn5776.jpg

Mon petit bateau (hihi)

dscn5671.jpg dscn5667.jpgdscn5670.jpg dscn5652.jpg

dscn5695.jpg  dscn5866.jpgdscn5881.jpg

Ensuite,  j’ai été accueilli chez Daniel et Marie qui ont été comme mes parents. Grâce à tous mes amis bretons, j’ai pu visiter différentes îles vraiment belles, dont celle de St Malo (avec Ronan) et celle de Bréhat (avec Marie et Daniel).  Marie et Daniel m’ont fait visiter leur village qui s’appelle Plérin, avec sa jolie église et le cimetière avec les noms des personnes décédées. Cela m’a marqué de voir un cimetière car dans ma religion, il n’y a pas de cimetière avec des tombes et le nom écrit, les personnes décédées reçoivent les rites funéraires de crémation et leurs cendres vont dans le fleuve sacré…  Avec d’autres amis de trek Noëlla, Patrice, Nicole, sont petit fils Vincent qui a le même âge que mon fils Siddartha de 12 ans, j’ai découvert l’île de Bréhat. Ils ont été mes guides et m’ont expliqué la particularité de son habitat traditionnel, les maisons bretonnes délimitées par des murs en pierre de granit.  Les îles de Bretagne sont si joliment fleuries et paisibles…J’ai adoré regarder les bateaux de pêche et de promenade, je n’ai pas l’habitude de voir ces paysages au Népal et j’ai adoré la mer.  Il y a tellement de lieux admirables ici… Ah oui, en plus dela danse bretonne avec Ronan, j’ai goûté la galette bretonne au blé noir préparée par Noëlla et du cidre… c’est très très bon !

Noëlla a été notre guide dans la Bretagne profonde avec ses montagnes noires, ses nombreuses traditions, la langue Bretonne encore pratiquée, les jolies chapelles, St Fiacre patron des pâtissiers, Ste Barbe patronne des pompiers… Il y a eu aussi la magnifique abbaye de Bon repos, les landes de Lisquis au bord du canal de Nantes à Brest, où ont été mises à jour les allées couvertes utilisées comme chambres mortuaires 3500 ans avant JC par les Celtes… Et pour finir, nous avons aussi visité la côte de Granit Rose, Perros-Guirec, Ploumanach et Trégastel, j’étais émerveilé par cet endroit. C’était le tour de Jacques d’être notre guide pour la journée et son épouse Maryse nous a rejoint pour le pique-nique.   

J’ai vu tant de lieux admirables… Qui  de vous aurait pensé il y a quelques années quand je vous guidais au Népal qu’un jour… vous seriez mes guides! Vous avez tous été super et adorables, je garderai un souvenir ému des moments passés ensemble et de la douce et belle Bretagne. 

 

p10708371.jpg

 

p10708001.jpg

 

p10708361.jpg

 

pict01292.jpg

Avec Vincent qui a le même âge que mon fils Siddartha

pict0158.jpg

Un breton vert !

 

pict0169.jpg

Délicieux repas

pict00891.jpg

 Marie, Noella, Partrice…et moi

p10708351.jpg

p10707891.jpg

 pic090.jpg

Le groupe de Daniel, Marie, Patrice, Noella, Isa…au Kala Patar en ocotbre 2007!

Mont St-Michel, sites sacrés et de pélerinage…

A 4h du matin, avec Georges, Michel, Nicole, Thierry, Chantal, Caroline, mes deux amis guides Kamcha et Babulal, nous sommes partis marcher et traverser la baie du Mont St Michel. L’après-midi, mon ami Jacy nous a rejoint.  Traverser la baie a été pour nous une expérience formidable et unique, surtout pour mon ami Kamcha qui n’avait jamais vu la mer, c’était la première fois pour lui. Vous pouvez imaginer son émotion. J’ai eu l’impression qu’il a eu un peu peur au début… pour nous aussi c’était une expérience géniale. En plus de cela, nous avons pu profiter du lever du soleil avec la vue sur le Mont St Michel, c’ était admirable, un souvenir que jamais nous n’oublierons.  Après, vers 16h, nous avons une visite guidée du site en général, c’était vraiment très intéressant.  Merci à nos deux guides Romain et Gaelle pour nous avoir guidés au Mont St Michel, site sacré, nous avons été privilégiés de pouvoir le découvrir et le visiter.

