Archive pour la Catégorie 'Treks'

Une équipe de coeur dans les Anapurnas: Sylvie, Benogo, Ramesh, Dipendra et Dinesh

Sylvie était venue au Népal l’année passée en compagnie de sa fille Julie (Juju).  Le séjour l’avait beaucoup marqué et elle a souhaité revenir cette année pour le grand tour des Anapurnas. Benogo, un homme grand et fort l’accompagne dans  cette belle aventure.

Tous les deux sont adorables, ils ont bien compris la situation des porteurs ici.  Ici être porteur est une nécessité, un métier de survie.  Les porteurs ont besoin de travailler et demandent à faire partie des treks, c’est pourquoi  Sylvie et Benogo ont demandé à avoir non pas un porteur pour deux, comme c’est le cas habituellement,  mais deux porteurs ! Ils voulaient donner du travail et alléger leur charge. C’est un geste très généreux de leur part qui a touché le cœur de Ramesh, Dipendra son plus jeune fils, tous deux porteurs.

Ainsi, Ramesh et son plus jeune fils Dipendra, sont partis avec eux comme porteurs. Dinesh était leur guide et a fait en sorte que tout se passe bien. Et les voilà, tous les 5 en route pour une belle aventure de trek, mais aussi humaine et amicale.

A leur retour, Sylvie et Benogo ont été tellement ému de ce voyage qu’un article a été publié dans le journal local et qu’ils ont tenu deux conférences sur le Népal dans leur ville, à Sens.  Je crois bien qu’ils ont attrapé le virus du Népal :-)  Lisez son bel article et visionnez leurs magnifiques photos…un moment de partage et de bonheur.

 

 

Le Grand tour ANA avec de grands coeurs
Album : Le Grand tour ANA avec de grands coeurs
photos de Sylvie et Benogo, grand tour des anapurnas oct 2016
8 images
Voir l'album
 

Et en bonus, lisez ce qu’en dit notre Ramesh Bajé qui nous raconte son histoire et son vécu de ce trek

Je m’appelle Ramesh Khadka et je viens de la région de Dolkha (à l’est de Kathmandu, entre le Langtang et la région de l’Everest).
Je suis porteur. et j’ai 59 ans. Je suis un papy porteur maintenant mais j’ai commencé à mon métier l’âge de 25 ans environ et aujourd’hui à 59 ans je travaille toujours comme porteur.  C’est Basu Dev Kafle, un Népalais de mon village marié avec une Française qui a ouvert son agence de voyage à Thamel qui m’a proposé d’être porteur pour les treks.  C’est ainsi que tout a commencé…depuis lors, je porte les sacs de trekkeurs sur les sentiers du Népal… J’en ai fait des sentiers, vu des beaux paysages et aussi les changements avec le temps…  A l’époque, le Népal était encore moins développé que maintenant, tous les treks se faisaient en bivouac car il n’y avait pas des lodges comme aujourd’hui, les parcours étaient plus longs aussi car il y avait moins de routes.

En octobre, j’ai eu la chance de partir au trek avec Sylvie et Benogo. Dinesh Magar était notre guide et mon fils qui s’appelle Dipendra est venu aussi comme porteur avec moi son papa.

D’habitude, c’est un seul porteur pour deux trekkeurs mais Sylvie et Benago ont insisté pour nous donner travail et prendre deux porteurs au lieu de un. Ils ont un cœur grand comme les Anapurnas.
Dipak qui m’a engagé, a commencé comme moi porteur et depuis tout jeune,  je l’ai vu progressé au cours des années, il a eu la chance de pouvoir suivre des cours de langues, d’apprendre l’anglais et le français, de devenir ainsi guide et aujourd’hui, il dirige son agence.  Je suis très heureux de travailler pour lui car il n’a pas oublié la difficulté du travail de porteurs, il nous comprend et nous respecte, on aime bien travailler avec lui ;-)
De mon côté, je n’ai pas pu progresser car je n’arrive pas à apprendre d’autres langues, c’est pas mon truc et puis je suis âgé maintenant.  Mais ce n’est rien car j’aime partir en trek avec de sympathiques clients et un bon guide qui apprécie son équipe, qui aime chanter et danser et qui nous respecte… Pour ça, Dipak sait y faire.  Il connait ses hommes et sait former les équipes, il sait qui il faut faire partir ensemble pour que tout fonctionne.
Durant le trek, j’étais le papy de tous, et tous m’appellent Ramesh bajé, ça veut dire papy Ramesh.  Dipak et Basanta Pangeni m’appellent Bajé aussi, c’est une forme de respect ici au Népal.  Ils savent aussi que c’est important que notre guide choisisse bien le lodge où les clients et porteurs passeront la nuit.  Certains propriétaires de lodges ne respectent pas bien les porteurs car en général, on sent la sueur et on est moins soigné, alors ils nous traitent pas très bien.  Avec les guides de l’équipe de Dipak, je sais qu’on sera toujours bien soigné car ils attachent beaucoup d’importance au respect des porteurs et demandent aux propriétaires de lodges de bien nous soigner sans quoi ils choissent d’autres lodges  pour leurs clients et leurs porteurs.
 
Nous sommes partis au trek vers Bulbule en bus local, ce 11 octobre c’est le grand jour de Dashain, le jour de la tikka. C’est le jour de la bénédiction de nos aînés…mais comme chaque année, il ne m’est pas possible de fêter Dashain car ça tombe en pleine saison de trek.  Ma famille le fête sans moi et mon petit fils, mais ce n’est pas grave car nous avons travail et c’est le plus important.  Durant les tremblements de 2015, ma maman est décédée et toute ma maison a été écroulée.  C’était très triste et difficile pour ma femme et moi et nos enfants.  Heureusement , l’association Resham Firiri nous a aidé pour reconstruire.  Beaucoup de porteurs ont été dans le même situation que moi et heureusement l’association a pu nous aider, grâce aux donations des amis et connaissances de l’association. Pour ça, je travaille toujours avec bon cœur et j’ai pas assez de mots pour remercier tous les donateurs et l’équipe de association Resham Firiri. C’est une aide qui a fait chaud au cœur dans les moments si difficiles de deuil et de ce désastre après les tremblements.
Aussi je tiens à remercier Christian de l’association, un homme grand et qui a bon cœur lui aussi , car il offre des cours d’anglais à mon fils Dipandra. J’espère il pourra lui aussi évoluer comme Dipak, devenir guide et bien apprendre l’anglais, comme ça je pourrai enfin reposer mes vieux os et prendre ma retraite.
Avant , on faisait le tour des Anapurna en 28 jours.  Mais après, ils ont construit une route jusque Besi Sahar et ça a raccourci le tour. De nos jours, on commence le trek à  Ngadi.  Cela racourcit le trek encore de 15 jours. Il est même possible de monter jusqu’à Manang par la piste, alors qu’avant c’était impossible.  Il faut venir maintenant si vous voulez faire le grand tour car la piste se construit , le pays se développe malgré les catastrophes naturelles et les problèmes politiques… imaginez qu’on a des lodges avec de l’ eau chaude, du wifi, des téléphone portables qui fonctionnent en altitude ….
Je suis montée jusqu’au lac Tilicho avec Sylvie et Benogo, Dinesh notre guide et mon petit Dipendra  Extraordinairement, ça capte la haut ! J’ai pu appeler ma famille, rassurer ma famille que petit Dipendra allait bien et que tout se passait bien au trek. 
Le trek s’est passé super bien à tous niveaux : temps splendide, compagnie super avec Sylvie et Benogo, Dinesh et petit Dipendra, c’était un trek de rêve avec beaucoup d’amitié, d’échanges, de sourires…
Merci à toi Sylvie, à toi Benogo, de nous avoir donné travail à mon petit Dipendra et moi, merci à toi Dinesh de nous avoir bien respecté.  Merci aux dieux pour avoir donné une bonne météo à nous pour ce trek.  C’était magnifique, un bonheur partagé !
20161104_065656-COLLAGE

Au Mustang avec nos amis de l’Ardèche!

Dominique, son époux et nos amis de l’Ardèche étaient venus au Népal quelques temps passés …mais leur curiosité les a poussé à revenir pour découvrir cette fois, le royaume du Mustang, un lieu mystérieux.  C’est un trek qui intrigue et qui se mérite.  Il se réalise dans une région isolée « restricted aerea »  nécessitant un permis spécial pour y aller.  

DSC01714

Les habitants de cette région sont de religion bouddhiste tibétaine(Sakyapa).  Au 7ème siècle, le Tibet a conquis le Royaume du Mustang.  Bien après, ce petit royaume caché a été rattaché au Népal.  Le style, la culture et la langue du Mustang proviennent de l’ancien Tibet.  Leur culture traditionnelle a continué être pratiquée et est presque inchangée depuis des siècles.  C’est en 1991 que le ministère de l’Intérieur du Népal a annoncé l’ouverture de zones règlementées, dont celle du Mustang, afin de préserver leur patrimoine culturel et naturel.

Le niveau du trek est assez sportif, le climat est sec, l’altitude dépasse les 4000m et il y a beaucoup de vent….mais en récompense, les paysages sont grandioses.

DSC01793

Cette fois, c’est Basanta, Sambou, Suraj, Nima, Dinesh, Boudhi,un muletier et 8 mules qui composent l’équipe népalaise. Une joyeuse troupe pour accompagner nos amis Ardéchois bien sympathiques.  Je laisse les photos de Dominique , la coordinatrice du groupe, vous raconter quelques moments de ce trek ainsi que son petit écrit témoignant son ressenti au retour de trek:
 

« Après notre trek au Mustang assez endurant (mais tu nous avais avertis !) nous sommes rentrés chez nous Ardèche, émerveillés par tous ces paysages grandioses et impressionnants que nous avons traversés et riches de toutes ces rencontres avec ce peuple tibétain étonnant, incroyable et si accueillant. Personnellement, je n’ai pas encore tout à fait atterri ! Je resterai très marquée par ce voyage exceptionnel. C’est toujours comme ça, même si ça été assez difficile par moments, finalement, une fois rentré, on ne retient que le meilleur ! Ce n’était pas un trek anodin, il fallait le mériter…  Salut bien Basanta ainsi que Sambou, Sun et Nami et toute l’équipe des cuisiniers, porteurs et muletiers qui nous ont toujours très bien accompagnés. »

 

Mustang avec nos amis de lArdèche oct 2016
Album : Mustang avec nos amis de l'Ardèche oct 2016

20 images
Voir l'album
 

Les étapes et détails de ce trek sont disponibles sur demande, n’hésitez pas à me contacter :-)

Merci à Dominique pour son témoignage et à toute l’équipe des Ardéchois pour être venus découvrir le Mystérieux Mustang.

 ???????????????????????????????

Avec toute mon amitié,

 

Dipak

Découverte du bas Dolpo en compagnie de Gérard, de ses amis et de notre équipe

C’est où le Dolpo ?  C’est une région isolée à l’ouest du Dhaulagiri, avec de nombreuses vallées et des cols à plus de 5000m. On y trouve le parc national de Shey-Phoksundo. Sa population est d’origine tibétaine et vit principalement de la culture de céréales, de l’élevage du yack et des échanges avec le Tibet.
Gérard vient de la région lyonnaise… Avec son épouse et plusieurs compagnons de voyage, ils rêvaient de venir découvrir le légendaire Dolpo.   C’est ainsi que tout a commencé, il m’a contacté et ensemble, nous avons convenu d’un programme, nous avons beaucoup correspondu par mails  avant l’arrivée le Jour J, cela a permis de pouvoir répondre aux nombreuses questions de préparation pour ce trek et de bien le préparer ensemble.
Le Dolpo, c’est tout une aventure ! Déjà rien que pour atteindre la première étape Dunaï et organiser toute la logistique jusque là!  
Il faut prendre les vols vers Nepalgunj et Juphal, mais ceux-ci  sont soumis aux conditions climatiques et aux décisions de la compagnie aérienne !  Les horaires de ces vols sont aléatoires. Ils peuvent être retardés ou annulés, et ce pendant plusieurs jours.  Si tel est le cas, la seule solution pour rejoindre Juphal est l’hélico…  Sur place, il n’y a pas de tout … loin de là,  il  faut prévoir du matériel et de la nourriture en complément, il y a une grande logistique à prévoir en coulisses…  Pour aller au Dolpo, il faut donc y être préparé physiquement et mentalement.
Cela dit, cela n’a pas freiné nos dix aventuriers ni notre équipe népalaise dirigée par Rishi (guide) et Yam (assistant guide) sans oublier Prem, notre cuisinier.
Nos 10 aventuriers et Rishi, Yam et Prem ont donc pris l’avion vers Nepalgunj et ensuite vers Juphal, lieu pour accéder au Dolpo. Sur place, d’autres membres de l’équipe népalaise de l’agence étaient partis une semaine avant par la route et attendaient l’arrivée du groupe. A Juphal, 3 autres népalais et deux muletiers ont également rejoint l’équipe.  Au total, l’équipe entière était composée de 10 français, 10 népalais et  14 mules pour porter les tentes, les denrées, les bagages et le matériel pour le bivouac. 
Rishi, notre guide a la  trentaine ! Il est plein d’énergie et d’enthousiasme et tellement content de pouvoir partir au Dolpo avec un groupe de 10 personnes.  Il est assisté par Yam un super aide-guide aussi, et Prem, un de nos meilleurs cuisiniers, plus tous les autres de l’équipe népalaise qui contribuent au bon fonctionnement du trek. Les rôles dans l’équipe népalaise sont bien définis et chacun sait ce qu’il a à faire.  
 
Voilà, une fois tout le monde réuni, une troupe de 20 personnes et de 14 mules partent à la découverte du Bas Dolpo.
 
Il serait trop long de vous détailler toutes les étapes, toutes les découvertes et émotions qu’offre ce trek mais nos aventuriers en ont eu plein la vue… Ils ont pu découvrir des monastères, traverser des forêts de cèdres, la rivière Tarap et ses gorges … Ils ont franchi de nombreux ponts.  A Dho-Tarap,ils ont pu profiter de 2 journées libres d’acclimatation visiter les monastères bouddhistes de l’Ecole Nyingmapa (Bonnets Rouges) de Ribo Bhumpa et de Doro, ainsi que le monastère Bön-Po de Shipchhok
 
Ils ont ensuite quitté la haute plaine de Dho Tarap pour passer un premier grand col, le col de Numa La (5309 m ) , ensuite ils ont passé le haut col de Baga La (5070 m) pour découvrir la région du lac Pokhsumdo avec beaucoup d’émotions: un lac d’une grande profondeur.
 
Au retour, ils ont retrouvé des paysages plus verts, des cultures en terrasses et des villages…
Après le trek, pour finir leur séjour, nos aventuriers ont passé quelques jours à Bardia, dans le parc national pour y faire un petit safari, mais l’émotion y fût moins grande et au final, ils préféraient être au trek  et manger les bons plats de Prem.
 
Gérard nous confiera ces queqlues phrases à son retour en France :
 
« Après cette expérience (qui fut une première pour la plupart d’entre nous), nous sommes bien rentrés dans nos foyers respectifs, remplis d’un profond sentiment de contentement tellement ce trek nous a apporté de satisfaction.
 
Pour ma part je garderai notamment  en mémoire l’arrivée sublime sur le village de Do Tarap baigné de la douce lumière du soleil couchant et bien évidemment l’exceptionnelle couleur turquoise du lac de Phoksundo. Sa surface plane dégage une ambiance de pureté et de calme absolus propice à la méditation et en contraste avec cette même eau qui dévale ensuite dans des torrents impressionnants d’écume et de bruits. ».
 
14711203_641868165972936_9135473328403258050_o
Dolpo sept-octobre 2016
Album : Dolpo sept-octobre 2016

13 images
Voir l'album
Ce trek au Dolpo a ouvert la saison de trek pour l’automne 2016 et vous pourrez lire dans les autres articles, que de belles aventures étaient encore à venir…
 
Merci à Gérard et ses compagnons de voyage pour nous avoir fait confiance et de nous avoir permis de mettre quelques photos (photos de Gérard et de Rishi) et aussi à toute mon équipe pour avoir réalisé ce trek avec succès. 
Avec toute mon amitié, 
Dipak

Les aventures d’Antoine et Eve-Marie au Népal :-)

Antoine et Eve-Marie, deux jeunes aventuriers, passionnés de voyages et de rencontres, sont venus au Népal pour la première fois l’automne passé. Ils en gardent un très bon souvenir et ont souhaité partager leur aventure grâce à un super film qu’ils ont réalisé. 

