Trek au Manaslu…

Le 14 octobre dernier je suis parti avec 9 amis français, certains se connaissaient déjà d’un précédent trek, d’autres pas encore: il y avait Jean, Marc, Michel, Marguerite, Monique, René, Pascaline, Jacques et Françoise.  Une bonne équipe prête pour l’aventure du trek Manaslu…

Depuis la veille, il n’arrêtait pas de pleuvoir, la météo avait annoncé de fortes pluies pendant 2 jrs et puis beau temps.  Nous étions mi octobre et normalement la mousson est finie. Je me suis dit que nous étions heureusement en bus ce jour-là et donc à l’abri de la pluie.  Ainsi, nous sommes partis en bus privé pour aller jusqu’à Arughat.  Sur la route, les trompes d’eau ne cessaient de tomber et la route devenait très difficile.  Notre chauffeur faisait de son mieux pour avancer, il a proposé de changer de bus à Danding Beshi pour aller dans un bus à 6 roues au lieu de 4 roues et ainsi mieux adhérer à la route.  Nous sommes arrivés vers 17h à Arughat, situé à 800m, fatigués de ce voyage difficile en bus.  Ce déluge n’était pas normal en cette saison d’automne, d’habitude il fait très beau et la mousson est déjà bien finie. Il faut croire qu’avec les changements climatiques, des phénomènes météorologiques arrivent de façon inhabituelle… En fait il s’agissait d’un cyclone venu de l’Inde. Celui-ci a malheureusement piégé des personnes qui étaient en haute altitude et qui n’ont pas pu s’abriter.  Il a fait des vicitimes au col du Thorong La (Anapurna), également plusieurs personnes dans une partie isolée du Dolpo et au Mustang.  Des centaines de trekkeurs ont été évacués suite à ce cyclone. C’est un grand drame qui a secoué tout le Népal cet automne et qui restera gravé dans nos mémoires. Quand nous avons appris cela, nous avons été tristes et ressenti compassion pour les familles de victimes décédées lors de ce cyclone, nous avions beaucoup de chance de ne pas être en altitude durant ces deux jours d’intempéries difficiles.

Le 15 octobre, nous avons traversé de beaux village des deux côtés de la rivière Burhi Gandaki, en passant par des rizières et la forêt tropicale.  Nous avons aussi pu voir de nombreux arbres fruitiers comme des manguiers, des goyaviers etc.  et même de beaux papillons ! Nous prenons le lunch à Soti Khola au Phul Bari Lodge.  Vers 14h nous reprenons le chemin en admirant de belles cascades, surtout depuis Kursanitar (= champ de piments).  La marche s’est terminée Labu Bensi au milieux rizières. Nous logeons au Laphu Guest House.  Ce soir, c’est la présentation de l’équipe en chants et en danses. Jacques et nos autres amis ont chanté des chansons françaises tandis que nous, nous leur avons chanté nos chansons traditionnelles dont la célèbre chanson de Resham Firiri.

Le 16 octobre, levé à 7h, le ciel bleu et le soleil sont au rendez-vous !  Nous remontons doucement la rivière Burhi Gandaki en traversant rizières et champs de millet.  Ensuite nous passons par les villages Arkhet Bazar et Kurerepani, nous passons le pont de Nauri Khola, il y a aussi une belle cascade à admirer.  Vers midi, nous traversons la Machha Khola(=rivière de poissons) où nous faisons la pause déjeuner. Après un petit temps pour digérer, nous continuons vers Khorlak Bensi et nous installons au Shangrilla Guesthouse, nous sommes maintenant à 1800m.

Le 17 octobre, nous débutons la marche en allant vers Tatopani (tato =chaud, pani =eau), une étape aussi sur le trek des Anapurna où il y a des sources d’eau chaude.  En chemin, nous rencontrons un gamin qui faisait ses devoirs pour l’école.  Après Tatopani,  nous traversons un pont suspendu. Nous rencontrons une femme qui semblait assez âgée mais qui en fait n’avait que 30 ans, les femmes au Népal travaillent beaucoup et se marient tôt et parfois elles paraissent plus âgée que leur âge. Jacques l’aide à porter son sac.  Nous arrivons à Dovan où nous faisons la pause déjeuner.  Ensuite nous poursuivons vers Thulo Dunga et Bagar.  Vers 17h, nous arrivons à Jagat situé à 1250m, un joli village avec des maisons de pierre et une rue principale pavée. Ce soir, Dinesh a préparé un bon repas traditionnel népalais, un super dalbhat 8h full energy comme on dit ici au Népal ;-) Il avait également préparé un gâteau
d’anniversaire pour fêter l’anniversaire de Jean!