 

mtstmichel2.jpg

Oh là là  on s’enfonce…

 

mtstmichel7.jpg

mtstmichel4.jpg

 dscn5617.jpg

 

dscn5623.jpg 

 

dscn5637.jpg

dscn5622.jpg

dscn5638.jpg

Chez nous au Népal, comme chez vous il y a plusieurs sites sacrés et de pèlerinage. Chaque temple est attaché à une légende ou un croyance comme c’est le cas chez vous aussi. Par exemple, il y a de nombreux endroits religieux célèbres dans la vallée de Kathamandu : Pashupatinath, Swayambhu , Boudhanath … ce sont des sites très importants qui sont classés au patrimoine mondial.
Les lieux de pélerinage comme Muktinath et Gosainkunda sont aussi très célèbres comme lieux sacrés mais aussi comme destination de trek. Lumbini est aussi très important pour les Bouddhistes car c’est le lieu saint du bouddhisme où est né le Boudha. Un grand nombre de touristes de différentes parties du monde, surtout en Asie du Sud et l’Asie du Sud-Est viennent en pèlerinage au Népal.

En quelques mots, pour ceux qui connaissent pas:
 

 Le temple de Pashupatinath
C’est le temple de Shiva. C’est un des lieux de pèlerinage les plus sacrés pour les Hindous. Il est situé à 5 km du centre sur les berges de la rivière Bagmanti, rivière sacrée aussi. Il y a une colline boisée aux environs où vivent de nombreuses singes.  Pashupatinath est célèbre aussi pour son magnifique temple aux toits d’or. Pour les visiteurs non-hindouistes, il est interdit d’entrer dans la cour du temple et dans le temple. Pashupatinath est aussi le lieu habituel où l’on incinère les morts de Kathmandu. Les crémations ont lieu généralement tôt le matin ou en fin d’après-midi, mais en fait, il n’y a aucune heure fixe. Traditionnellement une crémation dure environ 4h à 5h. Les cendres des morts sont ensuite jetées dans l’eau afin qu’elles puissent rejoindre le Gange, mère de tous les fleuves et fleuve sacré.
pashupatinath.jpg

 

 

 

Swayambhunath

Le nom de Swayambhu veut dire « celui qui est né de lui-même ». C’est la plus ancienne stupa de la région qui domine toute la vallée du haut de sa colline.
Sa fondation remonterait à 2000 ans, soit 540 ans après la naissance de Bouddha. Swayambhu est un sanctuaire et un lieu de pèlerinage très vénéré. La stupa bouddhiste de Swayambhu est très célèbre parmi les hindous et les bouddhistes. . .C’est aussi un très bel endroit pour avoir une belle vue sur Kathmandu.

 

image643.jpg
 

 

 

 

Boudhanath

La stupa de Bodnath est située a environ 8km du centre de Kathmandu. C’est un lieu de rassemblement de tous les bouddhistes, le plus vénéré de toute la vallée, même de tout le pays. Autour de cette stupa, les maisons sont presque toutes habitées par des moines tibtétains.

 

bodnath.jpg
 

Lumbini

Lumbini est le lieu célèbre de la naissance de Buddha situé dans les plaines du Terai. Ce lieu est sacré et marqué par un pilier de pierre (pilier d’Ashola) qui a été construit par l’empereur Ashoka de l’Inde en 249 avant J.-C.
De nombreux pays bouddhistes ont construit ou construisent encore des temples, monastères ou stupas près du jardin sacré. Le pilier d’Ashoka est situé à proximité du jardin sacré. D’un côté de la borne Ashoka se trouve le temple de Maya Devi. L’étang Puskarni, où la reine Maya Devi, la mère du Bouddha, a pris un bain avant de lui donner naissance, se trouve au sud du pilier. Kushinagar est l’endroit où le Seigneur Bouddha passa au Mahaparinirvana. L’arbre sous lequel Bouddha a atteint la sagesse est appelé l’arbre Bodhi, et le temple marquant le lieu sacré est appelé le temple de Mahabodhi. Il ya également trois musées à Lumbini.
Muktinath

Muktinath est l’un des sites de pèlerinage les plus importants du Népal à la fois pour les bouddhistes et les hindous. Il est un excellent exemple d’un lieu sacré partagé en harmonie par les fidèles des deux religions.
Le nom local de Muktinath est Chuming Gyatsa, ce qui signifie « centaines de sources ». En effet, derrière le temple, il y a 108 sources. Le lieu sacré se trouve dans un bosquet d’arbres et comprend un monastère bouddhiste (dédié à Buddha) et le temple Jwala Mai (dédié à Vishnu), qui contiennent une flamme éternelle alimenté par du gaz naturel venu de la terre. Ce lieu sacré est symbole de la combinaison de l’eau et du feu et a une grande importance religieuse.