Leur séjour au Népal a débuté dans l’eau (et oui, non dans les montagnes ;-) et après, ils ont grimpé pour aller voir les sommets, rencontrer les habitants, traverser les villages en faisant le trek Ghorepani, idéal pour découvrir le Népal et voir le lever du soleil sur les géants de l’Himalaya… Basanta leur guide et Prem leur porteur étaient avec eux pour partager cette belle aventure! Après le trek, ils ont poursuivi par un séjour en pleine nature dans la jungle du Teraï, au cœur du parc national de Chitwan…ils ont apprécié la compagnie de Ganesh l’éléphant qu’on vénère tant ici au Népal! Pour les Népalais, Ganesh, le dieu éléphant représente la force qui permet de traverser les difficultés dans la vie.  Ils ont même pris le bain ensemble!  Ils ont pu observer les animaux et la faune en barc et sur le dos de Ganesh… Enfin, pour vivre à la népalaise, rien de tel qu’une immersion dans une famille en zone rurale et non touristique… regardez plutôt… les images parlent d’elles-mêmes. 

https://www.youtube.com/watch?v=CGC1LWAgg3s

Pheri bethaunla! A bientôt!

Une belle saison de treks – printemps 2016

Mes chers amis,

Cela fait un petit temps que je n’ai pas écrit d’articles de trek mais rassurez-vous, ça ne veut pas dire qu’il n’y a pas eu de treks au Népal :-) Tout va bien ici, mon équipe et moi étions ces derniers mois sur le terrain, moi au bureau occupé à organiser les treks, répondre aux demandes,  à faire le le lien pour que tout se passe bien, et le reste de mon équipe était dans les montagnes avec nos amis trekkeurs.

La saison de printemps s’est bien passée, même si la météo a parfois été un peu changeante, tous les treks se sont bien déroulés.  Heureusement le blocus indien qui avait paralysé le pays pendant plusieurs mois s’était arrêté juste à temps.  Le tourisme a repris doucement et c’est la déesse-mère des moissons,  l’Annapurna qui a eu le plus de succès ce printemps. L’Annapurna a une déesse légendaire au Népal, elle offre beaucoup de variétés dans ses paysages et dans les ethnies rencontrées.

 

Didier et sa famille ont ouvert le « bal des treks ».  Didier  s’occupe de l’association « Aventure au bout du monde« , une association regroupant les amoureux du voyage.  Ils  s’échangent des informations pratiques, culturelles, les bonnes adresses dans les différents pays visités . Dider, son épouse et leurs enfants ont fait le trek qui mène à Poon Hill dans les Anapurna , c’est Rishi qui les a guidés.  Ils ont eu du beau temps et ont pu voir le lever du soleil à Poon Hill sur les montagnes légendaires. Si cela vous intéresse de connaître son association et de la rejoindre, cliquez sur le lien suivant :

ABM Aventure  au Bout du Monde

Ensuite, c’est Jocelyne, Philippe et Danielle qui ont fait trek dans le Langtang avec Basanta. Malgré qu’il reste encore des dégâts des tremblements et que les habitants sont encore marqués des événements passés en 2015, ils  gardent toujours le sourire et courage, surtout lorsqu’ils peuvent accueillir à nouveau des trekkeurs. C’est donc possible de faire des treks dans le Langtang et de loger dans les lodges qui ont été réparés. Tout s’est bien passé pour eux aussi et c’était émouvant pour eux comme pour les habitants de pouvoir faire des treks dans cette région qui a beaucoup souffert.

Claire et Stéphane ont choisi le tout  grand tour de l’Annapurna en passant le col du  Thorong la à 5416m, ils ont  poursuivi leur trek dans  la valée de la rivière Kaligandaki en continuant jusqu’à Ghorepani.  En passant par la forêt entre Ghorepani et Tadapani, ils ont pu voir le début de la floraison des rhodo géants, c’est un joli paysage avec les montagnes en arrière fond.

 

Et puis c’est au tour de Christophe et Valérie avec leurs 3 enfants …une famille belge bien sympathique venue pendant les congés scolaires de Pâques en Belgique J  Malgré l’actualité difficile dans leur pays (attentats du 22 mars), ils n’ont pas eu peur de prendre l’avion et de faire un long voyage pour découvrir notre pays.  C’était pour eux la première fois au Népal.  Ils ont contacté notre agence grâce aux commentaires de forum de voyages. Ils ont débuté leur séjour par la découverte de KTM et sa vallée en compagnie d’un guide culturel (Bhaktapur, Pashupatinaht et Boudhanath… ).  Ils ont dîner au resto Athiti Griha où il y  un spectacle de danse typique népalaise.  Ils sont partis après en trek jusque Ghorepani , le trek idéal pour une première fois au Népal et pour une famille.  Même si le beau temps n’était pas toujours de la partie, ils ont bien apprécié le trek et beaucoup sympathisé avec l’équipe : Basanta leur guide, Ramesh et Prakash leurs porteurs.   Après le trek, direction Chitwan  National Park pour un petit safari, ils ont adoré le petit safari et aller à dos d’éléphant pour observer les animaux sauvages dans la jungle…et pour finir leur séjour et découverte népalaise, ils ont été accueilli à mon village à Chormara dans ma famille et ont pu rencontrer ma famille.  

Ils ont fait de magnifiques photos qu’ils ont gentiment accepté de partager avec vous : cliquez sur le lien ci-dessous:

 Photos de Valérie et Christophe

 IMG_1480 IMG_1998

L’équipe au complet, une joyeuse bande :-)

 IMG_1482 IMG_1897

Basanta et Ramesh

 IMG_1483

 Prakash

Raphael et Bulent, deux passionnés de yoga sont venus également au Népal.  Après leur petit trek dans les Anapurna avec notre guide Hari, ils ont séjourné dans un ashram de yoga à Pokhara, l’Anapurna Yoga Ashram.  Ils avaient cours de yoga de 90 min le matin suivi d’une heure balade méditative et  cours de yoga de 90 min en soirée.  Les repas étaient végétariens et préparés par la famille du ashram.

 

Céline, Isabelle, Anne Sophie et Delphine… 4 amies qui ont voulu partager une aventure de trek  autour de l’Annapurna…  Elles ont commencé le trek depuis Bulbule en passant par de nombreuses rizières en terrasse.  Le trek des Anapurna est légendaire car il est très varié tant au niveau des paysages que des ethnies rencontrées. C’est Rishi, Chandra et Dinesh qui les ont guidés et accompagnées durant leur trek. Elles ont eu du beau temps et tout s’est bien déroulé.

 

Martine et Jean-Pierre, un couple de la région lyonnaise sont partis avec mon ami guide Hari. Ils ont fait eu aussi le tour de l’Annapurna jusqu’à Jomsom.  Eux aussi m’ont contacté suite aux commentaires sur des forums de voyage. Hari est mon ami de longue date, il parle bien le français et a une formation de guide de montagnes.  Il a beaucoup d’expérience de la haute montagne. Martine et Jean-Pierre ont passé avec succès le Thorong La, la première fois qu’ils étaient montés aussi haut !

 

Sabrina et Jonathan, une jeune couple qui fait beaucoup de montagne (Jonathan est guide de montagne en France). Ils ont opté pour le trek sportif du Dhaulaghiri, un trek plus difficile que les treks plus classiques.  Ils sont partis à 2 avec Pasang Nima et Prem Sunuwar et des autres porteurs car il y a 4 jours en autonomie à prévoir dans ce trek . C’est un trek qui explore une zone pas ou peu fréquentée. Le chemin fait passer par des villages d’ethnie Gurung ,  beaux champs en terrasses et de belles vues sur le Dhaulagiri. Il conduit au Camp de Base du Dhaulagiri (4685m), passe par le col français à 5360m dans la vallée cachée là où a été Maurice Hertzog et son expédition. Au rendez-vous, ambiance haute montagne !

 

Mathilde et ses deux amies, ces 3 jeunes dames sont parties avec Rishi, Dinesh et Chandra. En chemin ils ont bien sympathisé tous ensemble, au point qu’à la fin, elles sont venues loger dans ma famille et on partageait les repas en famille avec elles 3.

 

En ce moment, Julie, venue du Canada est en train de faire le trek aussi dans les Anapurnas.

 

Et voilà, la saison des pluies arrive… il sera venu le temps de planter le riz, la mousson apportera humidité et chaleur pour une belle récolte de riz à l’automne. D’ici là, je vais préparer la saison prochaine… déjà de belles aventures en perspectives : le bas Dolpo, le Mustang, les Anapurna, le Terai, la région de Humla à l’extrême ouest du Népal…

 

Il y a encore de la place sur certains treks, n’hésitez pas à me contacter ou à me faire part de vos souhaits, mon équipe et moi ferons le maximum pour répondre à votre demande et faire le programme qui vous convient.

 

A très bientôt. Pheri bethaunla!

 

Dipak

Témoignage de Jean-Charles et Elisabeth

Bonjour,

Ma femme et moi (cinquantenaires tous les deux), rentrons du Népal où nous avons passé 17 jours du 22 juillet au 7 août 2015.
Nous avions pris nos billets d’avion avant le tremblement de terre. Tout bien réfléchi, nous avons maintenu notre voyage, mais, contrairement à nos habitudes, pour rassurer nos proches, nous avons contacté plusieurs agences locales afin d’organiser un trek de 6-7 jours dans l’Annapurna et un séjour à Chitwan. Parmi les agences contactées, nous en avons choisi une pour sa réactivité, sa réponse en français et ses tarifs : www.nrtreks.com. A l’usage, nous en avons été très satisfaits. Dipak, ancien porteur devenu guide, maîtrise le français et son cousin, Basanta, notre guide, le maîtrise suffisamment pour entretenir une conversation. Sur les conseils de Dipak nous avions pris un porteur, Dinesh, et nous ne le regrettons pas car outre le confort indéniable qu’il nous procure, c’est un moyen de faire vivre une famille.

Nous avons passé le premier jour à KTM  pour les achats divers (vestes, duvets,…). Les dégâts dus au tremblement de terre sont peu visibles dans le quartier de Thamel où nous avions choisi notre hôtel (hôtel Friends, très bien).
Le lendemain, nous avons pris le bus pour Pokhara. Le trek a commencé le surlendemain pour une durée de 7 jours : Phedi, Dhampus, Pothana, Landruk, Gandruk, Tadapani, Ghorepani, Tikhedhungga, Nayapul. La majeure partie des agences propose ce circuit dans l’autre sens. Nous avons apprécié le choix de l’agence car, pour des non-sportifs comme nous, il évite la montée très longue et très raide d’Ulleri (entre Tikhedhunga et Ghorepani). Nous marchions le matin et, contrairement à nos craintes, nous n’avons eu la pluie qu’une journée. Par contre, il pleuvait tous les après-midi, après notre arrivée dans les lodges.

Deuxième bonne surprise : tous les jours nous avons vu les montagnes enneigées (Annapurna sud, Hiun Chuli, Machhapuchhre – Queue de poisson-, et Dhaulagiri, Annapurna I à Ghorepani). En revanche, comme annoncé dans tous les guides, les sangsues ne sont pas un mythe, mais nous ne les avons subies que la première journée (entre Dhampus et Pothana). Ensuite, nous avons appris à être plus vigilants et à les chasser avant qu’elles ne passent sous les vêtements. 
Magnifiques fleurs partout (dans la nature, autour des lodges), forêt de rhododendrons, rizières en étages…

Aucune trace du tremblement de terre dans cette partie du Népal. L’hébergement dans les lodges est tout à fait correct et les Népalais sont d’une grande gentillesse, mille fois plus souriants qu’en Inde où nous avons séjourné trois fois.
Retour à Pokhara. La route est partiellement coupée suite à des glissements de terrain, fréquents durant la mousson. Retour de Basanta et de Dinesh  à KTM. Durant ces sept jours, nous avons passé de très agréables moments avec eux.

Le lendemain, bus touristique pour Chitwan. Une voiture de l’hôtel (Chitwan Tiger Camp) retenue par Dipak, nous attend à l’arrivée. L’hôtel est très agréable  avec son jardin soigneusement entretenu, en bordure du fleuve qui délimite la réserve : vue directe sur les crocos et les gavials.
Deux jours de safari en pirogue,  à pied et à dos d’éléphants organisés par l’hôtel. La visite à dos d’éléphants est à ne pas rater. C’est là qu’on voit les animaux de vraiment très près : rhinos, cerfs, singes, … Là encore, pas de trace du tremblement de terre et la même gentillesse de la part des Népalais.

Retour à KTM en bus touristique (à préférer aux bus locaux, moins prudents sur la route).
Visite de Patan et de Bakhtapur en taxi. Si le centre historique de Patan (Durbar Square) n’a pas trop souffert (très beau musée dans un bâtiment magnifique), la ville de Bakhtapur est très endommagée, que ce soit le centre historique (Durbar square) ou les habitations effondrées, encore en cours de déblaiement.
Visite de KTM à pied. Certaines parties de Thamel ont été épargnées, mais celles qui jouxtent Durbar Square et Durbar Square lui-même ont été bien touchées.

En conclusion, la région des Annapurnas a été épargnée par le tremblement de terre et tous les treks sont ouverts (Balcons des Annapurnas, sanctuaire des Annapurnas, camp de base de l’Annapurna). Le Teraï (Chitwan) n’a pratiquement pas été touché. De gros dégâts dans la région de KTM. Néanmoins de très beaux sites à voir. Les Népalais sont des gens adorables. A aucun moment on ne se sent en insécurité, notamment quand on est une femme, contrairement à l’Inde, au risque de se répéter.

Trek Anapurna: Elisabeth et Jean-Charles
Album : Trek Anapurna: Elisabeth et Jean-Charles

29 images
Voir l'album
Témoignage de la part de Jean-Charles et Elisabeth qui m’ont permis de partager leur expérience avec vous et que je remercie beaucup.  A bientôt au Népal :-)

les villages cachés dans les collines avec Basanta!

Certains d’entre vous connaissent déjà mon cousin (on dit frère ici), Basanta.  Lui et moi nous avons grandi ensemble, il est comme mon frère et est devenu guide lui aussi.  Il parle très bien l’anglais (mieux que moi) et depuis quelques temps, il suit les cours de français à l’alliance française à Kathmandu pendant la basse saison… Il est parfois timide mais il ne demande qu’ à s’améliorer en pratiquant le plus possible le français avec vous.

Basanta avec sa maman et son papa

Basanta avec son papa et sa maman

En novembre dernier, Michel, Annick, Jeannine, Fabienne et Christian sont venus découvrir le Népal.  C’était leur premier voyage au Népal et ils ont choisi le programme dans le Népal rural, tel qu’il est de nos jours, loin des infrastructures touristiques…dépaysement total garanti ! Ensuite, ils ont marché plusieurs jours dans la région des Anapurnas où ils auront pu découvrir une partie plus célèbre grâce à la beauté des paysages des Anapurnas.  Pour leur premier voyage au Népal, nos 5 aventuriers ont quitté le confort occidental et leur beau pays de France pour se retrouver en zone rurale, dans des villages isolés, cachés dans les collines entre la plaine fertile du Teraï et Pokhara.

Basanta a été leur guide et il m’a raconté avec joie leur trek:

 « j’ai eu le grand plaisir de guider 5 passionnés de voyage venus de France, pour la première fois au Népal.  Michel, Annick, Jeannine, Fabienne et Christian.  Ils sont maintenant devenus mes amis et jamais je n’oublierai notre belle aventure et notre trek dans les collines…

 photo de groupe avec la tante de Basanta (maman de Dipak)

Fabienne, Christian,  Jeannine, Michel et Annick avec maman de Dipak

bon trek

Bon trek!

Le 1 er novembre, nous sommes partis vers 8h de la maison de mes parents, la maison des Pangeni à Chormara… Notre groupe se composait de 5 trekkeurs et de 12 personnes dans l’équipe népalaise (porteurs, cuisiniers, moi ,l’aide-guide…) L’étape à atteindre est le village de Chapradi.  Nous avons commencé la marche et avons traversé le village Amrasha par une belle forêt.  Apres avoir traversé des rizières et la rivière Ghirubari khola, nous avons pris un pont suspendu et sommes arrivés au village de Duwakun.  C’est un village au pied de la colline, à côté de la forêt où habitent de nombreux bergers avec leurs troupeaux.  Nous avons poursuivi jusque Thapa Chok où nous avons pris le déjeuner.  Vers 13h, nous avons repris le chemin, ça monte…bienvenue au Népal ! Les très belles vues sur la plaine du Teraï nous encouragent dans la marche et nous font presque oublier la montée… On arrive ensuite au col avec un très joli point de vue sur la chaine de Siwalic, du parc national de Chitwan dans le sud et au nord sur la chaine de Mahabharat.  Nous profitons pour visiter la famille de Dil Bhahadur qui est l’un de nos porteurs.  Le soleil tape et on a chaud en plein soleil… Nos amis trekkeurs sont étonnés de cette chaleur et se demandent pourquoi Dipak leur avait conseillé de prendre des vêtements chauds !  Je leur explique qu’une fois le soleil couché, il peut faire frais et que quelques couches supplémentaires seront les bienvenues… ce fut le cas, le soir, nos amis ont vite compris et étaient bien contents d’avoir pris une bonne polaire.  Une fois arrivés à Chapradi, nous prenons le thé … les habitants viennent à notre rencontre, nos amis trekkeurs distribuent des ballons aux enfants qui sont très contents de recevoir cette gentille attention de leurs visiteurs.