Le 18 octobre, il fait beau, le ciel est encore bleu.  En chemin, au premier check point du trek Manaslu qui est situé dans une « restricted aerea », j’ai montré les permis de trek pour notre groupe.  Une fois le check point passé, nous continuons et traversons un torrent par une petite passerelle.  Nous rencontrons plusieurs groupes De nombreuses mules sont en train de descendre.  Nous traversons les villages de Sirdibash et Ghaté Khola, en chemin nous rencontrons une maman avec ses enfants.  Après avoir traversé à Pidim la rivière Budhigandaki, nous mangeons à Ekle Bhati.  Vers 15h après-midi, nous avons une petite pluie et vers 17h, nous sommes arrivés à Deng, un hameau à 1800m.  C’est le premier village où l’on observe l’influence tibétaine.

Le 19 octobre, nous partons à 07h45 en longeant la falaise, la vallée devient étroite.  Nous entrons dans le pays des Bothias (habitants d’origine tibétaine).  Les femmes portent les vêtements avec le tablier tibétain ligné à l’horizontale avec des lignes de toutes les couleurs.  Une montée raide nous attend à Rana, nous la faisons à notre aise.  Je constate que de nombreux trekkeurs sont en train de faire demi-tour … Je me suis dit que certainement le cyclone avait provoqué une masse de neige très importante en altitude et vu le beau temps actuel, il devait avoir beaucoup gelé là-haut.  Cela m’inquiétait pour le passage du col qui est relativement difficile en temps normal…  Vers midi, nous arrivons à Ghap où nous prenons la pause déjeuner.  Ensuite, reprise de la marche, il y avait de nombreux champs de maïs et d’orge.  Lors du passage par la fôret nous avons pu voir quelques singes.  Vers 16h30, nous arrivons Namrung, un village avec une terre fertile propice aux cultures.  Nous logeons au Namrung Guesthouse où il y a du wifi, ce qui nous permet d’envoyer des nouvelles à nos familles.   Nous sommes maintenant à 2540m et sentons déjà bien le froid.

Le 20 octobre, il fait beau, aujourd’hui c’est une petite journée de marche jusqu à Lho, situé à 3130m, idéal pour s’acclimater en douceur.  Nous montons progressivement  en traversant des villages de culture tibétaine. En chemin, nous vous toujours des trekkeurs occupés à redescendre, ce qui confirme mon présage sur l’état du col et surtout sur sa descente difficile… Pourtant selon la météo consultée, le temps sera beau mais sûrement que là haut il y des risques d’amas de neige et surtout le terrain verglacé à la descente… En marchant nous avions une belle vue sur la montagne Boudha Himal.  Vers midi nous arrivons à Lho, un grand village types tibétain. La vue sur le  massif du Manaslu est très jolie.  L’après-midi, certains parmi nous montent au monastère sur la colline d’où la vue est panoramique.  Vers 17h, nous assistons à une cérémonie dans le monastère du village où il y a de nombreux jeunes moines.  Ce soir-là, nous avons dormi au Majesty Manaslu Cottage !