 

muktinath.jpg

Le temple

 

muktinathfontaines1.jpg

Les centaines de fontaines

Le transport

Lorsque je voyage ici durant mon séjour, j’ai pris le train, j’ai été en voiture, en bus, en métro, en tram… il y a beaucoup de possibilité pour se déplacer. J’ai été impressionné par les routes avec 3 ou 4 bandes, ça n’existe pas chez moi des grandes routes comme ça. Aussi les trains roulent vraiment très vite ici et ils sont très confortables. Le bus et le métro aussi… J’ai vu des marchandises transportées par bateau ou par camion, je sais que ça existe aussi par avion..

.dscn5144.jpg

 dscn5176.jpg

cimg0142.jpg

Devinez c’est qui sur la moto? Cool

Chez nous au Népal, le transport est peu développé et insuffisant. Actuellement, il existe environ 6000 km de route (la plupart dans le Terai), une quarantaine d’aéroports, et un chemin de fer limité à l’est du Terai (51km). Le chemin de fer népalais rejoint la ligne de chemin de fer en Inde.  C’est la seule ligne de chemin de fer du Népal. Les aéroports sont dispersés sur les collines et la ceinture Terai. Étant un pays montagneux, le transport de l’eau est pratiquement inexistant. En général, les installations de transport diminuent vers le Grand-Nord et l’extrême-Ouest du pays, zones tres isolées. Autrement dans la plupart des régions du pays, les marchandises sont transportées par camion lorsqu’il y a des routes, à dos d’hommes ou par caravanes de yacks et de mulets entre les villages et les hameaux des collines et des montagnes. Le transport par route est beaucoup plus lent au Népal à cause de l’état des routes, parfois c’est juste des pistes.  La construction des routes dans les montagnes coûte très cher. Les routes sont faites  en grande partie « manuellement » et la plupart des routes ne sont pas goudronnées. Petit à petit, je pense que cela se développera mais ça prendra du temps car le Népal ne s’est ouvert au monde moderne que depuis 1953… il y a beaucoup à faire et de retard par rapport aux autres pays plus développés mais petit à petit, cela évoluera je pense…  

200903nepalrailways11.jpg 

Nepal Railway (NR) 

chaleureuxnamaste.jpg

 trafickathmandou.jpg

Rue de Thamel à KTM

Belle vie des chiens et des chats en europe…

Cela m’a fait sourire de voir beaucoup de personnes qui promènent leurs chiens avec une laisse dans les parcs et les rues et aussi dans les musés… Ils sont apprivoisés et vivent dans les maisons, ils reçoivent à manger et ne doivent pas chercher pour trouver la nourriture… Ils reçoivent vaccins et beaucoup de soins…parfois ils sont comme des bébés Sourire… On m’ a dit qu’il existe des endroits pour dresser les chiens, aussi des salons de coiffure ou toilettage pour chiens et chats, des magasins spécialisés pour les animaux domestiques… oh là là…c’est belle vie pour les animaux ici… 

dscn5326.jpg

boutiquetoutouniere.jpg

chatcitron.jpg

Chez nous, c’est différent, il n’y a pas tout cela pour les animaux comme les chats et les chiens.  En général les chiens restent à l’extérieur, les chats sont eux par contre aussi souvent à l’intérieur. Les chiens gardent les maisons à l’entrée de la maison mais il y a aussi les chiens de bergers comme chez vous qui protègent et rassemblent les moutons et les chèvres. En ville, il y a beaucoup de chiens qui vivent dans les rues qui ont vie de misère, par exemple à Katmandu et à Pokhara.  Ils n’appartiennent à personne. Souvent pendant la nuit, il arrive d’entendre les aboiements de chiens ou des chiens qui se battent… Dans la maison, nous gardons les chats pour chasser les souris et les rats mains nous ne leur donnons pas à manger car sinon ils ne chassent pas les souris ou les rats.  Par contre, nous avons un festival pour les chiens durant le festival des lumières. Ce festival s’appelle Kukur Tihar (festival du chien).  Les chiens reçoivent un collier de fleurs et de la nourriture.  C’est aussi appelé Narak Chaturdashi.  Une légende hindoue raconte que la relation étroite entre l’homme et le chien est bénéfique à l’humanité.  Le chien est le symbole de la co-existence des êtres humains avec les autres êtres vivants comme les animaux dans la nature

 image590.jpg     pic20kukur.jpg

  dog.jpg

12345



maple syrup, bears and land... |
Meli et Melo au Japon |
Un été au Portugal... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Nouvelle-Zélande 2011
| Notre voyage en Thailande
| Rom et Chipo chez les grizzlis