01112014-DSCN1889

Arrivée à Chapradi

01112014-IMG_0002

Le 2 novembre, après un agréable petit-déjeuner, nous allons vers Huksekot, nous descendons d’abord par le chemin dans la forêt jusqu’à la rivière, oups… ça glissait par endroit.  Ensuite nous remontons vers le village de Kurkantar. Nous avons dégusté quelques châtaignes et déjeuné au pied de Huksekot dada où il y a un petit torrent.  Il fait très beau, quel bonheur !  Ensuite, nous montons à Huksekot où nous installons le camp dans la cour de l’école.  Il y avait justement une réunion des parents des écoliers avec les profs.  Ils sont accueillants et nous invitent à assister à la réunion.  Les enfants chantent l’hymne national du Népal .  Les enfants et les adultes, très curieux, viennent à notre rencontre.  C’était beau de les voir chanter et de les rencontrer dans ce village isolé sur la colline…

petit déj

Petit déjeuner  sous l’arbre

Vue sur le paysage avec la douce lumière matinale

Paysage avec une belle lumière du matin 

 Femmes et enfants Huksekot

Femmes et enfants du village

Le 3 novembre, nous partons en direction de Khadar.  Nous déjeuner avec un pic-nic parce qu’il est difficile de trouver de l’eau pour préparer un repas chaud sur cette étape.  Le sentier est agréable, nous montons, nous descendons, nous arrivons à Dharkasing dada (dada = colline) d’où nous pouvons voir à l’horizon le Manaslu, l’Annapurna et le Machapuchare.  Mes amis se régalent de la vue et apprécient l’instant… on se sent accueillis par les montagnes…  Les collines sont en premier plan et en arrière-plan, les neiges éternelles… c’est un moment de beauté et bonheur simple d’être là à contempler le paysage ! Nous n’avions pas envie de partir, rester là était si agréable, nous y avons mangé aussi.  Après un bon repas, nous nous remettons finalement en route, nous descendons vers Khadar pour arriver à Khadar, joli village aux maisons rondes, typiques de l’ethnie Magar.  Le village se situe près d’un col avec une super vue.  J’explique que le lever du soleil en vaut la peine s’ils ont l’envie le lendemain de se lever tôt….  Les enfants  viennent à notre rencontre, ils jouent au Kodkhode, un jeu qui se joue lors de la fête des Lumières.

 03112014-IMG_0192

03112014-IMG_0277

Rencontres et joie à Khadar

Le 4 novembre, Michel s’est levé très tôt pour aller voir le lever du soleil, mais manque de chance, le temps n’était pas génial…Nous sommes redescendus vers la rivière Nistikhola en traversant des villages (Sirubas, Kangrung, Oireghat…), nous suivons le canal, et nous arrivons à Kritipur , ensuite nous installons le campement à Keladi, à côté de la rivière Kaligandaki.

 

Le 5 novembre, nous traversons la rivière par le pont suspendu, ensuite la rizière et nous montons vers Patsar, la montée continue par la forêt, nous faisons la pause déjeuner près d’une belle cascade, qui a servi de douche naturelle pour ceux qui voulaient se rafraîchir.  Après le repas, nous reprenons la route, toujours en montée jusqu’à Jalim dada, un joli village avec des maisons typiques.  Les villageois viennent nous accueillir avec des colliers de fleurs, nous chantons, nous dansons, c’est un bonheur pour tous.  Nous avons fini par la célèbre chanson de Resham Firiri et une belle photo de groupe .Quel beau moment d’échange et de joie.

 

Le 6 novembre, nous descendons jusqu’à Darsing, nous traversons des cultures en terrasse et nous montons par la forêt vers Harinas, puis passons par différents petits villages.  A Girekot, nous prenons le lunch et avons continué le chemin ensuite jusque Bhibhutikhola(chitreBhajyang). Nous avons eu une belle journe et une belle vue sur le massif de l’Annapurna, Manaslu et Ganesh Himal.

 

Le 7 novembre, nous traversons différents villages de l’ethnie Magar.  Nous avons marché par la crête en passant par différents villages comme Bhanumati, Hatiya et Mudule Chautara.  En bas, nous pouvions observer les rizières et au fond la haute montagne, les collines devant nous.  Les gens sont accueillants et ont toujours beau sourire et montrent du bonheur malgré les difficultés de leur travail, du manque d’eau à cet endroit …est-ce le lever de soleil sur le beau paysage qu’ils ont la chance de voir chaque jour qui leur donne cette joie de vivre ?  Nous avons passé une belle soirée en compagnie des habitants avec danses, chants et joie de rencontre.

 

Le 8 novembre, nous sommes descendus vers Dovan, le sentier est assez glissant mais le soleil est là pour nous encourager.  Nous traversons un pont suspendu et prenons le bus pour aller à Pokhara qui marquera la fin de ce premier trek.  Nous disons au revoir à nos porteurs sauf à 3 qui allaient rester avec nous pour poursuivre un trek dans les balcons de l’Anapurnas, région plus connue et légendaire mais aussi de grande beauté qui lui vaut bien sa réputation.

 

Le 9,10, 11,12 novembre, nous sommes partis ainsi dans les Anapurna…Nous avons eu de belles vues et avons dormi a Austalian camp où il y a beau panorama.  Le deuxième jour, nous sommes allés à Landruk, beau village de l’ethnie Gurung avec de belles vues sur l’Annapurna, l’Himchuli et  la valle de la Modi Khola. Le 3ème jour, nous avons traversé  rivières et champs en terrasse, pont suspendu au-dessus de la Modi Khola pour arriver au beau et grand village d’ethnie Gurung avec ses maisons typiques.  Enfin, le 4 ème jour nous redescendons vers Nayapul, nous prenons la pause déjeuner à Birthati où il y a beaucoup de drapeau de prières sur le pont avant de reprendre la route en voiture pour Pokhara.

 

Quelle belle aventure et trek en votre compagnie Michel, Annick, Jeannine, Fabienne et Christian, j’espère avoir l’occasion de vous revoir un jour, je revois encore vos sourires et vos regards étonnés, émerveillés, amusés…durant notre trek.  Sachez que toute l’équipe népalaise qui vous a accompagnés a été très heureuse de pouvoir être à vos côté durant votre voyage ainsi que moi-même. Je vous remercie de tout cœur de m’avoir laissé vous guider, de m’avoir fait confiance et d’avoir échangé ces beaux moments de découverte et échange ensemble.

Je tiens aussi à te remercier particulièrement Michel, merci à toi pour avoir été le représentant de votre groupe, pour tes superbes photos et tes encouragements que tu as partagés avec nous.

Revenez si vous en avez la possibilité, ça me fera grande joie de vous retrouver !

Basanta

Album photos de Michel:

trek des collines
Album : trek des collines
Avec Michel, Annick, Fabienne, Christian, Jeannine
43 images
Voir l'album

Helambu et rencontre avec les Jhakris

Le 1 décembre, je suis parti  pour faire le trek  Helambu, Basanta mon cousin et moi-même avions prévu de guider 4 randonneuses françaises, Aurore, Béatrice, Audrey et Laurene…  en fait, au départ c’était deux mini groupes indépendants qui partaient à différentes dates mais finalement, comme deux personnes ont été retardées à leur arrivée, les deux petits groupes partent le même jour en trek dans la même région.  II y avait Basanta et Prem pour guider et accompagner Laurene et Audrey qui allaient faire un itinéraire et il y avait moi et Ramesh pour guider et accompagner Béatrice et Aurore sur un autre itinéraire dans la même régin.   Nous nous mettons en route tous ensemble pour aller à Sundharijal (1460m) où débute la marche.   Une fois arrivés, nous entrons dans le parc de Shivapuri Nagarjun  et montons au milieu des rizières par des escaliers jusqu’au village de Mulkharka.  Là, nous prenons la pause déjeuner et nous remettons en chemin à travers la forêt pour arriver au col de Borlang Bhanjyang  à  2420m.  Nous pouvons admirer la chaîne du Ganesh Himal, du Langtang, de Dorgélakpa Gaurishankar…. Pour finir, nous descendons jusqu’à Chisapani où nous logons pour la nuit. 

006

Audrey, Laurene, Béatrice et Aurore

Le 2 décembre, les deux petits groupes  se séparent, de notre côté avec Béatrice et Aurore, nous commençons à marcher tôt le matin, nous descendons à Patibhanjyang un beau village et remontons ensuite jusqu’à Chipling, nous sommes entourés de paysage avec des cultures en terrasse et les montagnes… une femme est occupée avec des radis noirs, elle va les faire sécher et en faire une sorte de légume séché.  Nous mangeons à Chipling, petit village sur la colline.  Ensuite, nous prenons une piste pour arriver au col et redescendre après  jusqu’à Gulpho bhanjyang.  Nous logeons à l’Himalayan New Lodge.

004

Béatrice, Ramesh, Aurore

Le 3 décembre, nous avons marché tranquillement pour arriver sur un plateau où se trouve un lodge abandonné, c’est dommage qu’il soit abandonné car c’est un super endroit et très paisible avec une belle vue… Nous continuons à monter et arrivons vers 10h au col.  Quelle belle vue sur le massif du Manaslu à l’ouest !  Après le col, nous poursuivons sur un sentier agréable en regardant le Dorjé Lakpa et Gauri Shanker… Nous nous dirigeons vers Kutumsang et remontons dans la forêt pour arriver à Sanu Ghopté (2955m) un petit village dans la forêt , le lodge est bien situé et offre une belle vue.

Le 4 décembre, nous avons pu voir un magnifique lever de soleil naissant derrière une mer de nuages qui avait envahi la vallée, le ciel est clair et bleu et les montagnes en arrière-plan… Que c’est beau !  Après ce beau spectacle naturel, nous redescendons en direction d’un camp de l’amée et puis nous prenons à gauche par un petit sentier agréable dans la forêt.  Ce n’est pas l’itinéraire habituel du trek Helambu, mais c’est bien d’innover et de découvrir de nouveaux sentiers…Sur le chemin, nous rencontrons des Jhakris de la région de l’Helambu, ce sont des chamans, ils allaient chanter et danser à la foire des Jhakris.  C’est le meeting des chamans en quelques sortes.  C’était une chance pour nous d’avoir pu les rencontrer et de les avoir vu chanter et danser… Ils chantent dans la langhe Helmo (sherpa de helambou), c’est légèrement différent des Sherpas du Khumbu.  Nous passons ensuite par le village de Mani Ghéro un petit village en bord de forêt, ensuite Nalam Kharka, Godam et arrivons finalement à Timbu.  Normalement nous aurions dû loger à Dapcha kharka chez l’ habitant mais malheursement à cause du meeting des Jhakris, les habitants étaient partis.  En fait à Dhapcha kharka, le point de vue est super car nous pouvons observer toute la vallée de Melamchi Khola et Timbu khola et des sommets comme l’Ama Yangri.

Le 5 décembre, nous avions du temps et en avons profité pour se lever plus tard, nous allions prendre le bus local vers Melamchipul.  Nous y arrivons vers midi et prenons le déjeuner.  Ensuite nous avons profité du temps pour se balader, Aurore et Béatrice ont été testé le pont suspendu.  Nous avons logé à Melemchi Guesthouse.

Le 6 décembre, nous avons repris le bus pour aller à Dhulikhel, pendant le trajet nous pouvons regarder le paysage, les montagnes et la rivière de Indraveti. Il y a de nombreuses rizières aussi et des champs de pommes-de-terres.  Vers 12h30, nous arrivons à Dhulikhel. C’est très joli aussi la vue sur les montagnes à Dhulikhel.  Apre avoir mangé, notre ami et porteur Ramesh repart pour ktm car il va assister au mariage de sa nièce. Et nous, nous visitons la veille ville.

Le 7 décembre, nous partons visiter Panauti, une belle cité newar avant de rentrer sur Kathmandu. Ce fut un très beau trek sur des chemins différents que l’habituel trek Helambu…mais cela ne l’a pas empêché de le rendre tout aussi intéressant. Merci beaucoup à Aurore, Béatrice, Ramesh notre porteur pour ces bons moments partagés ensemble!

Helambu et rencontre avec les Jhakris
Album : Helambu et rencontre avec les Jhakris

12 images
Voir l'album

Dans les Anapurnas avec mes amis de l’Ardèche…

Je suis parti le 20 novembre dernier avec joyeuse troupe de randonneurs venus de la belle région d’Ardèche pour découvrir le Népal et sa culture.  Il y avait Régis et Edwige, Gisèle et Robert, Claude et Raymonde, Anne, Dominique, Isabelle, Jannie, Sylvie et Françoise.

Certains étaient déjà venus au Népal avec moi comme guide lors d’un trek dans les collines et ils sont revenus cette fois avec d’autres amis.  Quel plaisir de les revoir !

A 7h du matin, nous étions prêts à partir à l’aventure, nous prenons le bus de notre groupe, direction Phedi.  Nous nous arrêtons à Mugling pour la pause déjeuner, c’est un endroit bien connu des routiers où les bus s’arrêtent et où les restaurateurs font en sorte que le « Dhal Bat 8h full energy »soit prêt !  Après le déjeuner, nous reprenons la route pour arriver vers 14h40 à Phedi.  Et pour bien utiliser l’énergie que nous a procuré le dhal bat, nous commençons la marche par une montée raide.  Ensuite nous traversons rizières et forêts pour arriver vers 17h à Damphus à 1650 m, installation au  Panorama View Lodge.  Première soirée de trek, nous faisons connaissance, nous chantons, nous sommes heureux d’être là tous ensemble pour une belle aventure.

Le 21 novembre, nous nous levons à 6h30, en regardant au nord, nous voyions un peu les montagnes déjà, nous entamons la marche en direction de Pothana à 1900m, nous montons progressivement en regardant les cultures en terrasse, nous passons par une belle forêt, même une sorte de terrain de golf occupé par les animaux (hihi).  Nous arrivons à Pothana , un joli village dans la forêt qui offre  un beau point de vue.  Nous montons pour atteindre le col de Bhickok Deurali ( 2 100 m ) avant de redescendre à flanc de colline, nous mangeons à Bhedi Kharka en pleine forêt, avec le chant des oiseaux … c’est très agréable.  Nous reprenons le chemin et avant d’arriver à Landruk, nous rencontrons des petits enfants qui nous font bon accueil en chantant et dansant.  Landruk est situé à 1565m, c’est un village typique de l’ethnie gurung, nous logeons au lodge Super View Guest House.

Le 22 novembre, nous entamons la marche en traversant le village de Landruk, nous avons une belle vue sur les cultures en terrasses.  Devant nous, nous apercevons l’Annapurna sud et l’Himchuli ainsi que la vallée de la Modu Khola, nous descendons dans la vallée à Kyumi à 1330 m et remontons ensuite vers Gandruk par des escaliers, nous avons vue sur un paysage de rizières en terrasse et champs maïs et de blé.  Nous arrivons à Ghandruk à 1940 m, aux maisons de pierre ceintes de murs, l’un des plus importants villages gurung de la région.  C’est l’heure pour déjeuner, ce que nous faisons.  L’après-midi, nous profitions du temps libre pour visiter le vieux village Dada gaon, c’est un village typique avec des maisons traditionnelles, nous pouvons observer la vie quotidienne, les femmes étaient en train de battre le millet pendant que les enfants jouaient…  Nous visitons le petit musée où des objets anciens de la vie quotidienne qu’ils utilisent encore.

Le 23 novembre, au lever, nous pouvons bien voir les montagnes Annapurna sud, l’Himchuli Gangapurna, l’Annapurna 3 et le Machhapurchré.  Ces montagnes semblent si proches ! Nous montons progressivement par la forêt jusqu’à Siwuri khola , ensuite, par des escaliers qui nous conduiront à Bhaisi Kharka, un lieu-dit situé à 2300m. Puis tranquillement, au milieu d’une magnifique forêt de rhododendrons géants, nous arrivons à Tadapani, un agréable village dans la forêt situé à 2590m.