Le 21 octobre nous descendons vers la rivière, nous rencontrons une femme en train de faire de la farine avec un petit moulin comme les Népalais ont l’habitude de faire, ensuite, nous montons par une belle forêt de pins et de bouleaux avec vue toujours sur le Manaslu, nous rencontrons un berger avec  son troupeau de yacks et un bébé yack. Nous enchaînons ensuite descentes et montées, traversée d’ un pont suspendu avant d’ arriver aux pâturages de yacks et à Samagaon, à 3450m.  C’est le plus important village de la vallée, les maisons sont serrées, le froid se fait bien sentir.  Nous dormons au Tashi Delek Lodge.  En discutant, des guides et le personnel du lodge présents confirment bien qu’il est risqué de passer le col Larkya La ( 5213 m ), la neige tombée lors du cyclone rendait l’ascension encore plus difficile, et le gèle en altitude qui a suivi le cyclone, a complètement gelé la descente abrupte du col.  Ayant fait ce trek à plusieurs reprises, je connais bien les difficultés de cette descente, elle est déjà difficile en temps normal, alors je m’imaginais la pente gelée et les accidents qui pouvaient arriver.  Monter au col à 5200 m pour se retrouver face à une patinoire de l’autre côté n’était pas raisonnable, attendre que ça dégèle…quelques jours n’auraient pas suffi… Je me sentais vraiment désolé de ne pas pouvoir emmener mes amis au col et je lisais bien la déception sur le visage…j’étais moi-même déçu car je n’abandonne pas facilement le passage d’un col mais je suis responsable de mes amis trekkeurs et de mon équipe népalaise et je dois les protéger des dangers. Vu le cyclone qui s’était produit lors de notre départ, nous étions déjà très chanceux d’avoir pu partir et vivre cette aventure ensemble. Renoncer à passer le col était donc la meilleure décision à prendre. Nous avons donc adapté l’itinéraire et allions redescendre par le même côté.  Mes amis de trek se sont montrés très compréhensifs et je les remercie grandement pour leur confiance et leur compréhension.

Le 22 octobre, Jean, Marc, Pascaline  et Marguerite montent avec moi à Samdo tandis que Jacques  Françoise, Michel, Monique et René redescendent, guidés par Dinesh, jusque Lamrung.  Il fait beau et il gèle bien, nous partons vers 7h30 pour la montée à Samdo.  Le paysage et magnifique, nous arrivons à Samdo après 2h30 de marche.  Nous profitons de l’instant, du paysage et prenons le thé avant de redescendre à Lho où nous passerons la nuit. 

Le 23 octobre, ceux qui étaient à Lho redescendent pour rejoindre tout le groupe à Bhi Phedi où nous logeons. 
Le lendemain, le 24 octobre, c’est la fête des Lumières, Tihar, fête qui célèbre la déesse Laxmi, la déesse de la vie et de la prospérité, en ce jour de fête nous marchons jusque Philim.  Durant cette fête les maisons sont décorées de lampes à huile allumées et on voit briller des lumières un peu partout…les gens chantent, c’est une fête très joyeuse.

Le 25 octobre, nous continuons à descendre.  Nous nous arrêtons à Bragar pour le déjeuner et descendons jusque Dovan où nous avons logé. Ce soir-là, Dinesh a préparé un très bon dhal bat avec du poulet.  Il a aussi préparé un bon gâteau pour fêter la fête du dernier jour du festival Tihar.   Nous avons chanté la chanson Dhéwusuré, la  chanson typique de Tihar. 

Le 26 octobre, nous marchons jusque Laphu Benshi et le 27, nous arrivons à Arughat tandis que les paysans étaient occupés à récolter le riz dans les rizières.  Le soir, nous faisons encore la fête tous ensemble, népalais et français, pour célébrer la fin du trek et la joie d’avoir partagé cette belle aventure. Le 28 octobre, nous reprenons le bus direction Kathmandu.

Je vous remercie sincèrement mes chers amis Jean, Marc, Pascaline, Michel, Marguerite, Jacques, Françoise, René et Monique… merci d’être venus de si loin pour vivre cette aventure du Manaslu, merci d’avoir été compréhensif avec les intempéries et le danger du col, merci de nous avoir fait confiance à mon équipe et moi…  Je garde un très bon souvenir de notre trek en votre compagnie, merci aussi pour les photos souvenirs envoyées, Avec toute mon amitié, Dipak

 

P1050361

 

 

P1050253

P1050225

IMGP4593

 

 

 

 

 

 

0 Réponses à “Trek au Manaslu…”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




maple syrup, bears and land... |
Meli et Melo au Japon |
Un été au Portugal... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Nouvelle-Zélande 2011
| Notre voyage en Thailande
| Rom et Chipo chez les grizzlis