Le 24 novembre nous descendons environ 200 m jusqu’à la rivière Chatlung khola et remontons ensuite par la forêt pour rejoindre une autre rivière, la Murlung khola, nous l’a suivons jusqu’à Deurali où nous prenons la pause déjeuner au Laligurans Lodge.  Une fois l’estomac plein d’énergie, nous montons à 3200m par la forêt ; la vue sur le massif du Dhaulagiri, de l’Annapurna sud, etc. est magnifique !  Toujours en forêt, nous redescendons pour arriver à Ghorepani à 2750m.  Au printemps, cette forêt est magnifique, elle se transforme en une forêt des fleurs de rhododendrons, la fleur nationale du Népal ! Vers 15h nous arrivons à Ghorepani (2863m) où nous logeons au Super View Lodge.  Ce soir, danses et chants sont au programme ! Ramesh a montré ses talents de bon danseur !

Le 25 novembre, nous nous levons à 4h30 du matin, en regardant le ciel, je le vois bien étoilé et dégagé ! Super !  C’est bon signe et il fera beau pour le lever du soleil à Poon Hill.  Un petit thé ou café vers 5h10 pour la mise en route et hop, jam, jam, nous partons à la frontale vers Poon Hill.   Nous sommes bien habillés pour ne pas avoir froid et montons à notre aise vers Poon Hill.  Nous arrivons à Poon Hill avant 6h du matin, il fait 3 degrés.  Et puis, nous attendons…nous sommes là, curieux dans l’attente de cet instant si magique… 6h30 arrive, et nous voilà comblés de bonheur ! Le jour se lève et le soleil, avec ses rayons jaunes ocres caresse le visage des célèbres montagnes… que c’est beau !  A nos pieds, une mer de nuages a recouvert la vallée… Quel beau spectacle !  Nous pouvions admirer le Manaslu, le massif des Annapurnas, le Dhaulagiri, le Macchapuchare, etc.  Nous sommes tous si heureux d’être là, j’aime regarder le visage émerveillé de mes amis randonneurs….Comme on dit, le bonheur se multiplie lorsqu’il est partagé et c’est bien vrai !  Après ce moment de joie, nous redescendons pour prendre le petit déj au lodge et repartir vers 8h30 en traversant la belle forêt, les villages de Nagethati et Banthati où nous prendrons le déjeuner au Four Seasons Guesthouse.  Nous partons vers 13h jusqu’Ulleri, ensuite nous descendons vers Thikhédhuga où nous logeons.  Ce soir, c’est la fête !  Un bon gâteau de fin de trek, danses et chants sont au rendez-vous !  

Le 26 novembre, nous partons à 8h30 et traversons le village de Hillé et de Ramgai en suivant la rivière de Burundhi khola.  Le paysage des rizières est très paisible à regarder.  Nous marchons jusque Birethati où il y deux rivières  qui se joingnent, c’est la Modhi khola et Burundhi khola.  Nous prenons le déjeuner à Moon Light Hotel.   Ensuite, nous prenons le bus vers 13h pour arriver dans l’après-midi à Pokhara, nous logeons au Tulsi Hotel.  Demain sera un jour de retrouvailles avec les villageois de Mudulé Dundungé…

Le 27 novembre, aujourd’hui, nous retournons un an en arrière …nous allons dans un village qui a marqué nos amis Régis,Edwige, Roger, Gisèle, Claude, Raymonde qui ont souhaité y retourner…c’est le village de Mudulé Dundungé.  Nous partons donc vers Dovan Kairenitar en bus privé.  Nous arrivons vers 10h10 à Dovan, nous traversons le pont de la Seti rivière et nous montons vers Maudulé Chautara Dundungé village où Régis, Edwige, Roger, Gisèle,  Claude et Raymonde ont dormi leur première nuit de trek l’an dernier.  Les villageois leur ont réservé un accueil avec bon cœur.  Les enfants avaient préparé des danses et des chants en l’honneur de nos amis.  Ceux-ci avaient amené les photos prises l’année passée et les ont distribué.  C’était un merveilleux moment d’échange et de retrouvailles avec eux.  Les villageois étaient tellement heureux de les revoir. Nous avons dansé aussi et les enfants ont chanté l’hymne népalais.  Vers 13h nous avons dit aurevoir, il fallait repartir et redescendre par le même chemin.   Vers 15h30, nous avons repris le bus et sommes rentrés à Pokhara.  C’était un beau moment d’échange et de retrouvailles aujourd’hui qui restera gravé dans nos mémoires.

Ce fut le dernier jour avant de rentrer à Kathmandu et de reprendre le vol vers la France après un séjour rempli de découvertes, d’amitiés, d’échanges, de retrouvailles…merci à vous mes amis d’être revenus dans mon pays et à d’avoir donné l’envie aussi à vos amis de venir avec vous. C’était un immense plaisir de vous guider. Mon équipe et moi garderons vos sourires et vos visages dans nos cœurs en vous souhaitant le meilleur. 

Anapurna avec les Ardechois
Album : Anapurna avec les Ardechois

11 images
Voir l'album

 

Trek au Khumbu (Everest), vers le Gokyo Peak et Kala Patar…

Le 2 novembre passé, 9 amis très sympathiques piétinaient pour partir avec mon équipe et moi sur les sentiers qui mènent aux pieds de l’Everest, dans la célèbre région du Khumbu : Jacques (appelé Jack l’ancien), Marc, Jean-Patrick, Robert, Jean, Alain, Gines et François…  5h50, départ pour l’aéroport  pour prendre le vol vers Lukla, d’où démarre le trek.   Le temps était beau et s’annonçait beau pour les jours prochains aussi.  Vers 9h, nous atterrissons à Luka, très animé à cette époque de treks.  Nous débutons la marche par une descente vers Chhoplung, un joli village avec des murs remplis de prières bouddhistes (mani).  Bienvenue dans le Khumbu, les pays des célèbres Sherpas ! Nous traversons un pont suspendu et croisons beaucoup porteurs et de ‘jhokés (croisement d’un yack et d’une vache, qui – il paraît- est plus obéissant qu’un yack ;-).  Ils portent les marchandises pour les lodges.  Il y a aussi des porteurs faisant partie de groupes de treks, c’est la coutume ici au Népal. Le métier de porteurs est un métier ancestral qui permet d’apporter un revenu à leurs familles.  Les porteurs locaux portent des charges bien plus lourdes que les porteurs de treks car ils sont payés au kilo et non à la journée.  Nous traversons la rivière Thado Koshi qui vient de la montagne Kusum Kangarou.   Après la pause déjeuner, nous traversons le village de Ghat et vers 14h30, nous arrivons à Phakding où nous logerons au Sunrise Guest House. Total de la journée : decente de 470m, montée de 275m.

Le 3 novembre, nous partons vers 8h, le long du chemin, nous voyons des cultures avec de l’orge et des potagers avec des bons légumes comme des carrottes, du choux-fleurs… Nous traversons un pont suspendu et nous montons vers le  village de Monju , à l’ entrée du parc Sagarmatha, le nom népalais pour l’Everest.  Vers 11h15, nous arrivons au village de Jorsale où nous lunchons.  Pour digérer, nous passerons plusieurs ponts suspendus avant d’entamer la longue montée vers Namché Bazar…Maintenant on peut observer des poubelles un peu partout avec inscrit dessus « clean Khumbu » !  C’est une bonne action que d’avoir mis des poubelles !  Arrivés à Namache, nous nous installons au Tibet Hotel.  Namche Bazar est le centre du district du Khumbu.  Au menu ce soir, steak de yack ! Miam ! Il y avait un australien fort malade au lodge et Jean-Patrick qui est médecin l’a soigné.  Total de la journée, montée de 1065 m et descente 255 m.

Le 4 novembre au lever du jour, il faisait magnifique, le ciel était très bleu, c’est l’anniversaire d’Alain aujourd’hui, ça sera une belle journée ! Nous partons vers 8h avec en vue la vallée de Dudha Kosi.  A droite,  nous voyons le Kondé Peak et à gauche Tamserku. Nous montons au nord de Namché Bazar pour arriver à un point de vue où nous pouvons admirer  le Tawaché, l’ Everest, le Lotsé,  l’ Amadablam au nord-est et au sud –est, nous voyons Kantéga et Tamserku et au sud-ouest Kondé.  C’est très beau à cet endroit !  Nous sommes ensuite descendus à  a Kumjung à 3970 m, un village agréable et bien développé, où se trouvent le comité de développement des villages de la région et l’école de E. Hillary qu’il a créé en 1961.  Nous allons visiter le monastère où est exposé le scalp du Yeti! Moi je suis son petit frère (hihi) vu que mon nom religieux est Yetiraj ;-)  Ce soir nous fêterons l’anniversaire d’ Alain! Ses compagnons de trek lui offrent un cadeau (des super t-shirts!) et nous lui avons préparé un bon gâteau d’anniversaire.  Après  avoir bien mangé, nous entamons la soirée par les présentations de l’équipe et ensuite, nous avons dansé et chanté ! Quel bon moment tous ensemble ! Je sens que c’est une équipe bien soudée, une joyeuse bande de copains heureux d’être là… Au total aujourd’hui, nous sommes monté de 485m et descendus de 165 m.

anniv de ALain

Le 5 novembre, départ vers 8h comme d’habitude, en route nous avons eu la chance de voir un Dhaphe, l’ oiseau national du Népal ! C’est de bon augure!  Nous arrivons au col de Mongla (3975m) d’où nous profitons de la vue.  Ensuite, descente vers Portsé Tanga.  Nous arrivons vers 11h au lodge Phortsé Tanga Guest House où nous faisons la pause déjeuner.  Après avoir mangé, nous poursuivons la marche dans la forêt de rhodo et de bouleaux.  Vers 14h30 nous arrivons à Dolé où nous dormirons à l’Himalayan Lodge.  Total de la journée : montée de 815m et descente de 525m.

Le 6 novembre nous sommes descendus vers Dolé Khola et nous avons entamé une montée assez raide.  Apres 40 minutes de montée, nous avons une vue superbe sur le Choyou (8200m) au nord, sur le Cholotshé au nord-est et le Tawache à l’est.  Nous avons pris une jolie photo de groupe et nous avons continué par un chemin agréable.  Vers 10h10, nous sommes arrivés à Luza, un petit village avec des bergeries.  Nous avons ensuite marché en profitant du paysage et du temps magnifique pour arriver vers 11h15 à Marchermo qui se situe à 4410m. Ces derniers jours, nous faisons des étapes relativement courtes pour bien s’acclimater et être en forme pour faire les montées au Gokyo Peak (Ri) et au Kalapatar, deux pics à plus de 5000m. Montée de l’étape aujourd’hui 455m et descente de 125 m.

Le 7 novembre, en chemin nous avons une jolie vue sur le Kyajo Ri, nous montons un petit col et descendons vers Pangla avant de monter progressivement vers les Gokyo Lakes ce sont  des lacs sacrés d’un bleu opale.  Nous apercevons le premier lac, suit le deuxime et le troisième…La couleur de l’eau est entre le turquoise et le bleu opale…les montages se reflètent dessus, c’est si beau !  Ce paysage harmonieux et paisible donne l’impression d’être au paradis..ce n’est pas pour rien que ces lacs sont sacrés, il y a vraiment une sorte de magie ici…Vers 11h30, nous arrivons au Gokyo village.  Le village est entouré de pâturages de yacks.  Les bergers de Kumjung et Phortsé venaient autrefois faire paître leurs troupeaux ici et avec le développement des treks, ils ont fini par s’installer et ouvrir des lodges.  Total de l’étape aujourd’hui : montée 435m et descente 80 m.

Le 8 novembre, nous sommes partis à 6h15 du matin pour monter doucement vers le Gokyo Peak.  En montant, nous pouvions observer des perdris de l’Himalaya.  La vue sur le lac et les montagnes autour est super.  Nous arrivons au Gokyo Ri à 9h15.  Le spectacle est mémorable, vue à 360 degrés sur les géants : le Choyo, l’Everest,  le Nuptse, le Lhotse, le Makalu, Choloshe, Tawache, Kangtega Thamserku etc… Nous sommes tous sous le charme et profitons de ce moment précieux pendant environ 40 minutes… J’ai déjà fait souvent le trek de l’Everest mais à chaque fois, je me sens privilégié et admiratif devant ce paysage sacré…C’est à chaque fois un sentiment d’émerveillement et d’humilité face à la grandeur des montagnes.  Je pense aussi à tous mes amis venus ici avec moi avant et à ceux avec qui je suis en ce moment.  J’aime regarder leurs visages souriants, remplis de bonheur d’y être arrivé, entendre les clicks clicks des appareils photos immortalisant ces instants magiques.  Nous partagions tous le bonheur d’être ensemble au Gokyo Peak, à 5360m ! Nos amis trekkeurs ont offert la tournée générale à toute l’équipe. Merci !  Après avoir mangé, nous sommes redescendus en direction de Na, un petit hameau très rustique où nous passerons la nuit.  Au total, nous avons monté 590 m et descendu 600 m.

10419056_10201700012740358_4181322813272883019_n

Le 9 novembre, après une bonne nuit et une très belle lumière au lever du jour, nous entamons un chemin en balcon qui descend et remonte ensuite…en chemin la vue sur le Thamserku et le Kangthega ne nous quitte pas….Nous arrivons à Thoré où nous ferons la pause déjeuner.  Ensuite, nous reprenons le chemin avec des montées et descentes jusque Phortsé, un beau village sur un plateau, à 3900m, à la confluence de deux vallées. Dans ce village, on cultive la pomme-de-terre et l’orge.  Nous avons dormi au Namasté lodge.  Total : montée de 365 m et descente de 935 m.

Le 10 novembre, le soleil est déjà bien levé à 6h30, il nous donne de l’énergie pour se mettre en route , aujourd’hui direction Pheriché.  C’est une marche en balcon bien agréable, nous apercevons Tangboché  avec son célèbre monastère et nous avions une belle vue sur l’Amadablam.  En bas, c’est la vallée de l’Imsa khola avec le village de Pangboché derrière.  L’Everest, le Lotsé et Nupsé s’imposent à nos yeux, impossible de ne pas les voir !  Vers 10h40, nous arrivons à Pangboché où nous visitons le monastère très ancien, il a 608 ans !  Ensuite nous reprenons la route pour manger à Somaré et continué le chemin en croisant des caravanes de yacks, jusque Pheriché situé à 4250m.  Arrivée vers 15h30 à Phériché, total :  montée de 895 m et descente de 435m. Pheriche.

Le 11 novembre, nous montons progressivement vers Lobuché,  nous atteignons le hameau de Duglha (4620m).  Ensuite une bonne grimpette nous attend jusqu’au col pour finir en montée progressive jusqu’à Lobuché situé à 4925m, au pied du glacier du Khumbu. On voit bien le Nuptsé, le Labouché peak, le Pumori  et d’autres montagnes.  Le groupe est en forme, personne n’a de souci d’acclimatation.  Demain, nous pourrons monter au Kalapatar 5545m! Total : montée de 715m et descente de 85m.

Le 12 novembre, levé à 4h30 du matin, un petit thé bien chaud pour la mise en route et départ vers 5h15 pour aller à l’assaut du Kalapatar, cela signifie « pierre noire » …c’est un pic à 5545m, d’où la vue sur l’Everest est extraordinaire !  Pendant environ 1h nous marchons doucement et progressivement dans cet univers minéral, ça monte bien, il fait toujours nuit mais la lumière de la lune et des étoiles toutes proches nous donnent une agréable lumière.  Bon, moins poétiquement, on a des frontales aussi ;-) Dans le silence de la nuit, on entend le pas réguliers de nos amis trekkeurs qui marchent doucement dans ce paysage si particulier…  Après 1h de montée, ça devient plus raide pendant 20 minutes… nous avançons dans la moraine. A droite, il y a le glacier du Khumbu ,  c est plus grande glacier du Népal.  Vers 7h15 du matin, nous arrivons à Gorap shep où il y 4 lodges, même à 5200m ! Nous prenons le petit déjeuner  avant de reprendre la montée tout doucement vers 8h.  On est à 5200m, ça monte raide au début, bistaré bistaré, doucement, pas après pas,  au milieu la montée est plus progressive avant de redevenir raide en fin de parcours.  Nous arrivons tous au sommet vers 10h, quelle équipe !  Nous avons un bon rythme car nous avons pris seulement 4h depuis Lobuché…Serait-ce la beauté et la grandeur de ce paysage qui nous encourage et nous fait oublier l’altitude ? Au sommet du Kala patar à 5545m, la vue est panoramique ! Nous sommes au pied du Pumori et en face du toît du monde, l’Everest ! Nous sommes en admiration, le bleu du ciel, le blanc des montagnes et la luminosité extraordinaire nous font rêver! Nous nous sentons bien, heureux et émus d’être là !  Nous pensons aussi à nos familles et à nos amis, même si nous sommes loin d’eux, ils sont avec nous dans nos cœurs … Aucune envie de redescendre, mais il le faut bien… Après un bon moment passé là-haut, nous redesendons, prenons le déjeuner à Gorechep avant de retourner à Lobuché. Total montée de 900m et redescente de 945 m.

 DSC02972

DSC02973

Le 13 novembre, levé 7h du matin, petit déj et départ à 8h15 vers Tukla.  Au col, nous faisons un petit chorten et mettons un drapeau de prières en mémoire de notre amis Luis qui avait fait trek avec moi, Jean-Patrice et Jacques en 2006 et qui est maintenant décédé.  Nous traversons le glacier du Khumbu, pour ensuite marcher en balcon avec une belle vue sur le village de Pheriché.  Cers 11h15 nous arrivons à Dingboché, 4410m beau village Sherpa.  Nous dormons au Yak lodge.  total montée 65m et desente 615m.

en mémoire à Luis

Le 14 novembre, aujourd’hui nous descendons à Tengboché 3860m en passant par Pangboche. En chemin, nous rencontrions beaucoup de porteurs de marchandises de toutes sortes comme par exemple, des poutres en bois.  Nous traversons la rivière Ima Khola avant d’entrer dans une jolie forêt de rhodo.  Nous montons doucement pour arriver à Tengboche ou il y a le célèbre monastère, aussi connu comme Dawa Choling Gompa, c’est un monastère bouddhiste tibétain de la communauté Sherpa.  C’est le plus grand dans la région du Khumbu au Népal A 16h, nous avons pu assister à une cérémonie.  Nous avons logé à l’Himalayan Lodge.  Tengboché est célèbre aussi pour sa vue sur l’Everest et l’Amadamblam.  Au total : montée de 245m et descente de 665 m.

Les 15, 16 et 17 novembre, nous avons continué à descendre en repassant par les ponts suspendus, la forêt, jusque Namche Bazar où nous avons visité le marché local du semadi, ensuite, direction Jorsale, Manju, Benkar, Phagdin et en fin Lukla où nous logerons pour la dernière nuit au Namaste Lodge.  Le dernier soir tous ensemble, c’est la fête et la soirée des aurevoirs, après un bon repas et gâteau de fin de trek, nous chantons, nous nous remercions les uns et les autres, beaucoup d’émtions, de rigolades et de joie dans les yeux de l’équipe népalaise et française… nous avons formé une grande tribu de frères pendant ces deux semaines passées ensemble et il est difficile de se quitter…mais les sourires, les amitiés et souvenirs gravés dans nos mémoires nous aideront à reprendre le cours de nos vies et qui sait, peut-être nous reverrons-nous encore pour d’autres aventures ?

Merci à vous mes amis Jack , Jacques, Marc, Jean-Patrick, Robert, Jean, Alain, Gines et François…  merci à mon équipe … toute cette belle aventure a été possible grâce à vous !

Trek everst 2014
Album : Trek everst 2014

47 images
Voir l'album

gr au Kalapatar devant Everest

Trek au Manaslu…

Le 14 octobre dernier je suis parti avec 9 amis français, certains se connaissaient déjà d’un précédent trek, d’autres pas encore: il y avait Jean, Marc, Michel, Marguerite, Monique, René, Pascaline, Jacques et Françoise.  Une bonne équipe prête pour l’aventure du trek Manaslu…

Depuis la veille, il n’arrêtait pas de pleuvoir, la météo avait annoncé de fortes pluies pendant 2 jrs et puis beau temps.  Nous étions mi octobre et normalement la mousson est finie. Je me suis dit que nous étions heureusement en bus ce jour-là et donc à l’abri de la pluie.  Ainsi, nous sommes partis en bus privé pour aller jusqu’à Arughat.  Sur la route, les trompes d’eau ne cessaient de tomber et la route devenait très difficile.  Notre chauffeur faisait de son mieux pour avancer, il a proposé de changer de bus à Danding Beshi pour aller dans un bus à 6 roues au lieu de 4 roues et ainsi mieux adhérer à la route.  Nous sommes arrivés vers 17h à Arughat, situé à 800m, fatigués de ce voyage difficile en bus.  Ce déluge n’était pas normal en cette saison d’automne, d’habitude il fait très beau et la mousson est déjà bien finie. Il faut croire qu’avec les changements climatiques, des phénomènes météorologiques arrivent de façon inhabituelle… En fait il s’agissait d’un cyclone venu de l’Inde. Celui-ci a malheureusement piégé des personnes qui étaient en haute altitude et qui n’ont pas pu s’abriter.  Il a fait des vicitimes au col du Thorong La (Anapurna), également plusieurs personnes dans une partie isolée du Dolpo et au Mustang.  Des centaines de trekkeurs ont été évacués suite à ce cyclone. C’est un grand drame qui a secoué tout le Népal cet automne et qui restera gravé dans nos mémoires. Quand nous avons appris cela, nous avons été tristes et ressenti compassion pour les familles de victimes décédées lors de ce cyclone, nous avions beaucoup de chance de ne pas être en altitude durant ces deux jours d’intempéries difficiles.

Le 15 octobre, nous avons traversé de beaux village des deux côtés de la rivière Burhi Gandaki, en passant par des rizières et la forêt tropicale.  Nous avons aussi pu voir de nombreux arbres fruitiers comme des manguiers, des goyaviers etc.  et même de beaux papillons ! Nous prenons le lunch à Soti Khola au Phul Bari Lodge.  Vers 14h nous reprenons le chemin en admirant de belles cascades, surtout depuis Kursanitar (= champ de piments).  La marche s’est terminée Labu Bensi au milieux rizières. Nous logeons au Laphu Guest House.  Ce soir, c’est la présentation de l’équipe en chants et en danses. Jacques et nos autres amis ont chanté des chansons françaises tandis que nous, nous leur avons chanté nos chansons traditionnelles dont la célèbre chanson de Resham Firiri.

Le 16 octobre, levé à 7h, le ciel bleu et le soleil sont au rendez-vous !  Nous remontons doucement la rivière Burhi Gandaki en traversant rizières et champs de millet.  Ensuite nous passons par les villages Arkhet Bazar et Kurerepani, nous passons le pont de Nauri Khola, il y a aussi une belle cascade à admirer.  Vers midi, nous traversons la Machha Khola(=rivière de poissons) où nous faisons la pause déjeuner. Après un petit temps pour digérer, nous continuons vers Khorlak Bensi et nous installons au Shangrilla Guesthouse, nous sommes maintenant à 1800m.

Le 17 octobre, nous débutons la marche en allant vers Tatopani (tato =chaud, pani =eau), une étape aussi sur le trek des Anapurna où il y a des sources d’eau chaude.  En chemin, nous rencontrons un gamin qui faisait ses devoirs pour l’école.  Après Tatopani,  nous traversons un pont suspendu. Nous rencontrons une femme qui semblait assez âgée mais qui en fait n’avait que 30 ans, les femmes au Népal travaillent beaucoup et se marient tôt et parfois elles paraissent plus âgée que leur âge. Jacques l’aide à porter son sac.  Nous arrivons à Dovan où nous faisons la pause déjeuner.  Ensuite nous poursuivons vers Thulo Dunga et Bagar.  Vers 17h, nous arrivons à Jagat situé à 1250m, un joli village avec des maisons de pierre et une rue principale pavée. Ce soir, Dinesh a préparé un bon repas traditionnel népalais, un super dalbhat 8h full energy comme on dit ici au Népal ;-) Il avait également préparé un gâteau
d’anniversaire pour fêter l’anniversaire de Jean!

Le 18 octobre, il fait beau, le ciel est encore bleu.  En chemin, au premier check point du trek Manaslu qui est situé dans une « restricted aerea », j’ai montré les permis de trek pour notre groupe.  Une fois le check point passé, nous continuons et traversons un torrent par une petite passerelle.  Nous rencontrons plusieurs groupes De nombreuses mules sont en train de descendre.  Nous traversons les villages de Sirdibash et Ghaté Khola, en chemin nous rencontrons une maman avec ses enfants.  Après avoir traversé à Pidim la rivière Budhigandaki, nous mangeons à Ekle Bhati.  Vers 15h après-midi, nous avons une petite pluie et vers 17h, nous sommes arrivés à Deng, un hameau à 1800m.  C’est le premier village où l’on observe l’influence tibétaine.

Le 19 octobre, nous partons à 07h45 en longeant la falaise, la vallée devient étroite.  Nous entrons dans le pays des Bothias (habitants d’origine tibétaine).  Les femmes portent les vêtements avec le tablier tibétain ligné à l’horizontale avec des lignes de toutes les couleurs.  Une montée raide nous attend à Rana, nous la faisons à notre aise.  Je constate que de nombreux trekkeurs sont en train de faire demi-tour … Je me suis dit que certainement le cyclone avait provoqué une masse de neige très importante en altitude et vu le beau temps actuel, il devait avoir beaucoup gelé là-haut.  Cela m’inquiétait pour le passage du col qui est relativement difficile en temps normal…  Vers midi, nous arrivons à Ghap où nous prenons la pause déjeuner.  Ensuite, reprise de la marche, il y avait de nombreux champs de maïs et d’orge.  Lors du passage par la fôret nous avons pu voir quelques singes.  Vers 16h30, nous arrivons Namrung, un village avec une terre fertile propice aux cultures.  Nous logeons au Namrung Guesthouse où il y a du wifi, ce qui nous permet d’envoyer des nouvelles à nos familles.   Nous sommes maintenant à 2540m et sentons déjà bien le froid.

Le 20 octobre, il fait beau, aujourd’hui c’est une petite journée de marche jusqu à Lho, situé à 3130m, idéal pour s’acclimater en douceur.  Nous montons progressivement  en traversant des villages de culture tibétaine. En chemin, nous vous toujours des trekkeurs occupés à redescendre, ce qui confirme mon présage sur l’état du col et surtout sur sa descente difficile… Pourtant selon la météo consultée, le temps sera beau mais sûrement que là haut il y des risques d’amas de neige et surtout le terrain verglacé à la descente… En marchant nous avions une belle vue sur la montagne Boudha Himal.  Vers midi nous arrivons à Lho, un grand village types tibétain. La vue sur le  massif du Manaslu est très jolie.  L’après-midi, certains parmi nous montent au monastère sur la colline d’où la vue est panoramique.  Vers 17h, nous assistons à une cérémonie dans le monastère du village où il y a de nombreux jeunes moines.  Ce soir-là, nous avons dormi au Majesty Manaslu Cottage !

Le 21 octobre nous descendons vers la rivière, nous rencontrons une femme en train de faire de la farine avec un petit moulin comme les Népalais ont l’habitude de faire, ensuite, nous montons par une belle forêt de pins et de bouleaux avec vue toujours sur le Manaslu, nous rencontrons un berger avec  son troupeau de yacks et un bébé yack. Nous enchaînons ensuite descentes et montées, traversée d’ un pont suspendu avant d’ arriver aux pâturages de yacks et à Samagaon, à 3450m.  C’est le plus important village de la vallée, les maisons sont serrées, le froid se fait bien sentir.  Nous dormons au Tashi Delek Lodge.  En discutant, des guides et le personnel du lodge présents confirment bien qu’il est risqué de passer le col Larkya La ( 5213 m ), la neige tombée lors du cyclone rendait l’ascension encore plus difficile, et le gèle en altitude qui a suivi le cyclone, a complètement gelé la descente abrupte du col.  Ayant fait ce trek à plusieurs reprises, je connais bien les difficultés de cette descente, elle est déjà difficile en temps normal, alors je m’imaginais la pente gelée et les accidents qui pouvaient arriver.  Monter au col à 5200 m pour se retrouver face à une patinoire de l’autre côté n’était pas raisonnable, attendre que ça dégèle…quelques jours n’auraient pas suffi… Je me sentais vraiment désolé de ne pas pouvoir emmener mes amis au col et je lisais bien la déception sur le visage…j’étais moi-même déçu car je n’abandonne pas facilement le passage d’un col mais je suis responsable de mes amis trekkeurs et de mon équipe népalaise et je dois les protéger des dangers. Vu le cyclone qui s’était produit lors de notre départ, nous étions déjà très chanceux d’avoir pu partir et vivre cette aventure ensemble. Renoncer à passer le col était donc la meilleure décision à prendre. Nous avons donc adapté l’itinéraire et allions redescendre par le même côté.  Mes amis de trek se sont montrés très compréhensifs et je les remercie grandement pour leur confiance et leur compréhension.

Le 22 octobre, Jean, Marc, Pascaline  et Marguerite montent avec moi à Samdo tandis que Jacques  Françoise, Michel, Monique et René redescendent, guidés par Dinesh, jusque Lamrung.  Il fait beau et il gèle bien, nous partons vers 7h30 pour la montée à Samdo.  Le paysage et magnifique, nous arrivons à Samdo après 2h30 de marche.  Nous profitons de l’instant, du paysage et prenons le thé avant de redescendre à Lho où nous passerons la nuit. 

Le 23 octobre, ceux qui étaient à Lho redescendent pour rejoindre tout le groupe à Bhi Phedi où nous logeons. 
Le lendemain, le 24 octobre, c’est la fête des Lumières, Tihar, fête qui célèbre la déesse Laxmi, la déesse de la vie et de la prospérité, en ce jour de fête nous marchons jusque Philim.  Durant cette fête les maisons sont décorées de lampes à huile allumées et on voit briller des lumières un peu partout…les gens chantent, c’est une fête très joyeuse.

Le 25 octobre, nous continuons à descendre.  Nous nous arrêtons à Bragar pour le déjeuner et descendons jusque Dovan où nous avons logé. Ce soir-là, Dinesh a préparé un très bon dhal bat avec du poulet.  Il a aussi préparé un bon gâteau pour fêter la fête du dernier jour du festival Tihar.   Nous avons chanté la chanson Dhéwusuré, la  chanson typique de Tihar. 

Le 26 octobre, nous marchons jusque Laphu Benshi et le 27, nous arrivons à Arughat tandis que les paysans étaient occupés à récolter le riz dans les rizières.  Le soir, nous faisons encore la fête tous ensemble, népalais et français, pour célébrer la fin du trek et la joie d’avoir partagé cette belle aventure. Le 28 octobre, nous reprenons le bus direction Kathmandu.

Je vous remercie sincèrement mes chers amis Jean, Marc, Pascaline, Michel, Marguerite, Jacques, Françoise, René et Monique… merci d’être venus de si loin pour vivre cette aventure du Manaslu, merci d’avoir été compréhensif avec les intempéries et le danger du col, merci de nous avoir fait confiance à mon équipe et moi…  Je garde un très bon souvenir de notre trek en votre compagnie, merci aussi pour les photos souvenirs envoyées, Avec toute mon amitié, Dipak

 

P1050361

 

 

P1050253

P1050225

IMGP4593

 

 

 

 

 

 

Langtang, avec Joce et Pierre

Le 28 septembre, j’ai ouvert la saison de trek avec mes amis Pierre et Jocelyne (Joce) !  Direction le Langtang ! 

Nous avons pris le bus jusqu’à Thimbu, avec un arrêt à Melanchi Pul pour le lunch. Durant le trajet, nous avons pu  voir les rizières, nous avons traversé Sipaghat Bhahunépati en suivant la rivière Indravat bordée de part et d’autres de rizières d’un vert très tendre, la mousson les a bien arrosées durant l’été et on aura bientôt du bon riz. Arrivés à Melamchi pul, nous prenons le lunch.  Après le repas, nous passons par le village Taramarang ‘Mahakal Kiwul avant d’arriver en début d’après-midi à Thimbu, village de l’ethnie Tamang à 1395m.  Joce et Pierre avaient apporté des vêtements de bébé qu’ils ont gentiment donné à l’association des femmes de Thimbu pour qu’elles puissent les distribuer aux enfants dans le besoin.  Ensuite ils partent se promener dans le village et font une belle rencontre avec une famille de forgeron (caste intouchable) qui les a bien accueillis.  Nous passerons la nuit au Helambu guest house.

Le 29 septembre, nous traversons Thimbu khola (la rivière de Thimbu) par un pont suspendu et nous montons à travers un champ de millet cultivé en terrasse ; nous avons une belle vue sur la vallée de Melamchi khola.  Fin de matinée, nous arrivons à Kakani, où nous mangeons au Dawa Lodge tenue par une famille très sympa. Dinesh, notre aide et super cuisinier, nous prépare le plat et nous fait bien manger.  Après la pause déjeuner, nous nous mettons en route vers Tarkeghyang, situé à 2570m, en traversant de belles forêts où nous pouvons admirer plusieurs espèces de fleurs que Joce prend en photo ! Nous traversons la rivière Thaduga Khola où se trouve une petite turbine hydroélectrique pour faire de l’électricité et arrivons à notre étape Tarkeghyang. C’est le plus gros village Sherpa de l’Helambu où flottent des drapeaux de prières. Nous visitons le vieux temple et le soir nous logeons au Tarkeghyang Tourist Paradise Lodge.

 Tourist Paradise

Le 30 septembre, nous débutons la marche vers 8h30 en visitant les villages, nous passons par les jolies rues et maisons serrées les unes aux autres et descendons vers Churigumba. Des habitants avaient préparé des offrandes (Torma) faites de farine pétrie avec du beurre et de l’eau. Gentiment ils nous ont invité à prendre le thé tibétain (thé au beurre de yak salé) avec du pain. Après une bonne tasse de thé, nous continuons à descendre vers Nokoté.  Là aussi, ils étaient en train de préparer une cérémonie pour la fête qui se déroule en même temps que la fête de Dashain…En fait les bouddhistes ne fêtent pas Dashain mais ils font une cérémonie pour la paix et des prières pour les animaux que sacrifient traditionnellement les hindous à Dashain.  Au lunch, nous mangeons au River Side Lodge où nous avons pu voir une famille de singes macaques très jolis avec leur peau noire et leur fourrure blanche.  Après, nous repartons avec la cape de pluie (il pleut !) et arrivons vers 15h40 à Melamchi gaon, grand village Sherpa situé à 2555m.  Il y a 2 monastères dans le village, l’un est nouveau et l’autre est très ancien, en fait c’est une grotte où  a médité Padmasambhava, le Gurou Rinpoché. L’appareil photo de Joce s’est mis à siffler en prenant Guru Rinpoché (hihi). Il y a également les préparatifs de cérémonie avec de jolies « torma ».

 Offrandes(torma)

Peinture-offrandes

Le 1 octobre, nous sommes descendus vers la rivière Chédhi khola.  Nous traversons un pont suspendu avec une belle cascade, ensuite nous montons par la forêt remplie de rhododendrons, ils sont géants.  Nous avons de belles vues sur la vallée.  A partir de 3000m nous observons la présence de pins ainsi que des bambous. Le soleil nous donne de l’énergie et de la gaieté pour la montée assez raide.  L’étape prévoit de monter environ 1000m. Début d’après-midi, nous arrivons au village de Tharepati  à 3654m et nous nous installons au lodge Sumcho Top Lodge, il est bien situé et offre une agréable vue… Il y a eu un beau coucher de soleil le soir.  On sent qu’il fait plus frais à cette hauteur.

 Paysage-Tharepati

Le 2 octobre.  Le lever du soleil se fait vers 5h30, le ciel est beau et la vue splendide. Tôt le matin, les deux garçons du lodge étaient déjà levés et Joce les a pris en photo. Vers 7h40 du matin, nous descendons à travers la forêt par un agréable sentier.  Joce dit : «  c’est le jardin du paradis »…il y a beaucoup d’espèces de fleurs et d’animaux , on peut même voir quelques pandas rouges dans cette région.  Nous arrivons à 9h30 à Ghopté à 3440m.  Après, suit une succession de montées et de descentes…Au total sur la journée, nous avons fait 900m de montée et 700m de descente. Nous sommes arrivés en début après-midi au lodge de Phedi  à 3700m.

Le 3 octobre, nous avons commencé la marche à 6h du matin il fait beau et nous montons progressivement.  Il  y a beaucoup de fleurs.  Nous arrivons vers 10h30 au col de Lauribinayak à 4610m.  A partir de là, nous verrons plusieurs lacs : le lac Surya Kunda (le lac du soleil) à côté du col, après il y a le lac de Budha , ensuite le lac Bhut, le lac de Gosaikunda, le lac Bhairav kunda et le lac Sarasotikunda.  C’est un grand lieu de pèlerinage pour les hindouistes et les bouddhistes. Les pèlerins vénèrent le dieu Shiva et purifient leur âme dans les eaux sacrées.  Je remplis un bouteille d’eau sacrée pour la ramener à ma famille. Nous arrivons vers 15h30 à Laurebina à 3940m où nous logeons au JBC lodge.

LacsGosaikunda (2)

 Sadhu

Le 4 octobre, nous nous sommes levés pour admirer le lever du soleil vers 5h30.  Nous avons eu une vue magnifique sur la chaîne de Langtang, du Tibet, du Ganesh Himal, du Manaslu et même au loin de la chaîne de l’Annapurna.  Nous avons beaucoup de chance d’avoir ce temps dégagé et une vue inoubliable. Nous déjeunons avec les bons croissants chauds. Vers 7h30, nous sommes redescendus par une jolie forêt et nous avons marché en balcon tout en profitant de la vue grandiose sur le Langtang.  Nous arrivons vers 10h à Sing Gompa et nous visitons la fromagerie… nous goûtons le fromage de yak (c’est yakment bon ;-). Il nous reste une grande forêt à traverser jusqu ‘à Koprang dada. Après un bon repas, nous redescendons vers Thulo Syabru un beau village Tamang.   Nous logeons au Blue Star Lodge.

PurchibiyachuHimal

Le 5 octobre, nous descendons vers la rivière du Langtang, ensuite nous montons vers le village de Bambou en passant par une forêt dense.  Nous traversons un pont suspendu.  Sur cette étape, nous rencontrons les touristes…  on n’en avait pas vu beaucoup jusque là ! Après la pause midi, nous sommes repartis en suivant et admirant la rivière Lantang dont le courant est très fort, c’est comme une cascade sur des kilomètres.  Nous montons de façon assez raide vers le lieu appelé Lama Hotel. Nous traversons une forêt dense où nous voyons des singes.  Enfin vers 17h, nous arrivons à River Side et nous nous installons au River Side Guest House tout près de la rivière entouréde forêt.  C’est un endroit paisible.  Nous sympathisons avec un couple de Bretons.

Le 6 octobre,  aujourd’hui, nous allons à Kanjin Gompa à 3755m.  Nous commençons à marcher vers 7h.  Le jour à peine levé sur le Lantang Lirung nous offre une très belle vue pour nous mettre en route.   Nous traversons la forêt avec parfois une petite montée raide…. Après Ghoda Tabela, le sentier monte régulièrement.  Nous mangeons au New Tibetain Lodge à Lantang. Nous observons un troupeau de yaks en passant par la gauche des mani de prières (murs de prières).  Nous traversons le village typique de Mundu ; le chemin est agréable et la montée progressive. A 16h, nous sommes arrivés à Kanjin Gompa.  Notre lodge s’appelle le Trekkers Home Lodge. La nuit est très belle avec plein d’étoiles et les montagnes éclairées par la lune.  Demain ça sera la pleine lune.

 

Le 7 octobre, nous changeons notre itinéraire pour suivre la vallée et les alpages jusqu’à un ancien aéroport. C est un très joli paysage. Nous avons pris beaucoup de photos avec les belles montagnes.  Au retour, nous rencontrons un troupeau d’environs 22 magnifiques yaks au bord de la rivière. En fin de matinée, nous revenons au lodge pour y prendre le déjeuner au soleil et en début d’après-midi vers 14h, nous montons en direction du glacier Kumjung jusqu’à 4100m. Sur le chemin de retour, nous visitons le très vieux monastère de Kangin et la fromagerie où nous goutons le yaourt de yack. C’est fameux !  De retour au lodge, nous sympathisons avec la petite Nanu Maya du lodge qui a 9 ans. Joce et Pierre donne des ballons et des crayons à des enfants qui habitent devant le lodge et la maman les invite chaleureusement dans sa maison à prendre le thé.

 Nepal%201383-KyangjinGomba

Le 8 octobre nous entamons la descente en profitant de belles vues.  Il fait toujours aussi beau, nous avons beaucoup de chance.  En chemin nous rencontrons  des femmes qui montent aider au lodge pour la saison des treks qui vient de débuter.  Vers 9h30, nous sommes arrivés à Lantang.  Nous traversons deux pont suspendus et nous pouvons observer des arbres d’argousier avec lequel on fait du jus. Nous déjeunons à Ghoda Tabéla.  Après, nous reprenons la descente en rencontrant beaucoup de porteurs locaux très chargés, payés aux kilos qu’ils transportent.  Nous arrivons en milieu d’après-midi à Lama Hotel.  Comme nous avons pris la coutume de le faire, nous jouons aux cartes et rions bien avec Dinesh qui est doué pour beaucoup de choses, dont les cartes, il a un rire très communicatif.

 Le rire de Dinesh au SumchoTopLodge-3654m

Le 9 octobre, nous traversons de nombreux villages comme Kimché, Bambou, Pairo, Dovan en suivant la rivière Lantang.  A Dovan nous voyons un belle cascade. A Tiwari, nous prenons le déjeuner et arrivons enfin à Syabru Besi, à moins de trente kilomètres du Tibet. Là, se termine notre trek et notre belle aventure.

Le lendemain, nous avons repris la route vers Kathmandu, la tête pleine de beaux souvenirs de cette aventure passée ensemble avec mes amis Jocelyne et Pierre. Merci Jocelyne, merci Pierre d’être venus découvrir ce trek par mon agence et d’avoir ouvert la saison des treks de l’automne 2014.  Ce fût un grand plaisir de vous guider et de passer ces moments d’amitié et de découverte ensemble.  Un grand merci aussi pour m’avoir aidé à rédiger cet article et à publier quelques-unes de vos super photos !

 

Langtang avec Pierre et Joce
Album : Langtang avec Pierre et Joce

76 images
Voir l'album
 

 

Magie du Ladakh avec une super équipe

Que faire l’été quand il pleut au Népal ou en Europe ;-) ? Et bien, une bonne idée, c’est d’aller au Ladakh en Inde !

C’est ce qu’avaient décidé 5 joyeux et jeunes aventuriers que j’ai eu le plaisir d’accompagner comme guide francophone avec mes amis locaux ladakhis avec qui je parle l’hindi.

Mais qui sont-ils ? Il y a Olivier (surnommé « Oliv »), Jean-Marie (JM), Thomas (Thom), Véronique (Véro) et Isabelle (Isa). C’est leur première fois en Inde! Oh là là, arrivés à Delhi le 20 juillet, ils étaient impressionnés par l’animation, le bruit et la folle circulation des voitures, bus, rickshaws, tuctucs, avec les vaches sacrées au milieu de tout ça !…Bienvenue en Inde ! Nous avons mangé dans un resto au main bazar à Pahragunj , le quartier animé où logent les voyageurs sac à dos…disons que c’est un peu comme le Thamel de Katmandu mais encore plus animé!

Le lendemain, le 21 juillet, nous sommes partis vers 6h du matin pour l’aéroport où nous avons pris le vol pour Leh. Le vol s’est bien passé et après quelques temps, nous avons pu apercevoir les montagnes…c’est impressionnant vu d’en haut ! Arrivés à Leh, Stenzin, mon collaborateur au Ladakh, nous accueille et nous emmènent à l’hôtel Kidar, un agréable hôtel situé à une bonne dizaine de minutes du centre, dans un endroit tranquille avec un superbe jardin et potager. Après un petit temps de repos, l’équipe se sent en forme malgré la différence d’altitude (3500 m), alors nous partons pour faire connaissance de Leh, visiter le monastère Gompa Sankar où habitent des moines geluppa. Nous visitons également Shanti Stupa, la stupa de la paix offerte par un Japonais bouddhiste pour la paix dans le monde. De là, on a une super vue. A Shanti Stupa, au premier étage, nous pouvons observer chaque statue expliquant la vie de Bouddha (sa vie de prince, quand il médite, lorsqu ‘il s’est endormi (mort)…). Ensuite, nous redescendons en ville, nos amis en profitent pour faire les boutiques, surtout les filles ;-) , avant de rentrer à l’hôtel et de prendre le diner vers 20h.

P1040975

Le 22 juillet, nous partons visiter Leh Palace, l’ancienne résidence de la famille royale, actuellement en restauration. Ce palais n’est plus habité et appartient maintenant à l’ Archeological Survey of India. Le palais a été construit au 17ème siècle dans le style du Potala à Lhassa. Il fait beau et nous avons une belle vue sur la veille ville de Leh, avec à l’horizon un paysage de montagnes dans un décor désertique. Nous visitons également le temple au-dessus du palais qui est le temple de crystale où se trouve le grand Bouddha du Futur ( Maitera Boudhha) et aussi le temple avec des statues protecteurs.

P1050081

P1050085 Leh Palace

 

 Leh PalaceLeh PalaceP1050129

Leh Palace

Le 23 juillet, vers 9h nous nous mettons en route vers Lamayuru, un des plus célèbres et anciens monastères du Ladakh. Nous suivons la rivière de l’Indus et pouvons voir les villages dans les oasis de cultures. Nous passons par un endroit où les rivières Indus et Zanskar se rejoignent. C’est par là que se fait le trek sur la rivière gelée du Zanskar. A Saspol, nous prenons à gauche pour aller à Alchi, un adorable village paisible, pour visiter le très vieux et célèbre Alchi Choskor temple qui contrairement aux autres temples n’est pas construit en hauteur mais dans le village. Vers midi, nous prenons le pic nic et ensuite, nous reprenons la route vers Lamayuru. Notre chauffeur Tundup avait mis de la musique ladakhie, ambiance 100% ladakhie. Nous arrivons à Lamayuru, le paysage est particulier, très minéral, on dit qu’il est « lunaire ». Vers 17h, nous visitons le célèbre monastère qui a été fondé par Rinchen Zangpo (ayant construit de nombreux monastères dont celui d’Alchi). Le monastère abrite environ 300 moines, il est bien situé en hauteur et nous offre un beau panorama. Nous avons l’occasion d’assister à une cérémonie bouddhiste. Ensuite, nous visitons la grotte où le Guru Rimbouche a médité à la fin du 7ème siècle. Ce soir Olivier nous fait un « blind test » musical. Il joue des mélodies avec son harmonica et nous devons deviner quelle chanson c’est ! C’est amusant!

P1050368

P1050612

P1050470

Le 24 juillet, c’est le début du trek de 5 jours dans la vallée de la SHAM ! Nous prenons la route vers 08h30 durant environ 30 minutes pour aller à Kaltse. Là, la marche commence et nous montons un col de 3870 m. La montée est un peu raide au début mais après ça monte progressivement. Notre co-guide local ladakhi s’appelle Jigmet. Il est gentil et blagueur ! Il aime bien taquiner. Le soleil tape, il commence à faire chaud. Nous mettons les lunettes de soleil et la crème solaire. . Je sens dans le groupe une entraide et une bonne entente générale entre nos amis voyageurs et l’équipe locale, cela me fait très plaisir et c’est une joie de les accompagner. C’est important d’avoir une bonne entente dans le groupe… Nos amis voyageurs ont de belles personnalités, à la fois pleine de vie et ouverte à l’aventure: Isa et Véro, deux jeunes filles sportives et sympathiques, Isa est très attentionnée aux autres, Véro est souriante, Thom (Thomas) est curieux, JM est sportif et discret, avec Thom ils veulent toujours aller plus haut! Quant à Olivier, c’un grand soleil et source de bonne humeur! Il est aveugle mais cela ne l’empêche pas de marcher tout aussi bien que les autres. Je suis très admiratif d’olivier. Il est très autonome et sa joie de vivre, sa bonne humeur sont communicatifs !

Isa, Véro, Oli, Thom forment une super équipe, ils sont comme frères et sœurs et c’est génial d’avoir un groupe ainsi où tous s’entraident et sont heureux d’être là !

P1050619

 

P1050859

Nous arrivons au col, nous avons une belle vue sur la rivière et ses rives… là où il y a de l’eau, nous voyons des cultures, des villages, tout est bien vert… là où il n’y a pas d’eau, c’est le désert… Toujours les nuages bougent dans le ciel et font des ombres sur le paysage qui change ainsi de couleurs… C’est si beau qu’une séance photos s’impose ! Nous prenons le pic nic en profitant de ce beau panorama… Après, nous redescendons, il y a quelques passages un peu plus difficiles… Tout près du village, nous faisons une petite pause pour se tremper les pieds dans l’eau… c’est si agréable. Nous en profitons aussi pour observer les gens qui sont en train de faire des briques avec le sable de la rivière. Jigmet taquine JM et Véro en les arrosant avec un peu d’eau. Nous étions si bien là que nous y sommes restés environ 1h30. Ensuite nous avons traversé la rivière pour arriver au village de Tamosgam
(3200 m) en passant par des champs de blé. Le soir, nous faisons connaissance du reste de l’équipe locale. Stenzin avait prévu un accompagnateur pour Oliv, il s’appelle aussi Stenzin ! Notre chauffeur cette fois s’appelle Dawa, notre aide cuisinier s’appelle Jigmet comme notre guide, et notre cuisinier s’appelle Achu.

Le 25 juillet, il fait toujours beau et nous commençons vers 08h15 et quittons Tamosgam. Nous marchons le long du chemin pendant 1h30 en montant progressivement avant d’arriver au village de Ang….Ensuite, direction vers l’Est, ça monte, par moment c’est raide, par moment, c’est progressif. JM et Thomas sont en très bonne forme et ont envie d’ aller plus haut… Ils montent jusqu’à la colline à 4000m. Vers 10h45, nous arrivons au col de Lago La(3820m), soit une montée de 620 m depuis Tamosgam. Nous y rencontrons d’autres voyageurs qui étaient en trek également. Après nous entamons la descente en croisant un troupeau de mules qui était en train de monter. Je conseille à mes amis de rester du côté de la montagne car les mules parfois poussent les marcheurs sur le côté vide et ça peut causer des accidents. Vers midi, nous nous arrêtons pour casser la croûte au pied du col sur une petite surface verte où il y a un peu d’ombre, le soleil tape fort. Vers 13h nous reprenons la route pour aller vers le col de Mebtak La… Comme c’est le cas habituellement, il y a des drapeaux de prières et on s’octroie une petite séance de photos. Au nord, des montagnes et à l’est des villages et joli paysage. Une fois les photos dans la boîte, nous descendons pour atteindre le beau et petit village de Hemis-shukpachen. Arrivés au village, les tentes étaient déjà montées et le thé au citron accompagné de petits biscuits nous attendaient. Nous avons du temps pour faire la lessive…glaglagla…. l’eau est froide mais le soleil bien présent nous réchauffe et sèche le linge. Ce soir, séance « blind test » avec Oliv et son harmonica! C’est une belle soirée !

 

Le 26 juillet, nous sommes partis en direction du col de Semanchen La (3850 m). En montant, nous passons par un mur de Mani, c’est un mur avec des pierres gravées de prières bouddhistes, très fréquent dans la culture tibétaine bouddhiste. Notre guide Jigmet trouve une tête de yak nos amis prennent des photos de lui. Le paysage est beau et il y a du soleil, que demander de plus ? Une fois arrivé au col, .JM et Thomas souhaitent faire une grimpette plus haut pendant que nous nous reposons au col. Aujourd’hui, l’étape n’est pas longue et nous avons le temps de profiter du paysage, du soleil et de l’instant présent. Nous regardons JM et Thomas progresser dans leur montée, ils y arrivent facilement et atteignent environ 4200m. Félicitations ! Je me suis dit qu’ils pourraient facilement faire les treks au Népal jusqu’à plus de 5000 m ! Vers 11h, ils sont revenus et nous sommes redescendus jusqu’ à la rivière de Ule et le village de Ule Tokpo, très joli, avec beaucoup d’arbres bordant la rivière. Petit arrêt « baignade des pieds », moment qu’adore Olivier et que nous aimons également, c’est si agréable! Après nous reprenons le chemin pour arriver sur un plateau où se trouve le village Yangthang(3600) où nous séjournerons 2 nuits.

Le 27 juillet, nous partons faire une excursion pour aller visiter le monastère de Rizong en suivant la rivière de Ulé, le sentier est parfois difficile, nous avons dû prendre le chemin par le sud et parfois il fallait traverser la rivière et se déchausser. C’était pas évident mais tous ont bien réussi. En fait, le chemin d’origine a été détruit et le sol était glissant, mais finalement, tout s’est bien passé, nous arrivons au monastère de Rizong, endroit paisible ou il y a une école avec 45 moines de l’ordre de Geluppa (bonnets jaunes). Nous descendons la rivière pour le pic nic et trouvons un endroit paisible où manger… moment de détente en écoutant le son de la rivière, le vent dans les arbres donnant une ombre bienvenue, et le chant des oiseaux… Vers 13h35, nous repartons… Véro, charmée par les lieux, oublie son appareil photo sans s’en apercevoir…. Mais Jigmet, lui, l’avait vu et l’avait ramassé sans
rien dire afin de la taquiner sur le chemin un peu plus tard. A un moment, il dit que ça serait bien de prendre une photo, tous cherchent leur appareil et se préparent à prendre la photo… c’est à ce moment-là que Véro réalise qu’elle a oublié son appareil à l’endroit du pic nic et voulait y retourner pour le récupérer. Alors, Jigmet lui dit qu’elle ne s’inquiète pas car il l’avait pris pour elle et il voulait lui faire une petite blague avec le coup de la photo ! Arrivée au campement vers 16h !

Le 28 juillet nous nous mettons en route vers 8h25 pour le village de Likir, après une marche d’environ 1h15, nous arrivons au col de Charté La à 3930m ( La, signifie col en ladakhi ou en tibétain). C’est le plus haut col de notre trek. Comme quoi, il est possible de faire des treks au Ladakh sans aller trop haut en altitude ! Une fois passé le col, nous redescendons vers les villages de Tard et de Sumdo. Ce sont de jolis villages. Après, nous remontons vers un petit col de La Lung La (3550m). Vers 11h, nous arrivons au village de Likir où il y a un étang artificiel pour irriguer la terre. Nous mangeons près de la rivière. C’est un très joli village avec ses maison typées et ses cultures de blé. Nous apercevons le monastère au nord. Notre chauffeur Dawa, nous attend pour nous emmener au monastère et ensuite à Leh. Nous partons pour la visite et arrivons vers 13h… zut, c’est la pause déjeuner des moines jusque14h.  Mais pas de souci, nous attendons en visitant la statue de Bouddha futur (Maitéra Buddha) qui fait environ 20m de haut. Nous avons visité vers 14h après la pause des moines, le monastère. Il y avait également une exposition avec beaucoup d’objets anciens et des armes. Après la visite, reprise de la route en voiture jusque Leh où nous sommes arrivées vers 16h.

Le 29 juillet, c’est journée libre et de repos… l’après-midi, nos amis sont partis faire la visite du sanctuaire des ânes, lieu où on recueille les ânes, et de l’alliance des femmes à Leh. Le soir, le temps était à l’internet pour envoyer des nouvelles à la famille (yahoo, skype, etc) grâce au wifi.

Le 30 juillet, nous partons en excursion vers Pangong Lake, situé à 4267 m à la frontière avec le Tibet. En chemin, nous en profitons pour visiter le monastère de Hemis de l’ordre des Dukpa (bonnets rouges), un des plus grands monastères du Ladakh ainsi que son musée célèbre exposant des anciens objets religieux et historiques. Nous continuons la route en passant par le 3ème plus haut col carrossable du monde ! Le Changla Pass à 5360m. Petite séance photo avant de redescendre de l’autre côté du col pour se trouver un bon coin et prendre le pic nic. Nous poursuivons la route à travers les lacets de la vallée d’abord large qui se rétréci par la suite. Oh ! Nous voyons des marmottes ! La route est assez fatigante et sinueuse…mais les paysages sont sublimes ! Nous arrivés vers 15h40 au campement fixe du lac bleu de Pangong qui s’étend sur 130 km ! Une partie du territoire est indien (25%) et l’autre appartient à la Chine (Tibet)(75%). Le campement fixe est un campement amélioré avec toilettes, lavabo, tentes, etc. au bord du lac. Le lac est un endroit magique avec les couleurs de bleu qui changent au gré de la journée. Au lever et coucher de soleil, c’est magnifique ! Nous nous accordons une balade au crépuscule au bord de lac avant d’aller manger vers 19h30. Le soir, jeux de cartes, c est le jeux « Pouilleux » et « president ». Demain, lever à 05h30 pour le lever du soleil ! Il fait froid…mais c’est normal, à 4267 m sous tente !

 P1050998

 

P1060107

 

 

 

 

 

 

 

 

Le 31 juillet, je me suis réveillé déjà à 4h30, j’ai regardé le lac mais il fait encore un peu nuit donc j’attends encore un peu au chaud avant de réveiller nos amis vers 5h20 pour le lever de soleil sur ce lac inoubliable ! Au retour, nous reprenons le même chemin et visitons les monastères de Thiksey où il y avait des discours religieux, avec Gokhang, temple avec dieux protecteurs et le temple de 21 tara et temple de Maitera Buddha. Nous visitons également le monastère de Shey, avant de rentrer à Leh.

 P1060110

P1060219

P1060271

Le 1 août, nous partons pour le deuxième petit trek, de Spituk à Stok avec la même équipe et les mules qui portent nos sacs. Nous commençons la marche à Spituk en marchant pendant environ 2h30 le long de la rivière Indus et après, un petit torrent. Vers 13h, nous prenons le déjeuner. Vers 14h30, nous arrivons au village de Jingchen. Nous campons sur l’autre rive de rivière. Véro qui est kiné, nous a donné des cours de massages ! Olive et moi nous essayons de masser JM ! Il y avait également d’autres trekkeurs allemands à ce campement dont deux musiciens, Olive a fait de la musique avec eux. Des guitaristes et Olive à l’harmonica, c’était génial et un bon moment d’échanges et de rencontres que nous avons tous bien apprécié !

Le 2 août, nous suivons le torrent de la vallée qui devient étroite. Des arbres bordaient les deux côtés du torrent. Nous arrivons au village de Rumbak situé 3990m où nous mangeons au milieu des champs de blé. En hiver, à cet endroit il est possible d’apercevoir des léopards des neiges qui viennent chasser le bétail… Heureusement, c’est l’été et il n’y a pas de danger. Nous poursuivons le chemin jusqu’au camp de Rumbek ( 4200m) où nous passerons la nuit. Ce soir, jeux de cartes, c’est encore Olive et moi qui gagnons !

Le 3 août, il fait très beau ! A 7h30 du matin, nous commençons à monter progressivement en voyant de jolies fleurs. Après une petite heure, nous montons un peu plus raide, l’altitude se fait sentir mais le paysage nous la fait oublier ! C’est un jour pour prendre de superbes photos ! Vers 10h nous arrivons au col de Stok La (4900). Quelle belle vue ! Nous voyons toute la vallée de l’Indus. JM est monté plus haut sur le col. L’escalade est un peu difficile mais pas pour lui, ça lui semble facile ! Après la photo de groupe, nous redescendons environ de 900m jusqu’à Changma chen(4000m) et avons pu voir des moutons bleus ! Cette nuit , nous faisons la fête car c’est la dernière soirée avec notre équipe locale avec qui nous avons fait les deux treks ! C’est une super équipe, ils ont préparé un bon gâteau accompagné de danses et de chants autour du feu de camp !

 

 P1060573

 

 P1060651

P1060744

Le 4 août, le trek est fini et nous en profitons pour visiter le palais de Stok où la famille royale habite actuellement . Il y a un petit musée que nous pourrons voir avant de repartir sur Leh. Nous prenons ensemble nos derniers repas en s’échangeant les impressions du voyage et du séjour.

 

Le 5 août au matin, après avoir remercié notre ami Stanzin, nous reprenons le vol vers Delhi où m’attend d’autres groupes et où mes amis poursuivent leur voyage vers Agra. D’après leur photos, j’ai vu qu’ils y ont passé de super moments, en visitant le Taj Mahal, mais aussi dans la piscine avec une bonne bière indienne !

Pour quelques photos en plus:

Ladakh été 2014
Album : Ladakh été 2014

24 images
Voir l'album
  
A bientôt mes amis ! Vous avez été une super équipe ! Peut-être nous reverrons-nous au Népal ?

 

Chants et danses dans le Langtang!

Le parc national du Langtang se trouve à environ 130 km au nord de la vallée de Katmandou près de la frontière avec le Tibet.  Il se situe entre la chaîne de l’Himalaya au nord , dominée par Langtang Lirung (7245m).  Le trek du Langtang est moins fréquenté et donc moins connu…mais il n’en est pas moins intéressant. Il donne l’occasion de découvrir le mode de vie et la culture des Tamangs  et des Sherpas dont les coutumes sont proches de celles du Tibet, de même  que la langue aussi. La rivière Langtang passe par le haut où il y a de belles forêts, avant se jeter dans la rivière Bhote Kosi qui vient du Kerung auTibet.

 

Le 15 avril dernier, j’ai fait la connaissance d’une très joyeuse troupe  de  12 personnes (11 français et 1 français vivant au canada) avec qui j’allais vivre une belle aventure dans le Langtang : il y avait : Philippe, Max, Roger, Maryse, Michel, Brigitte, Claire, Annick, Anita, Pierre-Yves, Zoe et Valérie.  Tous étaient prêts et curieux de découvrir le Népal, les Népalais et leur mode de vie… Et la découverte commença dans le bus, le lendemain du Nouvel An népalais!  Et oui, nous prenons le bus local vers Syabrubensi …le bus au Népal, c’est une expérience à vivre et ça fait partie de l’aventure…La devise du bus c’est : plus on est, mieux c’est ! Sur le toit comme à l’intérieur, le bus est rempli !  Une fois  bien entassés dans le bus, nous nous mettons en route pour rejoindre Sybrubensi, en passant par Kakani et ensuite par Trisuli…  Durant le trajet, nous avons de belles vues sur les rizières en terrasse et les massif du Manaslu (8163m) et du  Ganesh Himal . Nous arrêtons pour manger dans la ville de Trisuli.  Au fur et à mesure du voyage, les gens montent et descendent, il y a des échanges et des rencontres, certains sont malades avec la fête de la veille et les mouvements du bus… On voyage « à la népalaise » serrés les uns sur les autres, mais ce n’est pas grave car les sourires et la bonne humeur nous font oublier les conditions de transport pas très confortables.  A chaque arrêt, c’est une véritable mêlée de personnes, des hommes et des femmes en saris colorés montent et descendent … le bus permet de s’immerger dans la population locale et c’est une bon idée  « testez local et être local»! Le soir, nous logeons dans un bon guesthouse qui s’appelle le  « Peacefull guesthouse ».  Après avoir mangé, c’est le moment des présentations et d’une petite soirée animée par des  chansons comme Resham Firiri et la chanson des boutons qui a une jolie mélodie et qui en fait est comique car elle raconte : ma chérie,  je t’aime beaucoup et je voudrais te faire des bisous mais tes boutons me dérangent!  Alors quand j’ai expliqué ça, mes amis trekkeurs ont rigolé !  Je leur ai dit qu’il faut rigoler au moins une demi heure par jour pour éviter le mal des montagnes… c’est une méthode népalaise contre le mal des montagnes, autant que la soupe à l’ail ! 

DSCF2573 P1070327

Le 16 avril, nous avons commencé la marche vers 8h. Au premier pont, de nombreuses khatas (écharpes de cérémonie dans la culture tibétaine) et drapeaux de prières (en langue tibétaine = luntha =cheveux du vent qui portent dans les airs les prières) attachés au pont volaient dans l’air… Ils ont été laissés par les marcheurs en guise de prières et de porte bonheur pour protéger la famille, avoir une bonne santé,  une protection durant leur voyage, etc.  Nous avons traversé la rivière Bhote Koshi qui vient du Tibet.  Nous sommes juste à 15km de la frontière  Rasuwa Gadi.  Ensuite, nous avons traversé la rivière Langtang khola a Tiwari et à Dova, nous avons monté progressivement jusqu’à Bambou en traversant une forêt de chênes et de pins.  Nous avons pris le lunch au Tibet Lodge.  Après vers 13h nous continuons à monter dans la forêt jusqu’à Lama Hôtel où nous passerons la nuit. Après une heure de marcher nous retraversons la rivière et sur le chemin, nous avons vu des singes.  Arrivés à Lama Hotel, nous nous sommes installés au Jungle View Guesthouse.  Un bon repas suivi de chansons népalaises et françaises animent la soirée.  Des Israeliens sont aussi là et participent à la soirée avec nous.  C’était une belle soirée. Ensuite, dodo !

 

Le 17 avril, l’étape nous conduit au village de Langtang à environ 3350m, chef lieu du Langtang.  Après avoir pris le petit déjeuner , nous partons à notre heure habituelle, c’est-à-dire, 8h en montant progressivement, nous traversons une forêt de rhodendrons et vers 10h, nous arrivons à Ghora Tabela où il y a un check post pour les permis, c’est un ancien camp de la résistance tibétaine. Ensuite, la vallée devient plus large.  A Thanshyap , nous nous arrêtons pour manger.  Après avoir repris des forces nous nous mettons en route et traversons le village des bergers où nous avons eu l’occasion de voir des yaks.  Nous avons pu aussi visiter un vieux monastère.  Nous sommes arrivés à Langtang vers 15h40.  Le soir, nos amis chantent  et dansent des danses bretonnes : Pierre-Yves, Anita, Annik sont bretons et moi j’adore la danse bretonne !  Ramesh et d’autres porteurs ont également dansé et chanté notre chanson populaire Resham Firiri.

 

Le 18 avril, nous allons à Kyangjin Gompass (3850m), nous passons à travers de larges champs et des pâturages de yaks.  Dans le paysage, nous pouvons admirer de nombreux de sommets enneigés.  Le long de la rivière, les « murs de mani »,que nous longeons  par la gauche, divisent le sentier.  Sur les pierres,  des mantras sont gravés et c’est une façon aussi de faire ses prières.  A Murmani, un village typique apres  Langtang, nous avons traversé la rivière Laja Khola, puis nous sommes montés sur la moraine pour arriver à Kyangjing.  Après-midi, vers 15h,  nous visitions une fromagerie locale où nous avons pu faire une séance de dégustation, nous visitons également  la gompa. Wouaw, quel super panorama sur les montagnes ! C’est pas mal le Népal (hihi)   Le soir, nous poussons la chansonnette encore et toujours ;-).

 DSC05171

Le 19 avril, ce jour-là, c’est le jour de la petite grimpette (hihi) ! Oui,  nous allons à Kyangjin Ri à 4773m ! Nous nous levons tôt à 06h30 et  nous découvrons la neige tombée durant la nuit, le paysage est magnifique… c’est paisible de regarder ce paysage…mais bon, faut y aller.  Vers 8h, nous entamons une montée raide vers Kyangjin Ri.  Nous sommes en altitude et la montée se gagne petit à petit…comme nous avons beaucoup chanté les jours passés, nous sommes bien acclimatés et nous arrivons au sommet sans aucun souci (Ri).  Là, nous profitons de l’instant pour admirer le Langtang Lirun (7227m), le Yala Peak (5500m) et le Langshisha Ri (6370m) … quel joie d’être là, nous chantons tous ensemble Resham Firiri ! Les sourires et l’émotion affichés sur le visage de mon groupe me réjouissent, c’est un bonheur pour moi et mon équipe de les voir heureux. Séance photos, émotion, joie… nous nous sentons privilégiés d’être là dans ce beau paysage et de profiter tout simplement de cet instant inoubliable.  Même si par mon métier j’ai la chance de pouvoir admirer souvent ces paysages, jamais je me lasse de les voir, c’est à chaque fois un bonheur. Après ce beau moment, nous redescendons au lodge et le soir, un bon repas et un gros dodo ! Quelle belle journée !

P1070369P1070404

DSC05227

P1070431DSCF2702

Le 20 avril, il fait très beau, le ciel est bleu, on est heureux… nous avons eu de la chance avec le temps! Nous sommes redescendus pour arriver à Ghoratabela où nous avons logé au  Tibetan Lodge. Nous jouons aux cartes « piupiu »… c’est très chouette !  C’était une journée agréable, les mains dans les poches comme on dit ici.

 

Le 21 avril, nous reprenons le chemin en traversant la forêt, la météo est super et nous avons eu de belles vues sur le Lantang Lirung.  Nous croisons en chemin beaucoup de porteurs locaux qui portent plus de 60kg, ils sont payés au kilo, plus ils portent, plus ils gagnent.  Ils sont très courageux et c’est un métier très dur.  Les porteurs de trek, eux portent des charges beaucoup moins lourdes car les conditions de travail ont été améliorées, mais pour les porteurs de marchandises,  ils portent le plus possible pour pouvoir gagner un peu leur vie, c’est un métier très difficile… Nous sommes redescendus  jusqu’ai Pairo  où nous sommes arrivés vers 14h pour manger.  Après la pause midi, nous sommes montés vers Thulo Syabru qui est un village de l’ethnie des Tamangs. Il se trouve sur la crête avec des belles cultures en terrasses.  Nos amis trouvent la journée assez longue, alors en chemin,  ils commencent à chanter et même à danser! C’est une marche très joyeuse et dansante ! Maryse et Pierre-Yves mettent l’ambiance!

 IMG_0587

Le 22 avril, nous commençons la marche vers 7h45 et nous montons progressivement sur un sentier agréable en passant dans la forêt et le village Barbal où il a de beaux pommiers et des cultures en terrasses. Nous poursuivons la descente vers Tulo Barkhu, où nous avons une belle vue le sur massif de Gansha himal et la chaine tibétaine.  Après Thulo Barkhu nous remontons vers Dunche, capital de la région Rasuwa.  C’est la dernière soirée tous ensemble, la big soirée de fête et d’au revoir! Ramesh , c’est notre papy du trek, il a énormément d’expérience car cela fait 30 ans qu’il est porteur.  Ils adorent quand ses amis trekkeurs dansent  et chantent et il aime volontiers chanter et danser aussi.  La soirée de clôture se termine dans la joie et la bonne humeur, tous sont contents de cette belle aventure, trekkeurs et porteurs et moi aussi !

 

Le 23 avril,  nous prenons un bus privé vers Katmandu où nous arrivons vers 13h.  Certains de nos amis rêvent déjà d’un prochain voyage au Népal… je leur ai dit en plaisantant qu’ils ont attrapé le « virus du Népal » et que c’est un très bon virus…car il qui apporte beaucoup de bonnes choses tant aux trekkeurs qu’aux népalais ici…  Soyez bienvenus au Népal autant de fois que vous le souhaitez ! Nous vous gardons dans nos cœurs avec l’espoir qu’un jour nos chemins se croiseront encore… Dhanebad ! Pheri Bethaunla, à bientôt !

 

 

SAM_1521 IMG_1891 - Copie DSC05333DSCF2770

Un petit tour dans les Annapurnas

Le 16 mars, le jour du festival des couleurs qu’on appelle « HOLI », je suis partit avec un groupe joliment coloré de 9 randonneurs : Daniel, Fabienne, Guillaume, Monica, Thibault, Dominique, Nadine, Mélanie et Charlotte.

  IMGP0175

Ils sont prêts pour l’aventure des Annapurna … celle-ci a commencé dans le bus pour aller à  Bubule !  Nous sommes arrivés vers 15h et avons ensuite marché jusque Ngadi au milieu des rizières.  Le soir, nous avons fait les présentations de l’équipe et bien sûr, nous avons chanté !

 

Le 17 mars, nous sommes parti vers 8h, il fait déjà chaud, nous avons suivi la rivière Marsanghi et vers 9h45, nous sommes arrivés au col de Bahun Dada (dada= colline), sur la colline de Bahun.  En chemin, nous avons traversé les rizièrse en terrasse.  Vers 12h15 nous sommes arrivés à Germuphat pour la pause midi.  Nous avons mangé au lodge qui s’appelle « Dipak Guest House », c’est un super guesthouse hihi ! J’ai plaisanté en disant que c’était mon guesthouse, et Thibault a remarqué tout de suite que j’adorais rigolé ! Germuphat est un village des ethnies Magar et Gurung.  Nous avions en vue de belles rizières, la rivière Marsanghi à droite et devant une belle cascade.

Apres avoir mangé, nous nous sommes mis en route vers 14h et nous avons traversé la rivière de Marsanghi par le pont suspendu.  Vers 15h30 nous sommes arrivés à Jagat, situé sur la rive gauche de Marsanghi.  Vers 19h, nous avons mangé de la soupe et des momos.

Le 18 mars, nous nous sommes mis en marche vers 8h15 pour aller à Dharapani, il faisait très beau.  Apres environ 45 min de marche nous avons admiré une jolie cascade. La vallée devient étroite, nous traversons le village de Chamche et un pont suspendu au-dessus de la rivière.  Vers 11h15 nous sommes arrivés à Tal où nous nous prendrons la pause déjeuner.  La pluie, est, elle aussi arrivée ;-)  Vers 13h30, nous profitons de l’accalmie pour reprendre la route et arriver à Dharapani vers 15h. Une fois arrivés, la pluie est revenue.  Finalement, elle a été sympa avec nous. 

Le 19 mars, au matin, il faisait beau et nous pouvions voir qu’il avait neigé dans la montagne.  Nous partons en direction de Bagarchap d’où on voyait l’Annapurna II et le Manaslu.  Le paysage a changé et nous avons traversé une forêt de pins et de rhododindrons.  Nous avons mangé à Temang d’où nous avons pu observer le Manaslu (8163 m).  Vers 15h30 nous sommes arrivés à Chame,  chef-lieu de la région de Manang, dans la zone du Gandaki.  Au menu de ce soir, un super « Dalbhat » au poulet ! Toute l’équipe a bien apprécié le plat national du Népal!

Le 20 mars, toujours le beau temps au matin, vers 8h, nous montons progressivement jusqu’au village de Bratang où on cultive la pomme.  Nous traversons un pont suspendu de 30m, ensuite montée un peu raide pour ensuite arriver au village de Dhukurpokhari (lac de tourterelles).  Apres avoir mangé, nous repartons en direction de Pisang où nous avons visité le vieux village situé en hauteur, le « haut pisang » .  Là  il y a un monastère que nous avons visité.  Nous avons aussi profité du point de vue sur l’ Annapurna avant de redescendre vers le « nouveau Pisang » où nous avons logé. 

Le 21 mars, nous démarrons vers 7h30 et aujourd’hui nous avons prévu un pic nic parce que nous allons vers le Pisang Base Camp à 4300m.  Le chemin est raide mais le paysage est splendide.  Nous avons eu une belle vue sur la vallée de Marshangi et sur les montagnes.  Vers 11h30 nous arrivons au camp base.  En descendant vers Gheru, nous avons marché dans la neige dans la foret.  Vers 16h nous arrivons à Gheru, un très joli village.

Le 22 mars, il avait neigé pendant la nuit et ça continuait encore au matin, le paysage avait mis son manteau blanc, était très joli.   Départ vers 8h et marche en balcon avec de très beaux paysages d’où nous pouvions admirer les Annapurna II, III, IV, le Gangapurna et le Tilicho peak.  Arrivée autour de 10h à Nawagle, ensuite descente vers Mughi où nous prenons la pause déjeuner.  Ensuite nous reprenons une marche d’environ 30 min vers Braga, petit village où il y a un très vieux monastère.  Vers 16h, nous arrivons à Manang.  Manang est situé sur la large vallée de la rivière Marshyangdi au nord de la chaîne des Annapurnas. La rivière coule à l’est. A l’ouest il ya le célèbre col à 5416 m, le Thorong La, que nous aurons bientôt à passer.  Le village est situé sur le versant nord, qui obtient le plus de la lumière du soleil et moins de neige en hiver. Les champs de culture sont sur le versant nord. 

Le 23 mars est une journée d’acclimatation et nous avons été voir le lac de Gangapurna qui se situe au-dessous du glacier Gangapurna.  Après retour au lodge et départ vers Yakkharka (bergerie de Yak).  Vers 11h30 nous arrivons à Gunsang pour prendre le déjeuner, ensuite remise en route par le chemin qui monte progressivement.  Nous avons on a eu belle vue sur les montagnes et la vallée.

Arrivée a Yakkharka(4000m) vers 15h30 et tout de suite, dès que le soleil se couche, nous sentons le froid et nous nous réchauffons tous autour de la cheminée.

Le 24 mars, départ vers 8h15 pour aller à Thorang Phedi, au pied du célèbre col Thorong La.  C’est une petit étape de 3h30 mais en altitude, on se fatigue plus vite et il vaut mieux monter doucement pour bien s’acclimater.

Arrivés au lodge, nous avons mangé, certains ont pris du repos et d’autres sont montés vers le camp plus haut à 4800m où il y a également un lodge.  Ensuite, ils sont redescendus pour loger à Thorong Phedi.  Ce soir,  personne n’échappe à la traditionnelle « soupe à l’ail » (hihi)…oui oui, c’est notre potion magique pour affronter le Thorong La le lendemain… Ici, nous aimons beaucoup l’ail car il a beaucoup de qualités pour la santé, dont celle de réguler la tension et le rythme cardiaque.  Il dilate les vaisseaux et fluidifie le sang.  C’est pour cela, qu’à THorong Phedi, la soupe à l’ail, c’est la spécialité de la maison, spécialement réalisée pour les trekkeurs ! 

Le 25 mars, debout vers 3h30 et départ à 4h30. Le ciel est étoilé et dégagé, c’est bon signe ! Départ pour la longue montée du fameux Thorong La… Certains passages sont glissants. Il y avait beaucoup de neige mais heureusement, les trekkeurs passés par là avant nous, avaient déjà bien tracé le chemin et tassé la neige.  Vers 7h nous arrivons au « teashop » local, situé à 5000m ! Est-ce que ça existe chez vous un teashop à 5000m ? Et bien au Népal, oui !  Vers 10h nous sommes au « top » ! Nous voilà, arrivés au Thorang Pass à 5416m.  Très fiers, nous avons pris la pause pour immortaliser ce moment.  Nous étions très heureux d’y être arrivé ! Joie et émotion se lit sur les visages de mes amis, ce qui me fait grand plaisir.  Nous pensions également à nos deux amis qui étaient redescendus vers Pokhara avec mon assistant Basanta pour des raisons de santé… ils ont eu beaucoup de courage également et je pensais bien à eux en espérant le meilleur pour eux.

Le paysage est superbe, panorma à 360°, de quoi en avoir plein les yeux et ne plus savoir où regarder… Bon… ben après avoir admiré tout ça… y a plus qu’a redescendre par l’autre côté !  Hop là … on redescend d’un bon pas, parfois même sur les fesses (hihi), il parait que c’est une bonne technique et puis comme on est déjà à terre et on ne risque pas de tomber plus bas!  La descente semble toujours très longue… vers 14h nous avons picniqué et ensuite repris le chemin pour arrivé à Phedi, le Phedi du côté de Muktinath où nous avons pris une soupe de nouilles pour reprendre des forces.  Enfin après cette longue journée de marche et d’émotion, nous arrivons à Muktinath, endroit célèbre et sacré autant pour les bouddhistes que pour les hindous à cause de sa flamme de gaz et ses fontaines où a été construit un temple au 12eme siècle.   Beaucoup de bouddhistes et d’hindous viennent ici en pélerinage.  Ce soir, c’est steak de yak !  Nous sommes ravis de ce menu et Dominique nous a offert une tournée générale !

Le 26 mars, départ vers 8 h dans le paysage minéral et très désertique situé aux portes du Mustang, ce petit royaume mystérieux qu’il est possible également de découvrir en trek (trek du Mustang).  En chemin nous visitions Kagbeni où nous mangeons.  Ensuite, nous continuons vers Jomsom en suivant la rivière du Kali Gandaki.  Arrivée à 15h30.  Ce soir, c’est la fête de fin de trek, le dernier soir avec le gâteau de trek.  Une soirée d’au revoir, nous sommes tous très contents du trek et de cette belle aventure.  Danses, chants, rires… c’est une soirée « yakement » bon !  

Le 27 mars, nous sommes rentrés en bus. La piste est très fatigante mais notre chauffeur est doué et a fait de son mieux pour nous conduire à bon port… arrivée vers 17h à Pokhara où nous passerons la nuit réparatrice après la longue route et retrouvons nos deux amis, le groupe est au complet ! 

Le 28 mars nous prenons le bus vers KTM et en chemin, nous faisons un peu de rap « yo ! yo ! » à la népalaise, oui oui… c’est une chanson que j’ai composé et qui est amusante à chanter…même au Népal, on fait un peu de rap !

Je remercier toute mon équipe sur qui j’ai pu compter durant ce trek et aussi tous mes amis trekkeurs sans qui cette belle aventure n’aurait pas eu lieu . 

A bientôt !

IMGP0467 CIMG3921 CIMG4080 IMGP0449 IMGP0462 IMGP0463

12



maple syrup, bears and land... |
Meli et Melo au Japon |
Un été au Portugal... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Nouvelle-Zélande 2011
| Notre voyage en Thailande
| Rom et Chipo chez les grizzlis